Wimbledon: tous contre Novak Djokovic!

Novak Djokovic partira favori chez les hommes à... (Photo Justin Tallis, AFP)

Agrandir

Novak Djokovic partira favori chez les hommes à Wimbledon cette année.

Photo Justin Tallis, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Wimbledon) Battu récemment en finale du tournoi de Roland-Garros par l'étonnant Stanislas Wawrinka, alors pourtant qu'il tentait de compléter son Grand Chelem en carrière, Novak Djokovic n'entendra certainement pas à rire, cette année à Wimbledon. Déjà deux fois vainqueur du tournoi (2011, 2014), le numéro un mondial partira favori chez les hommes. Ses rivaux sont toutefois nombreux et prêts à lui barrer la route. Roger Federer, Andy Murray, Wawrinka et Rafael Nadal peuvent tous nourrir des ambitions légitimes à l'amorce du premier tour. Samedi et hier, en conférence de presse à l'All England Lawn Tennis Club, ils ont exprimé leurs intentions...

NOVAK DJOKOVIC, numéro 1, Serbe, 28 ans

> Deux fois champion à Wimbledon (2011, 2014)

> Champion en titre

«J'ai vraiment beaucoup joué cette saison et je n'avais subi que deux défaites avant Roland-Garros. C'est sûrement l'une des meilleures saisons de ma carrière, mais cette défaite à Roland-Garros n'a pas été facile à digérer. On m'a beaucoup parlé de la cérémonie d'après-match et je suis heureux que les gens aient apprécié mon attitude. Perdre n'est jamais facile, mais j'ai senti une grande complicité avec Stan [Wawrinka] et avec le public.

«J'ai quand même eu besoin de quelques jours pour récupérer mentalement, bien plus que physiquement. J'avais besoin de recharger mes batteries mentales et émotives afin de retrouver un état d'esprit positif pour repartir à l'assaut d'un autre tournoi du Grand Chelem.

«Tout ça fait que je n'ai encore joué aucun match officiel sur le gazon cette saison et je commence Wimbledon [aujourd'hui] contre [Philipp] Kohlschreiber au premier tour. Il excelle sur cette surface et c'est évident que je ne peux regarder plus loin que ce premier match, y aller un match à la fois...»

ROGER FEDERER, numéro 2, Suisse, 33 ans

> Sept fois champion à Wimbledon (2003-2007, 2009, 2012)

> Battu en finale en 2014

«Avec le recul, j'ai retenu beaucoup de positif de ma défaite en cinq manches contre Novak [Djokovic] en finale l'an dernier. Je jouais bien, mais je n'étais pas encore au sommet de ma forme.

Je m'estimais encore en retour et j'ai quand même atteint la finale.

«Cette année, je ne crois pas avoir jamais été aussi bien préparé pour Wimbledon. La semaine supplémentaire après Roland-Garros fait une grosse différence, car elle nous permet de prendre notre temps pour bien effectuer la transition de la terre battue au gazon.

«À mon âge, la qualité de la préparation est déterminante et je suis très heureux d'avoir pu doser mes efforts au cours des dernières semaines, avec une victoire [sa huitième] à Halle, puis mon arrivée ici, où j'ai pu m'installer dans une bonne routine d'entraînement.

«Je me sens vraiment mieux cette année, je maîtrise mieux ma raquette [qu'il avait changée l'an dernier], je travaille mieux avec Stefan [Edberg, son entraîneur]. Et j'ai aussi beaucoup travaillé ma préparation physique, de sorte que je crois vraiment pouvoir viser le titre cette année.»

ANDY MURRAY, numéro 3, Britannique, 28 ans

> Champion en 2013

> Défait en quart de finale en 2014

«Je sais que je suis considéré ici comme le «favori» et c'est vrai que je connais présentement une excellente saison, avec d'excellentes performances sur la terre battue et plus de victoires à ce stade de la saison que jamais auparavant dans ma carrière.

«Mais gagner Wimbledon est une autre affaire... La chose la plus importante est de se concentrer sur le premier match et de ne se préparer que pour cela. C'est facile de se laisser emporter et de regarder plus loin dans le tableau, de penser: «Je joue vraiment bien, tout va bien se passer...»

«La réalité, c'est que le reste de la saison ne compte plus, comme Stan [Wawrinka] l'a bien prouvé à Roland-Garros. Il faut vraiment être prêt chaque jour, prêt pour affronter chaque adversaire. Je sais combien il est difficile de remporter ce tournoi et je ne me laisserai certainement pas emporter par ce qu'on raconte dans les médias!»

STANISLAS WAWRINKA, numéro 4, Suisse, 30 ans

> Défait en quart de finale en 2014

«J'ai l'impression d'être meilleur chaque année sur le gazon. Depuis trois ans, je m'y sens vraiment à l'aise et je crois avoir joué mon meilleur tennis en 2014. J'ai perdu en quart de finale contre Roger [Federer], après un excellent tournoi où je crois avoir offert un excellent niveau de jeu.

«Sur cette surface, il faut être prêt physiquement afin de bien se déplacer et de pouvoir anticiper les échanges. J'ai été occupé après Roland-Garros, mais j'ai pu récupérer quelques jours chez moi en Suisse et tout se passe bien depuis que je suis ici.

«Le fait d'avoir déjà battu les joueurs du Big Four et aussi de savoir que je peux jouer mon meilleur tennis quand la situation est tendue me donne évidemment plus de confiance. Je sais que j'ai le jeu pour les battre, je sais que je suis assez fort mentalement pour demeurer dans un match face à Novak [Djokovic] ou à Roger [Federer], même si ça démarre mal.

«Gagner des titres majeurs me permet de croire encore davantage en moi, partout où je joue.»

RAFAEL NADAL, numéro 10, Espagnol, 29 ans

> Deux titres à Wimbledon (2008, 2010)

> Battu au quatrième tour en 2014

«Je me sens bien. Après ma défaite à Roland-Garros, je suis allé chez moi à Majorque, retrouver ma famille, faire du bateau, jouer au golf. Cela m'a détendu et m'a aidé à repartir sur le gazon. J'ai d'ailleurs gagné mon premier tournoi sur cette surface en cinq ans [à Stuttgart], une bonne sensation pour moi, qui m'a redonné confiance et m'a permis de préparer Wimbledon avec plus de sérénité.

«Je suis de retour en santé et gagne ou perds, c'est le plus important. Je n'étais pas trop mal l'an dernier, mais en 2012 et 2013, je ne pouvais vraiment me faire justice ici en raison de mes ennuis aux genoux. Cette semaine, tout s'est bien passé à l'entraînement et j'ai hâte de voir où j'en serai au début du tournoi.

«Le gazon de Wimbledon est la deuxième surface la plus importante de ma carrière, sans aucun doute, et j'aime penser que je peux encore avoir la chance d'y aller pour la victoire.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer