Rakuten acquiert Viber Media

Le fondateur et PDG de Rakuten Hiroshi Mikitani... (PHOTO YUYA SHINO, REUTERS)

Agrandir

Le fondateur et PDG de Rakuten Hiroshi Mikitani en compagnie du patron de Viber Media Talmon Marco.

PHOTO YUYA SHINO, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Tokyo

Le groupe japonais de services en ligne Rakuten a annoncé vendredi un investissement de 900 millions de dollars pour acquérir la société Viber Media, conceptrice d'une application de téléphonie et messagerie en ligne, rivale de Line qui cartonne au Japon, et de Skype.

Rakuten veut ainsi élargir encore sa palette d'activités qui vont déjà de la galerie marchande aux finances en passant par les livres électroniques ou les réservations de voyages.

Le fondateur et PDG de Rakuten, Hiroshi Mikitani, juge que les différents domaines sont complémentaires et que l'acquisition de Viber va constituer un nouveau vecteur de recrutement de clients pour ses autres services.

Viber Media est une entreprise basée à Chypre qui a développé une application du même nom grâce à laquelle il est possible de téléphoner, d'écrire des messages écrits et de partager des images en ligne via la transmission sous protocole internet (IP).

Les appels et autres échanges entre abonnés Viber sont aussi gratuits.

L'entreprise, que Rakuten va acheter à 100 % et dont le capital va être augmenté, revendique quelque 280 millions d'utilisateurs inscrits dans pas moins de 193 pays. Un tiers de ses clients se trouvent en Asie, 24 % en Europe de l'Ouest, 12 % au Moyen-Orient, 10 % en Amérique du Sud et 8 % en Amérique du Nord.

La firme Viber Media, créée il y a deux ans, est actuellement détenue par trois gros actionnaires à hauteur de 79 %, le reste appartenant à huit autres plus petits, dont des salariés de la société.

Rakuten est quant à lui un groupe qui grossit rapidement par le biais d'acquisitions diverses dans le monde, dont des galeries marchandes, comme PriceMinister en France, ainsi que des prestataires de services comme le canadien Kobo, fabricant de liseuses et gérant de librairies virtuelles. Le PDG de cette entité va d'ailleurs changer.

En 2013, le chiffre d'affaires de Rakuten a progressé de 29,5 % sur un an à 518,57 milliards de yens (3,8 milliards d'euros) et son bénéfice d'exploitation a bondi de 80 % à 90 milliards de yens, malgré des investissements importants effectués tout au long de l'année.

Ces solides performances découlent toujours de l'augmentation de quelque 16,6 % du chiffre d'affaires des prestations en ligne (hors finances), notamment au Japon où le groupe se rémunère sur les recettes encaissées par ses partenaires commerçants via sa galerie marchande Rakuten Ichiba. Ces activités ont généré un bénéfice d'exploitation de 47,5 milliards de yens, en hausse de 87,5 % sur un an.

Rakuten a renforcé ses prestations pour téléphones intelligents et tablettes informatiques, amélioré ses campagnes publicitaires grâce à une analyse plus fine des données fournies par les clients et poursuivi les opérations de soldes sur des périodes brèves, mais intenses.

Par ailleurs, la division financière de Rakuten, qui offre des services bancaires, des moyens de paiement et une maison de courtage en ligne, a de son côté vu ses revenus croître de 59,2 % et son bénéfice opérationnel plus que doubler, grâce à la bonne tenue de son activité de cartes de crédit et à la flambée des valeurs à la Bourse de Tokyo.

Rakuten n'a donné aucune prévision financière chiffrée pour 2014, en raison des changements fréquents concernant ses activités et du fait de la volatilité des bénéfices tirés des services financiers. Il indique cependant qu'il espère faire mieux en 2014 qu'en 2013 (en excluant la partie des services financiers).




la boite:4391933:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer