Les priorités d'Alexandre Bilodeau

Les priorités d'Alexandre Bilodeau (à gauche) sont différentes... (PHOTO TODD KOROL, REUTERS)

Agrandir

Les priorités d'Alexandre Bilodeau (à gauche) sont différentes de celles de ses jeunes équipiers, dont Mikaël Kingsbury.

PHOTO TODD KOROL, REUTERS

Partager

À 25 ans, Alexandre Bilodeau est le skieur le plus âgé de la formation canadienne de ski acrobatique en bosses et ses priorités sont un peu différentes de celles de ses jeunes équipiers. Alors que l'équipe est allée directement du Japon au Danemark, à Copenhague, pour récupérer avant les Mondiaux en Norvège la semaine prochaine, lui s'est offert un détour par Montréal.

«Une affaire de quelques jours», a-t-il expliqué, mardi matin, avant d'aller étudier. Il y a deux grosses raisons: j'ai un examen mercredi à l'université... et je voulais voir ma copine!

«Ça fait déjà plusieurs semaines qu'on est en voyage et nous ne reviendrons pas avant la fin mars, a poursuivi Bilodeau. Je compose assez bien avec les décalages horaires - j'ai déjà très bien dormi la nuit dernière... - et ça ne me dérange pas trop de me taper de longs voyages en avion.»

Avec les priorités, l'âge et l'expérience procurent également une certaine assurance. Champion olympique, double champion du monde des bosses en parallèle, champion de la Coupe du monde en 2009, Alexandre Bilodeau connaît la recette du succès.

De retour à la compétition cette saison après une «semi-sabbatique» en 2011-2012, Bilodeau a dû retrouver son rythme. «En début de saison, mes résultats ne traduisaient pas la qualité de mon ski à l'entraînement, rappelle-t-il. J'ai commis de petites erreurs qui m'ont coûté un ou deux podiums.

«Cela dit, des erreurs, tout le monde en fait en piste. C'est un sport d'élite et la marge est infime entre la première et la cinquième place. Même Mikaël [Kingsbury], qui est le skieur le plus constant actuellement, ne peut être toujours parfait.»

Bilodeau est revenu tout près de son meilleur niveau depuis quelques semaines avec une victoire, deux deuxièmes places et une troisième dans ses cinq dernières épreuves. Sa seule déconvenue est survenue à Sotchi, quand il s'est fait piéger par une piste en mauvais état.

«Une malchance, souligne-t-il. Il avait fait 18 dans la journée, la neige était super molle et mes skis ont calé à la réception du deuxième saut... J'aurais aimé obtenir un bon résultat sur la piste olympique, mais je serai mieux préparé l'année prochaine.

Le rendez-vous des Mondiaux

Deux fois champion du monde, Bilodeau n'a toutefois jamais remporté le titre en simple, la seule épreuve au programme des Jeux olympiques. Seulement 14e en 2007 en Italie, huitième au Japon en 2009 et deuxième à Deer Valley en 2011, Alex s'est consolé dans l'épreuve en parallèle (champion en 2009 et 2011). Il aimerait évidemment combler la seule case vide de son palmarès.

«C'est mon gros objectif de la saison, reconnaît-il. Je sais que d'autres se préoccupent beaucoup de la qualification olympique, mais je ne m'en fais pas avec ça. Il me suffirait d'un podium dans l'épreuve en simple des Mondiaux pour assurer ma place à Sotchi, mais c'est la victoire que je vise.»

Bilodeau repartira demain soir pour rejoindre l'équipe canadienne en Scandinavie. «Les premiers entraînements sont prévus dimanche, souligne-t-il. Ce sera intéressant de retrouver le site Voss-Mirkdalen et les conditions. On a déjà eu des compétitions là-bas, mais ils ont travaillé sur la piste depuis. Ça ne devrait pas être trop à pic, mais un bon test quand même.

«Quant aux conditions, qui peut prédire quoi que ce soit? On a tout vu cette année, mais jamais où on s'y attendait. Au Japon, on avait l'habitude du temps doux et de la pluie; la semaine dernière, il faisait -10 avec des vents de 40 km/h! Il faudra encore être prêt à tout.»

Pour Bilodeau, au-delà de la piste et des conditions, le principal obstacle à son sacre pourrait bien être son coéquipier Mikaël Kingsbury. «Pour l'instant, je suis une coche derrière lui, Mikaël est vraiment dans une classe à part», reconnaît sportivement Alex.

Son entraîneur, Michel Hamelin, partage cette analyse, mais il souligne aussi que la marge est bien plus grande encore entre les deux skieurs québécois et tout le reste de leurs rivaux. «Si les deux effectuent une descente parfaite, ils vont être premier et deuxième... ou deuxième et premier! Personne ne peut les approcher dans ces conditions.»

Alex en convient: «Il suffit de regarder le classement de la saison pour voir que nous sommes trois ou quatre coches devant tous les autres. Sur une épreuve de Coupe du monde, certains peuvent nous battre, comme on l'a vu dimanche dernier au Japon, mais sur toute une saison...»

Aux derniers mondiaux, Bilodeau et Kingsbury avaient raflé quatre des six médailles en bosses.

Difficile de prédire qu'ils ne referont pas le coup cette année...

///

ÉQUIPE CANADIENNE DES CHAMPIONNATS DU MONDE 2013

Le Canada défendra pas moins de huit titres mondiaux la semaine prochaine en Norvège lors des Championnats du monde de ski acrobatique. Cinq champions en titre - Alex Bilodeau (bosses en parallèle), Chris Del Bosco et Kelsey Serwa (skicross), Rosalind Groenewoud (demi-lune) et Mike Riddle (demi-lune) - seront là pour le faire.

La compétition se déroulera du 4 au 10 mars à Voss-Mirkdalen - à l'exception des épreuves de demi-lune, présentées à Oslo. L'Association canadienne a présenté hier l'équipe qui aura fort à faire pour répéter la récolte de 16 médailles obtenues à Deer Valley, en 2011. Plusieurs athlètes tenteront d'en profiter pour confirmer leur nomination hâtive au sein de l'équipe olympique canadienne de 2014.

> Demi-lune

Rosalind Groenewoud - Calgary, Alb.*

Keltie Hansen - Edmonton, Alb.

Mike Riddle - Sherwood Park, Alb.*

Matt Margetts - Penticton, C.-B.

Noah Bowman - Calgary, Alb.

Simon D'Artois - Whistler, C.-B

Kris Atkinson - Calgary, Alb.

> Bosses

Justine Dufour-Lapointe - Montréal, Qc

Chloé Dufour-Lapointe - Montréal, Qc

Audrey Robichaud - Québec, Qc

Andi Naude - Penticton, C.-B.

Mikael Kingsbury - Deux Montagnes, Qc

Alexandre Bilodeau - Rosemère, Qc*

Phil Marquis - Québec, Qc

Marc-Antoine Gagnon - Terrebonne, Qc

Cédric Rochon - Saint-Sauveur, Qc (bosses en parallèle seulement)

> Sauts

Sabrina Guérin - Laval, Qc

Olivier Rochon - Gatineau, Qc

Jean-Christophe André - Montréal, Qc

Travis Gerrits - Milton, Ont.

> Slopestyle

Kaya Turski - Montréal, Qc

Dara Howell - Huntsville, Ont.

Yuki Tsubota - Pemberton, C.-B.

Alex Bellemare - Saint-Boniface, Qc

Alex Beaulieu-Marchand - Québec, Qc

Noah Morrison - Vernon, C.-B.

JF Houle - Drummondville, Qc

> Skicross

Kelsey Serwa - Kelowna, C.-B.

Marielle Thompson - Whistler, C.-B.

Danielle Sundquist - Calgary, Alb.

Chris Del Bosco - Montréal, Qc

Dave Duncan - London, Ont.

Brady Leman - Calgary, Alb.

Tristan Tafel - Canmore, Alb.

À confirmer, les athlètes seront désignés par Alpin Canada.

* Les champions en titre sont qualifiés d'office. Dans les épreuves maculines de bosses en parallèle et de demi-lune, cela permet au Canada de déléguer un athlète de plus (la limite est de quatre athlètes par nation par épreuve).

///

HORAIRE DES CHAMPIONNATS DU MONDE

4 mars - Qualifications demi-lune

5 mars - Finales demi-lune

5 mars - Qualifications bosses

6 mars - Finales bosses

6 mars - Qualifications sauts

7 mars - Finales sauts

7 mars - Qualifications bosses en parallèle

8 mars - Finales bosses en parallèle

8 mars - Qualifications slopestyle

9 mars - Finales slopestyle

10 mars - Finales ski cross

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer