• Accueil > 
  • Techno 
  • > Concordia accueille une «usine d'innovation» en réalité virtuelle 

Concordia accueille une «usine d'innovation» en réalité virtuelle

L'organisme, appelé XR :MTL et mis sur pied... (La Presse)

Agrandir

L'organisme, appelé XR :MTL et mis sur pied avec Ubisoft, aura le mandat de développer des applications avec un fort potentiel commercial.

La Presse

À l'image de ce que les universités de Montréal et McGill ont réussi à faire avec l'intelligence artificielle, Concordia annoncera ce matin la fondation d'une «usine d'innovation» axée sur la réalité virtuelle.

Olivier Palmieri, directeur de jeu et directeur de... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Olivier Palmieri, directeur de jeu et directeur de L'Atelier XR

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

L'organisme, appelé XR :MTL et mis sur pied avec Ubisoft, aura le mandat de développer des applications avec un fort potentiel commercial. Il s'agira surtout de regrouper en un même lieu startups, universitaires et entreprises afin de favoriser les partenariats et l'échange de connaissances sur ce qu'on appelle la réalité «étendue» -«Extended Reality» en anglais, d'où vient l'acronyme XR. Cette nouvelle désignation regroupe les réalités virtuelle, augmentée et mixte.

«XR :MTL, c'est un espace où l'écosystème se rassemble pour innover et créer des produits, des expériences de réalité étendue, explique Stéphane Marceau, PDG de Galilei, une entreprise liée à l'Université Concordia qui gérera le nouvel organisme. L'ambition est de faire de Montréal une plaque tournante du développement de cette nouvelle technologie. Il y a ici tout ce qu'il faut pour être un leader dans ce domaine.»

Des partenariats avec Oculus, Triotech et D-Box, notamment, ont déjà été établis. Le studio de jeux vidéo Ubisoft créera dans les locaux de XR :MTL un laboratoire, appelé L'Atelier XR, dont un des mandats sera d'encadrer les startups qui souhaitent élaborer des applications dans ce domaine. Outre les jeux vidéo, on souhaite élargir les projets à des secteurs industriels, commerciaux et éducatifs.

Commerce et science

Ubisoft Montréal investit depuis plusieurs années dans la réalité virtuelle, des efforts qui ont culminé en 2016 avec la sortie d'Eagle Flight, rappelle Olivier Palmieri, directeur de jeu et directeur de l'Atelier XR. «Pour Eagle Flight, nous avons fait de la recherche scientifique pour comprendre les raisons du malaise lié à la réalité virtuelle, et l'atténuer. L'innovation est aujourd'hui reconnue et utilisée; on pense que cette manière de faire est très intéressante, surtout dans une technologie si jeune.»

La réalité virtuelle, qui cède le pas depuis deux ans à la réalité augmentée, tarde à être adoptée par le grand public, rebuté par le coût élevé de l'équipement et la rareté des  expériences intéressantes. Tant M. Palmieri et M. Marceau sont cependant convaincus que la technologie est aujourd'hui arrivée à un «point d'inflexion». «La réalité étendue, c'est la prochaine interface, le mode opératoire avec la réalité numérique dans son ensemble», estime le PDG de Galilei. Sans dévoiler de grands secrets commerciaux, le directeur de jeu chez Ubisoft Montréal estime qu'il s'agit d'un «très bon moment» pour lancer ce projet. «On a la chance avec Ubisoft d'être très proches de différents constructeurs, on voit des choses qui s'en viennent.»




Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer