Milos Raonic dominé par la fougue de Nick Kyrgios

Milos Raonic... (Photo Glyn Kirk, AFP)

Agrandir

Milos Raonic

Photo Glyn Kirk, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Wimbledon) C'était un peu le duel entre le «citoyen modèle» et le «voyou», ou comme les Anglais préféraient: le «Golden Boy» contre le «Bad Boy». Le calme Milos Raonic affrontait le bouillant Nick Kyrgios au troisième tour du tournoi de Wimbledon et c'est le mauvais garçon qui l'a emporté, 5-7, 7-5, 7-6 (3) et 6-3, infligeant au Canadien son élimination le plus rapide en Grand Chelem depuis les Internationaux d'Australie ne 2014.

Kyrgios a été fidèle à lui-même, avec quelques éclats spectaculaires, une raquette qui a bondi dans la foule après qu'il l'ait lancée de rage sur le court et bien sur un rapport constant avec les spectateurs et surtout ses «Fanatics», tous de jaune vêtus, qui occupaient la première rangée derrière le court 2.

Et il a joué comme un dieu, particulièrement au service où il a largement dominé son rival pourtant réputé pour être l'un des meilleurs au monde dans cette spécialité. Kyrgios a réussi 34 as, contre seulement 18 pour Raonic. Il a aussi remporté 84% de ses premières balles, contre seulement 76% pour Raonic.

Le Canadien avait bien amorcé le match et il a réussi pas moins de 62 coups gagnants (pour seulement 21 fautes directes), mais il a ralenti à mesure que le match progressait et semblait visiblement gêné dans ses mouvements.

«Je savais que je devais bien faire au service, mais j'ai aussi très bien retourné et je crois que cela a fait la différence, a souligné Kyrgios après sa victoire. J'ai mis beaucoup de pression sur ses services et j'ai réussi à trouver des ouvertures. Je joue le meilleur tennis de ma carrière et je crois que j'ai mes chances dans tous les matchs, quel que soit l'adversaire.

Kyrgios affrontera le Français Richard Gasquet au quatrième tour. Il l'avait battu l'année dernière après avoir été mené deux manches à zéro et avoir repoussé neuf balles de match! «Ce sera encore dur, mais je serai prêt», a assuré celui qu'on surnomme aussi «The Wild Thing».

Il s'agissait d'une première victoire pour Kyrgios contre Raonic après deux défaites. Les deux joueurs s'étaient déjà croisés à Wimbledon la saison dernière, en quart de finale cette fois, et le Canadien s'était imposé en quatre manches. Kyrgios, qui faisait ses débuts à Wimbledon après deux titres en double chez les juniors, avait surpris le numéro un mondial Rafael Nadal en ronde des 16 à Wimbledon.

Raonic avait aussi battu Kyrgios au premier tour à Roland-Garros en 2014.

Le seul Canadien toujours en lice est Vasek Pospisil. Le Britanno-Colombien a rendez-vous avec le Britannique James Ward au troisième tour samedi.

D'autre part, Pospisil a poursuivi sa route en double avec l'Américain Jack Sock, après qu'ils eurent disposé d'Eric Butorac et Colin Fleming en trois sets consécutifs de 6-3, 6-3 et 7-6 (4) au deuxième tour.

- Avec La Presse Canadienne

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer