• Accueil > 
  • Sports > 
  • Tennis 
  • > Élimination expéditive pour la jeune sensation Zverev 

Élimination expéditive pour la jeune sensation Zverev

Alexander Zverev a remporté la Coupe Rogers à... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Alexander Zverev a remporté la Coupe Rogers à Montréal, plus tôt ce mois-ci.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jérôme RASETTI
La Presse Canadienne
New York

Arrivé à New York avec le statut de prétendant au titre, Alexander Zverev a fait ses valises dès le 2e tour de l'US Open mercredi, tout comme un autre grand talent du tennis mondial, Nick Kyrgios, touché à une épaule et surtout au moral.

«Ma saison est bonne, mais elle l'est beaucoup moins en Grand Chelem et je n'ai pas d'explications, j'ai juste mal joué», a lâché, dépité, Zverev après sa défaite face au Croate Borna Coric en quatre sets 3-6, 7-5, 7-6 (7/1), 7-6 (7-4).

Le N.6 mondial, vainqueur de cinq titres cette saison à seulement 20 ans, n'a pas caché son énorme déception: «Je n'aurais pas dû perdre ce match, tout dans ce match était énervant, à commencer par mon niveau de jeu», a-t-il lâché, visiblement agacé, en conférence de presse.

Avec ses titres à Washington et Montréal, le prodige allemand est le joueur qui s'était mis le plus en évidence durant la tournée nord-américaine menant au dernier tournoi du Grand Chelem de l'année.

Au point d'être cité comme l'un des favoris, un statut qu'il assumait complétement: «Je sais que j'aurais pu faire quelque chose de grand et quelque chose que je n'avais jamais réussi avant, j'étais le joueur le mieux classé dans ma partie du tableau», a-t-il admis.

Borna Coric... (USA Today Sports) - image 2.0

Agrandir

Borna Coric

USA Today Sports

«Mon entraîneur mérite mieux»

Mais après ses échecs répétés en Grand Chelem (3e tour à Melbourne, 1er tour à Roland Garros, 8e de finale à Wimbledon), il ne faut surtout pas lui dire qu'il est encore jeune, qu'il doit encore patienter ou que la pression est peut-être trop forte.

«Je suis habitué depuis que je suis gamin à gérer cette pression, il faut que je travaille encore pour gagner un titre de ce calibre», a-t-il maugréé.

Nick Kyrgios non plus n'a pas sa langue dans sa poche: après sa défaite contre son compatriote John Millman, 235e mondial, 6-3, 1-6, 6-4, 6-1, l'enfant terrible du tennis australien a une fois de plus admis qu'il n'était pas assez sérieux.

Il est allé jusqu'à dire que son entraîneur, l'ancien joueur français Sébastien Grosjean, méritait mieux que lui: «il mérite un joueur qui est plus investi dans le tennis que moi (..) il y a des joueurs qui sont plus sérieux, qui veulent s'améliorer, qui veulent progresser jour après jour et moi, je ne suis pas ce type de joueur», a-t-il avoué.

Durant la rencontre, Kyrgios qui avait réussi dix jours auparavant le meilleur résultat de sa carrière en atteignant la finale du Masters 1000 de Cincinnati, s'est blessé à l'épaule droite, a fracassé une raquette et écopé une avertissement pour une bordée de jurons.

Gêné sur son service, il a capitulé rapidement: «Je n'arrête pas de décevoir les gens», a-t-il conclu, très affecté par sa rupture avec sa compagne, la joueuse australo-croate Anna Tomljanovic, après la publication de photos le montrant en compagnie de deux jeunes femmes.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer