• Accueil > 
  • Techno > 
  • Actualités 
  • > Les polices américaine et sud-africaine démantèlent un réseau de cybercriminels 

Les polices américaine et sud-africaine démantèlent un réseau de cybercriminels

Les cybercriminels seront poursuivis aux États-Unis pour «fraude... (PHOTO PAWEL KOPCZYNSKI, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Les cybercriminels seront poursuivis aux États-Unis pour «fraude informatique, fraude bancaire, fraude postale, vol aggravé d'identité, détournement de fonds gouvernementaux et blanchiment d'argent».

PHOTO PAWEL KOPCZYNSKI, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PRETORIA

Un réseau de cybercriminels nigérian opérant entre les États-Unis et l'Afrique du Sud a été démantelé et vingt personnes arrêtées, principalement en Afrique du Sud, mais aussi au Canada et aux États-Unis, ont annoncé mercredi les polices américaine et sud-africaine.

Vingt personnes ont été arrêtées après plus de trois ans d'une enquête démarrée dans le Mississippi, a précisé à la presse Nicole Navas, porte-parole du Département de la sécurité intérieure américaine qui a sollicité la collaboration de la police sud-africaine (SAPS) pour ce coup de filet.

Le gang, du type de ceux que l'on surnomme «les brouteurs» en Côte d'Ivoire et qui harponnent des internautes occidentaux, a prospéré en achetant des marchandises par la poste aux États-Unis avec des cartes de crédit frauduleuses ou des informations personnelles escroquées, pour les revendre sur un site visant une clientèle sud-africaine, selon Mme Navas.

Les enquêteurs estiment qu'ils ont volé «plusieurs millions de dollars».

Le dossier a été ouvert en 2011 quand une Américaine est tombée dans le piège d'un faux amoureux mais vrai escroc qui avait gagné son affection sur internet pour récupérer et exploiter ses données d'identité.

En Afrique du Sud, onze Nigérians et une Sud-Africaine sont tombés entre les mains de la police. Ils devaient être déférés à la justice ce mercredi à Pretoria en vue de leur extradition vers les États-Unis.

Ils seront poursuivis aux États-Unis pour «fraude informatique, fraude bancaire, fraude postale, vol aggravé d'identité, détournement de fonds gouvernementaux et blanchiment d'argent», selon un communiqué de la police sud-africaine.

Apparue au début des années 2000, la criminalité par internet a explosé en Afrique, et le Nigeria a longtemps fait figure de repaire numéro un pour ce type d'arnaque, fausses loteries, faux héritages, faux appels à la charité, chantage à la webcam.

Le continent est par ailleurs mal protégé contre le piratage informatique, même le plus basique, faute de sécuriser les réseaux en ligne, pourtant en forte expansion avec le raccordement en cours de l'Afrique à de nouveaux câbles sous-marins.




publicité

publicité

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer