• Accueil > 
  • Sports > 
  • Tennis 
  • > Federer prône «la tolérance zéro» concernant Sharapova 

Federer prône «la tolérance zéro» concernant Sharapova

Roger Federer... (Photo Thomas Kienzle, AFP)

Agrandir

Roger Federer

Photo Thomas Kienzle, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Stuttgart, Allemagne

Roger Federer prône «la tolérance zéro» concernant Maria Sharapova, suspendue deux ans pour dopage en raison de la prise de meldonium, a-t-il déclaré jeudi lors du tournoi de Stuttgart où le Suisse effectuait son retour à la compétition.

Sharapova n'a pas échappé à la suspension habituelle, contrairement à d'autres athlètes épargnés malgré un contrôle positif au même médicament, inscrit depuis janvier sur la liste des produits prohibés.

La joueuse russe de 29 ans, qui va faire appel, avait annoncé elle-même son contrôle le 7 mars à Los Angeles et reconnu qu'elle avait bien continué à consommer du meldonium en 2016. Elle avait admis n'avoir pas pris connaissance de la liste de nouveaux produits interdits.

«Elle a bien sûr le droit de se défendre, comme n'importe qui. Mais je suis pour la tolérance zéro» a affirmé Federer, après sa victoire difficile face à l'espoir américain Taylor Fritz (6-4, 5-7, 6-4) sur le gazon allemand.

Pour sa défense, la «Tsarine», cinq fois titrée en Grand Chelem, avait expliqué qu'elle prenait ce médicament sur prescription médicale depuis dix ans pour traiter «un déficit en magnésium, une arythmie cardiaque et des cas de diabète dans (sa) famille».

Le jury indépendant mandaté par la Fédération internationale de tennis (ITF) a retenu une suspension de deux ans pour «violation du règlement antidopage», et non de quatre ans - si la volonté d'amélioration des performances avait été avérée.

«Que ce soit dans un cas ou dans l'autre, je ne vois pas trop la différence. Vous devez être sûr à 100% de ce que vous prenez, d'en connaître les effets et les conséquences. Si ce n'est pas le cas, vous devez être sanctionné», a estimé Federer, 34 ans, qui avait fait l'impasse sur le tournoi de Roland-Garros pour récupérer de ses problèmes lombaires.

«On devrait conserver les échantillons des analyses de sang pendant 10, 15 ou 20 ans pour dissuader les tricheurs potentiels», a ajouté l'homme aux 17 trophées majeurs, qui milite pour «des sanctions rétroactives» et «un éventuel retrait des titres» si nécessaire.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer