Eugenie Bouchard «positive» avant Wimbledon

Lors de sa participation au tournoi d'Eastbourne, il... (photo GLYN KIRK, agence france-presse)

Agrandir

Lors de sa participation au tournoi d'Eastbourne, il y a quelques jours, Eugenie Bouchard a été éliminée dès le premier tour, au terme d'un affrontement avec la Tchèque Barbora Strycova.

photo GLYN KIRK, agence france-presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trois ans après avoir atteint la finale à Wimbledon, Eugenie Bouchard est de retour sur les courts de gazon de la banlieue londonienne et rêve d'y relancer sa saison et sa carrière.

« Être ici me rend toujours plus positive, a-t-elle avoué, samedi, en entrevue à TSN. On me rappelle toujours mes succès de 2014 [elle avait atteint la finale contre la championne Petra Kvitova] et c'est vrai que j'apprécie beaucoup cet endroit.

« J'adore le gazon, les courts, l'ambiance ; c'est vraiment unique, impossible à comprendre pour quelqu'un qui n'a jamais mis les pieds ici, et cela m'excite toujours de revenir à Wimbledon. Bien sûr, je ne suis plus la joueuse de 2014 et c'est mon jeu d'aujourd'hui qui compte, mais je sais que je peux bien faire ici. »

La joueuse de 23 ans est toutefois bien loin de son meilleur niveau et se retrouve actuellement au 61e rang mondial. Elle présente une fiche décevante de 11-12 cette saison et vient de subir l'élimination au premier tour des deux tournois sur gazon qu'elle a disputés, à Majorque et à Eastbourne, en préparation pour Wimbledon.

« Je n'avais pas d'attentes lors de ces deux tournois, particulièrement à Majorque, une compétition que j'ai utilisée comme une semaine d'entraînement. J'aurais toutefois aimé jouer davantage de matchs et ma préparation n'est pas idéale, c'est vrai. »

Les doutes sont aussi alimentés par une blessure à une cheville que Bouchard traîne depuis le tournoi de Nuremberg, il y a six semaines. 

« Nous jouons beaucoup actuellement et je n'ai pas eu vraiment le temps de faire une pause pour régler ça. Ce n'est pas encore parfaitement guéri, mais je n'y pense plus maintenant. »

- Eugenie Bouchard à propos de sa blessure à la cheville, en entrevue à TSN

Bouchard affrontera demain l'Espagnole Carla Suarez Navarro, 26e mondiale et 25e favorite du tournoi. La Canadienne n'a remporté qu'un des trois matchs qui les ont opposées, soit en 2014, à Roland-Garros.

« Je l'avais affrontée ici en 2013, l'année de ma première participation, a-t-elle rappelé. J'avais réussi une petite poussée [avec notamment une victoire contre Ana Ivanovic au deuxième tour], mais [Suarez Navarro] m'avait battue au troisième tour dans un match serré.

« Nous nous sommes entraînées ensemble il y a deux semaines [à Majorque] et elle est une rude adversaire, très coriace dans les matchs importants. Ce ne sera pas facile, mais j'aime être poussée lors des premiers tours et j'ai hâte de l'affronter. »

« JE PENSE QU'ELLE PEUT NOUS RÉSERVER DES SURPRISES »

Le responsable du tennis féminin à Tennis Canada, Sylvain Bruneau, travaille davantage avec Françoise Abanda cette semaine, mais il collabore aussi avec Thomas Hogstedt, l'entraîneur de Bouchard. « Sa blessure est survenue à un mauvais moment, juste quand elle semblait avoir retrouvé sa confiance », a-t-il rappelé vendredi en entrevue.

« Eugenie n'a donc pas pu se préparer aussi bien qu'elle l'aurait voulu, mais je pense qu'elle peut nous réserver des surprises. Elle se débrouille bien sur le gazon et aime vraiment jouer à Wimbledon.

« Ce ne sera toutefois pas facile au premier tour. Suarez Navarro est une adversaire difficile à affronter, avec notamment un revers coupé qui peut être très embêtant sur le gazon. Et si on regarde plus loin, sa partie du tableau est vraiment difficile [avec un possible rendez-vous avec la deuxième favorite Simona Halep au troisième tour]. »

INSPIRÉE PAR OSTAPENKO

En l'absence de Serena Williams et de Maria Sharapova, le tournoi de Wimbledon est très ouvert chez les femmes, un peu comme l'avait été celui de Roland-Garros, il y a quelques semaines. La victoire de la Lettone Jelena Ostapenko, qui n'était pas tête de série, a évidemment ravivé les espoirs de plusieurs autres joueuses.

« Voir une fille qui n'était pas classée remporter un tournoi du Grand Chelem est assez spectaculaire, a reconnu Bouchard à TSN. Ce qu' [Ostapenko] a fait est vraiment inspirant et montre à toutes celles qui, comme moi, cognent à la porte qu'il y a des occasions à saisir. Wimbledon en est une, car il n'y a pas vraiment de favorites cette année. »




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Le Canada bien représenté à Wimbledon

    Tennis

    Le Canada bien représenté à Wimbledon

    Le Canada était déjà assuré de compter trois représentants dans le tableau principal du tournoi de Wimbledon, mais ce chiffre a doublé au cours des... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer