Coupe Rogers: le mystère Abanda

Grâce à son gain en deux manches (6-1... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Grâce à son gain en deux manches (6-1 et 7-5) contre la Chinoise Saisai Zheng, la Québécoise Françoise Abanda a signé hier soir la troisième victoire de sa carrière sur le circuit de la WTA.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Grâce à son gain en deux manches (6-1 et 7-5) contre la Chinoise Saisai Zheng, la Québécoise Françoise Abanda a signé hier soir la troisième victoire de sa carrière sur le circuit de la WTA.

Hier était un de ces moments. La Québécoise, 272e joueuse au monde, a fait fi du fait que sa rivale la devance de 200 positions au classement de la WTA. Poussée par une foule bruyante, Abanda l'a emporté en deux manches de 6-1 et 7-5, en 1 h 38 min, contre la Chinoise Saisai Zheng, 66e mondiale.

« La foule était vraiment intense et elle était derrière moi, a constaté la gagnante, en point de presse. Je ne joue pas souvent dans ces conditions, donc c'est vraiment agréable de vivre ça en tant que joueuse. »

À 19 ans, Abanda signe seulement la troisième victoire de sa carrière sur le circuit de la WTA. Évidemment, personne ne s'attendait à ce qu'elle collectionne les victoires en Grand Chelem à ce jeune âge. Mais avec des performances comme celle d'hier, elle montre qu'elle possède encore ce talent certain qui lui avait permis d'atteindre le 4e rang mondial chez les juniors et de disputer deux demi-finales du Grand Chelem junior.

« C'est une super qualité qu'elle a, que l'on retrouve chez les champions. Quand la pression est là, quand les réflecteurs sont sur elle, elle joue la plupart du temps son meilleur tennis », soutient Sylvain Bruneau, responsable du volet féminin à Tennis Canada.

« Elle l'a fait en Fed Cup, elle l'a fait à Montréal par le passé. D'autres joueurs, quand ils sont dans ces situations-là, trouvent ça difficile de gérer les attentes, la pression. Elle, elle va toujours élever son niveau de tennis. Bravo !

« Maintenant, ce qu'elle doit faire, c'est d'arriver dans les tournois secondaires, où la foule n'est pas là, l'énergie n'est pas la même, et donner la même qualité de tennis, en sachant qu'un jour, elle sera toujours dans ces grands tournois, poursuit Bruneau. Je peux comprendre les gens qui l'ont vue ce soir et se sont demandé : "Wow, pourquoi est-elle 275e au monde ?" Il faut qu'il y ait une explication. »

«[Françoise] a un potentiel énorme. Si elle joue tous les matchs de la même façon, on va la revoir dans deux ans ici, et elle n'aura pas besoin d'un laissez-passer.»

Sylvain Bruneau,
responsable du volet féminin à Tennis Canada

Avec ce triomphe, Abanda s'assure d'empocher au minimum 60 points au classement WTA, un gain qui lui fera faire un bond appréciable au classement, mais pas assez pour revenir dans le top 200. Pour y parvenir, elle devra au minimum remporter un autre match.

« Je crois que chaque joueur se développe à son propre rythme, a soutenu Abanda. Je jouais bien dans les juniors. Les gens s'attendaient peut-être à ce que je joue mieux chez les professionnels. Mais je suis contente de ma progression.

« J'espère continuer à m'améliorer et devenir la meilleure joueuse que je peux être. »

CONTRE UN VISAGE CONNU

Abanda est attendue dès cet après-midi, à 14 h, sur le terrain Banque Nationale. Elle aura rendez-vous avec à l'Ukrainienne Elina Svitolina, 20e raquette mondiale.

Ce sera évidemment un défi de taille, mais un défi qu'elle connaît. C'est en effet contre cette même Svitolina qu'elle s'était butée en demi-finales au tournoi junior de Wimbledon en 2012. Svitolina l'avait emporté en trois manches.

Abanda avait alors 15 ans, tandis que sa rivale était à deux mois de fêter son 18e anniversaire de naissance. Si l'écart d'âge était alors considérable, c'est plutôt l'écart dans le classement qui frappe aujourd'hui.

« Oui, elle est plus vieille et elle est mieux classée, a reconnu Abanda. Mais mon adversaire [hier] était aussi mieux classée et j'ai gagné. Peu importe le rang, j'arrive toujours sur le terrain en pensant que je peux gagner.

« Même si je ne suis pas une tête de série, ça m'importe peu. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer