Eugenie Bouchard: une saison à sauver

Éliminée au premier tour à la Coupe Rogers,... (Photo Mark Blinch, Archives La Presse canadienne)

Agrandir

Éliminée au premier tour à la Coupe Rogers, Eugenie Bouchard n'a pas joué à Cincinnati et est revenue au jeu la semaine dernière à New Haven. Elle aborde donc les Internationaux des États-Unis sans grande ambition.

Photo Mark Blinch, Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Eugenie Bouchard a encore reculé de quelques places, hier matin, au classement mondial, et elle n'a plus qu'une seule véritable occasion de «sauver» sa saison: les Internationaux des États-Unis, où elle joue son premier match aujourd'hui contre la Russe Evgenika Rodina, 89e joueuse mondiale.

La Canadienne occupe actuellement le 76e rang, son plus mauvais classement depuis juin 2013. Elle a été éliminée dix fois au premier tour cette saison et n'a remporté que trois de ses dix derniers matchs depuis une poussée de trois victoires au tournoi de Madrid, au début de mai.

Éliminée au premier tour à la Coupe Rogers, elle n'a pas joué à Cincinnati (où elle aurait dû se qualifier) et est revenue au jeu la semaine dernière à New Haven. Après une victoire convaincante contre l'Américaine Laura Davis, elle s'est fait montrer la sortie par la favorite Agniezka Radwanska.

Comme c'est malheureusement devenu une habitude, Bouchard aborde les Internationaux des États-Unis sans grande ambition. «C'est le dernier gros tournoi de la saison, a-t-elle reconnu le week-end dernier en point de presse. Une occasion pour moi de progresser, de gagner en confiance. Gagne ou perd, je veux simplement faire de mon mieux et être contente de mon jeu.»

«J'ai passé une semaine à m'entraîner en Floride pendant le tournoi de Cincinnati, a-t-elle expliqué en entrevue à TSN. Il faisait vraiment très chaud et j'ai pu travailler sur tous les aspects de mon jeu. Je me sens bien physiquement, ma cheville [blessée à la fin de mai] ne me gêne pas et je me sens plus confiante.»

Eugenie Bouchard en compagnie de son entraîneur Thomas... (Photo Aaron Favila, Archives Associated Press) - image 2.0

Agrandir

Eugenie Bouchard en compagnie de son entraîneur Thomas Hogstedt lors des Internationaux d'Australie, en janvier dernier

Photo Aaron Favila, Archives Associated Press

La joueuse de 23 ans a récemment passé quelques jours avec Andre Agassi, un «ami» qu'elle consulte régulièrement, tout comme son ancien préparateur physique Gil Reyes. «C'est tellement positif d'être en sa présence, d'avoir accès à tout son bagage d'expérience. Ma visite devait rester secrète, mais il y avait des tonnes de spectateurs et tout le monde est maintenant au courant...»

Bouchard travaille néanmoins toujours avec Thomas Hogstedt, qui était avec elle en Floride et l'accompagne à New York. C'est d'ailleurs sur lui qu'elle compte pour bien préparer son premier match contre Rodina, une joueuse dont elle avoue «ne pas savoir grand-chose».

L'entraîneur danois a bon espoir de voir Bouchard rebondir, en raison notamment d'une excellente préparation physique.

«Rodina, qui joue comme plusieurs autres joueuses de la Russie et des pays de l'Est, avec des coups à plat et beaucoup de puissance, a un jeu qui devrait bien convenir à Eugenie», a-t-il assuré en entrevue à Mark Masters, de TSN.

«Je dois encore regarder quelques vidéos, mais chose certaine, elle saura exactement à quoi s'attendre quand le match va commencer, et j'anticipe un bon résultat.»

Lors de la Coupe Rogers à Toronto, Eugenie... (Photo Dan Hamilton, Archives USA TODAY Sports) - image 3.0

Agrandir

Lors de la Coupe Rogers à Toronto, Eugenie Bouchard a joué en double avec la numéro un mondiale Karolína Plíšková.

Photo Dan Hamilton, Archives USA TODAY Sports

En double avec Ostapenko

Comme elle l'a fait récemment avec certains succès (une finale à Washington avec l'Américaine Sloane Stephens), Bouchard est aussi inscrite en double et elle jouera cette fois avec la Lettone Jelena Ostapenko. Ce sont les agents des deux joueuses qui les ont mises en contact, et Bouchard s'est dite emballée à l'idée de jouer avec la championne surprise de Roland-Garros.

Elle avait aussi joué avec la numéro un mondiale Karolína Plíšková à Toronto, expliquant que le double lui permettait d'améliorer son jeu en simple, tout en évoluant dans une ambiance plus détendue.

La Canadienne a d'ailleurs retrouvé Plíšková samedi à New York pour une séance d'entraînement, et elle a remporté la manche qu'elles se sont disputée.

«Il ne faut pas donner trop d'importance aux résultats à l'entraînement, a averti l'entraîneur Thomas Hogstedt, mais battre la numéro un mondiale ne peut nuire à la confiance d'Eugenie!»

Retour à New York

Eugenie Bouchard est de retour cette semaine sur les lieux d'un accident qui a bouleversé sa carrière et continue de la hanter. C'est dans les vestiaires du stade Arthur-Ashe qu'elle a subi une commotion cérébrale, le 4 septembre 2015, après une chute sur le plancher glissant.

Elle s'était qualifiée plus tôt dans la journée pour le quatrième tour du tournoi et venait de gagner un match de double mixte. Aussi en lice en double, elle semblait avoir finalement retrouvé sa forme après une saison difficile et rayonnait devant les journalistes, quelques minutes avant de retourner au vestiaire...

«Ce tournoi est à la fois l'un de mes plus beaux souvenirs... et le plus mauvais, a-t-elle rappelé ce week-end en entrevue à TSN. Je gagnais tous mes matchs, je vibrais avec la foule de New York, qui sait jusqu'où je serais allée? J'ai passé plusieurs nuits blanches à penser à cet incident et j'y pense chaque fois que je mets les pieds ici. J'espère pouvoir tourner la page un jour.»

Le dossier est toutefois loin d'être clos. Bouchard et sa famille ont embauché l'avocat new-yorkais Benedict Morelli pour intenter une poursuite de plusieurs millions contre l'Association américaine de tennis (USTA), responsable des Internationaux des États-Unis. Les deux parties ne semblent prêtes à aucun compromis et Me Morelli, un spécialiste de ce genre de causes, entend bien obtenir le maximum pour sa cliente.

Une drôle d'ambiance, donc, deux ans plus tard, pour tenter de relancer une carrière.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer