Félix Auger-Aliassime triomphe à New York

Félix Auger-Aliassime pose fièrement avec son trophée de... (Photo Mike Stobe, AFP)

Agrandir

Félix Auger-Aliassime pose fièrement avec son trophée de champion junior des Internationaux des États-Unis, dimanche à New York.

Photo Mike Stobe, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Rarement un joueur de 16 ans a-t-il suscité autant d'espoirs que Félix Auger-Aliassime. Le Québécois a remporté dimanche la finale des Internationaux juniors des États-Unis, 6-3, 6-0, devant le Serbe Miomir Kecmanovic, un premier grand titre qui devrait être suivi de plusieurs autres s'il faut en croire les prévisions de plusieurs experts.

Natif de Montréal, mais formé à Québec où son père est entraîneur de tennis, Félix a rapidement été détecté par Tennis Canada, et il s'entraîne depuis plus de deux ans déjà au Centre national d'entraînement du stade Uniprix.

Déjà détenteur de plusieurs titres chez les juniors, premier joueur né dans les années 2000 à remporter un match du circuit professionnel (en 2015), Auger-Aliassime est considéré comme l'un des plus beaux espoirs du tennis masculin. Sa victoire de dimanche, après une présence en finale au tournoi junior de Roland-Garros, confirme qu'il est déjà prêt à passer à autre chose.

«Cette semaine, j'étais le plus fort, a estimé le jeune homme de 6'2''. J'ai prouvé dès mes premiers matchs que j'étais fort physiquement et mentalement. Les autres joueurs le savaient, et je crois que cela m'a donné un avantage contre eux.»

Auger-Aliassime a pourtant vaincu en demi-finale et en finale des joueurs plus âgés et mieux classés que lui. Au-delà des chiffres, sa réputation est déjà faite. Dimanche, il s'est comporté en «patron» sur le court du Grandstand. «J'ai offert l'une de mes meilleures performances de ma carrière, a-t-il expliqué. Je ne savais pas comment je réagirais avec la pression, mais je ne voulais pas revivre la même situation qu'à Roland-Garros [où il avait gâché trois balles de match].

«Il y avait moins d'ambiance que la veille parce que la finale masculine débutait presque en même temps que notre match, mais j'ai réussi à garder ma concentration. Mon service a encore très bien fonctionné et je crois avoir toujours maintenu la pression tout au long du match.

«Cette saison, je crois avoir grandi lors de chacune de mes participations en Grand Chelem. J'étais déjà venu à quelques points de la victoire à Roland-Garros et là, je suis finalement champion!»

Félix a aussi été champion des Internationaux des États-Unis de 2015, mais en double, avec le Torontois Denis Shapovalov. Ce dernier, qui a remporté le tournoi junior de Wimbledon cette année, se concentre maintenant sur sa carrière professionnelle.

Cela pourrait aussi être le cas du Québécois à partir de maintenant. «Cette victoire va influencer la suite de ma carrière, a reconnu Auger-Aliassime. Il est peut-être temps de passer au prochain niveau. Je ne sais pas encore si je jouerai encore en Grand Chelem junior la saison prochaine. Nous allons voir comment mon corps va réagir après cette saison, comment je vais poursuivre mon développement, et nous évaluerons si je suis prêt pour les pros.

«Je sais que je dois encore prendre de la masse, car les joueurs sont plus costauds chez les professionnels. Je dois aussi améliorer ma constance dans un match, mais aussi dans une semaine, dans une année. C'est un gros défi de toujours offrir des performances de bon niveau. C'est ce qui me manque encore, surtout au niveau mental.»

Le succès d'Auger-Aliassime contribue évidemment au renom du tennis canadien. «Je suis évidemment heureux pour tous mes coéquipiers et pour les gens qui travaillent avec moi et avec tous les juniors. J'étais très fier de la victoire de Denis à Wimbledon - il m'a probablement déjà envoyé un texto pour me féliciter -, et je suis fier de voir que plusieurs autres jeunes joueurs canadiens font bien dans des tournois juniors ou professionnels, tant chez les garçons que chez les filles.»

Le Montréalais rentrera à la maison aujourd'hui, mais ce ne sera que pour quelques jours. «Normalement, j'aurais repris mes études [sa mère est dans l'enseignement], mais nous repartons bientôt pour la Coupe Davis junior, en Hongrie. Nous avions remporté le titre l'an dernier en Espagne et nous voulons évidemment le garder!»

-------------------------

Le quatrième Canadien

Les Canadiens champions juniors en Grand Chelem 

Garçons: 

> Filip Peliwo, Wimbledon et Internationaux des États-Unis, 2012

> Denis Shapovalov, Wimbledon, 2016

> Félix Auger-Aliassime, Internationaux des États-Unis, 2016

Filles: 

> Eugenie Bouchard, Wimbledon, 2012

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer