Le simple, la priorité de Vasek Pospisil

Vasek Pospisil a fait l'impasse sur le tournoi... (Photo Sarah Mongeau-Birkett, La Presse)

Agrandir

Vasek Pospisil a fait l'impasse sur le tournoi de double à Montréal.

Photo Sarah Mongeau-Birkett, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Trente-quatre manches de tennis, ça use, ça use. Vasek Pospisil en est bien conscient, et c'est pourquoi il a tenu à rappeler que le simple est sa priorité.

Le Canadien participera donc en solo à la Coupe Rogers cette semaine, mais il sera absent du double, et ce, malgré son 16e rang mondial dans la spécialité.

Les raisons? D'abord parce qu'il entend participer aux qualifications du tournoi de Cincinnati, à compter de samedi prochain. Mais aussi parce qu'il croit en ses chances de succès à Montréal. «C'est un tournoi où j'ai de grandes chances de jouer bien, donc je voulais conserver un peu d'énergie», a-t-il rappelé.

Cela dit, les choix de Pospisil ne sont pas toujours si simples. À Wimbledon, par exemple, il est facile d'avancer que le Britanno-Colombien se serait donné de meilleures chances de victoire (déjà très minces) contre Andy Murray s'il n'avait pas disputé 12 manches en double, avec son partenaire Jack Sock, en parallèle à son tournoi en simple. Au final, il aura joué 34 manches de tennis sur le gazon londonien pendant sa quinzaine...

«On était dans une situation particulière parce qu'on était champions en titre, a rappelé Pospisil. Tu sens un peu la responsabilité de jouer. Si on avait perdu au premier tour en 2014, je n'aurais peut-être pas participé au double. Et une fois sur le terrain, je veux gagner, que ce soit en simple ou en double. C'est sûr que ça n'a pas aidé, car j'ai joué beaucoup de tennis, beaucoup de matchs en cinq manches.»

Au moment de publier, Pospisil pointait au 49e rang en simple. Sock, lui, venait au 37e rang et il n'a que 22 ans. Si les deux hommes souhaitent se maintenir parmi les 50 meilleurs au monde, leur fructueuse association en double pourrait éventuellement en faire les frais.

«Quand ça aura du sens avec le simple, je vais jouer en double, a dit Pospisil. Si je suis fatigué, si je dois travailler sur quelque chose en simple, je vais jouer en simple. Mais je joue bien avec Jack, donc tant qu'on gagne des tournois, on va jouer ensemble. Mais la priorité, c'est le simple.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Rafael Nadal, 10 ans plus tard

    Tennis

    Rafael Nadal, 10 ans plus tard

    Il y a très exactement 10 ans cette semaine, à la Coupe Rogers, un blanc-bec de 19 ans s'offrait une victoire contre un futur membre du Temple de la... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer