Source ID:e9f9646d45ec38ec9654317f9d73a5d5; App Source:StoryBuilder

Naomi Osaka accueillie en star au Japon

La Japonaise Naomi Osaka a remporté les Internaionaux... (PHOTO TORU HANAI, REUTERS)

Agrandir

La Japonaise Naomi Osaka a remporté les Internaionaux des États-Unis samedi dernier.

PHOTO TORU HANAI, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
YOKOHAMA, Japon

Naomi Osaka, devenue aux Internationaux des États-Unis la première Japonaise à s'imposer en Grand Chelem, a été accueillie en star jeudi à Tokyo où elle a dit viser le top 5 mondial du tennis féminin d'ici la fin de l'année.

Malgré l'heure matinale, la jeune femme de 20 ans qui a quitté le Japon à l'âge de trois ans était attendue par des dizaines de supporteurs et journalistes à l'aéroport de Haneda.

«Je me sens très bien, heureuse de faire partie» de cette aventure, a-t-elle confié peu après devant la presse à Yokohama, en banlieue de Tokyo, où elle s'exprimait en anglais, toute en retenue.

Naomi Osaka, qui a fait un bond de la 19e à la 7e place au classement de la WTA après sa victoire à New York samedi face à Serena Williams, a expliqué être désormais concentrée sur l'Omnium de Tokyo, organisé la semaine prochaine.

«Je veux faire une bonne performance et peut-être finir l'année dans le top 5, mais je ne me mets pas la pression. Pour le moment, je surfe sur la vague», a-t-elle dit. «Mon but immédiat est d'accéder à Singapour», où se déroule le Masters en octobre, en présence des meilleures joueuses de la saison.

La championne de père haïtien et de mère japonaise, qui a grandi aux États-Unis, a également évoqué les Jeux olympiques de Tokyo en 2020. «C'est le rêve de tout athlète de participer aux JO, donc bien sûr mon but est de décrocher l'or», a-t-elle déclaré.

Naomi Osaka est aussi revenue sur la finale chaotique du tournoi new-yorkais, dont l'issue heureuse pour elle a été éclipsée par la colère de Serena Williams contre l'arbitre. Elle a assuré ne pas en tenir rancoeur à son idole de jeunesse.

«Je ne me sens pas triste, a-t-elle affirmé. Je ne sais même pas ce que je suis censée ressentir, puisque je n'ai aucune autre expérience de finale de Grand Chelem.»

«J'ai simplement pensé qu'il ne fallait pas que j'aie de regrets», a-t-elle ajouté.

Symptomatique de sa soudaine notoriété mondiale, la jeune femme, qui représente déjà plusieurs marques japonaises (Nissin Foods Holdings, Yonex...), a officiellement signé jeudi un contrat avec le géant automobile Nissan, partenaire du français Renault, devenant «ambassadrice de la marque».




Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer