Novak Djokovic, roi incontesté de Melbourne

Novak Djokovic... (Photo Bernat Armangue, AP)

Agrandir

Novak Djokovic

Photo Bernat Armangue, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Ludovic LUPPINO
Agence France-Presse
MELBOURNE

Le Serbe Novak Djokovic est plus que jamais le roi de Melbourne où il est devenu dimanche le premier joueur de l'ère Open à remporter cinq fois l'Open d'Australie avec une victoire sur Andy Murray.

Avec ce cinquième sacre à Melbourne, son huitième en Grand Chelem, le N.1 mondial dépasse Roger Federer et Andre Agassi, qui se sont imposés à quatre reprises en Australie.

Un champion australien, Roy Emerson, a fait mieux que Djokovic en remportant six fois le tournoi, mais c'était juste avant le début de l'ère professionnelle en 1968.

«Nole» a justement reçu le trophée des mains du champion «Aussie», vainqueur sur son sol en 1961 et de 1963-1967.

Réussir à remporter cinq fois ce tournoi est une gigantesque performance à une époque où le Serbe doit compter avec la concurrence, également, de Rafael Nadal et de Roger Federer.

Mais cette année, l'Espagnol et le Suisse ont respectivement été éliminés en quarts de finale et au troisième tour. Djokovic, qui avait achevé 2014 en boulet de canon avec un troisième titre d'affilée lors du Masters, a encore été au-dessus du lot.

Après cinq tours passés sans lâcher un set, le Serbe avait rencontré ses premières difficultés en demi-finale face au tenant du titre, Stan Wawrinka, qui l'avait éliminé en quarts l'année passée.

Le Serbe s'était imposé en cinq sets (7-6 (7/1), 3-6, 6-4, 4-6, 6-0) au terme d'un match un peu bizarre où il n'avait pas joué son meilleur tennis, alternant les hauts et les bas.

Murray maudit

En finale contre Murray, le Serbe a élevé son niveau de jeu pour l'emporter en quatre sets 7-6 (7/5), 6-7 (4/7), 6-3, 6-0 après 3 h 39 de jeu. Il s'est montré plus opportuniste et a fait parler sa supériorité dans la bataille du fond du court.

Murray a joué une superbe partition jusqu'au milieu du troisième set. A 3-3, il a semblé perdre sa concentration et le match s'est alors transformé en boulevard à sens unique pour Djokovic, qui a aligné neuf jeux de rang.

«Ce n'était pas évident ce (dimanche) soir. Andy, tu es un grand compétiteur. Tu t'es beaucoup bagarré. Je te souhaite le meilleur, à toi et à ton équipe pour le reste de la saison», a dit Djokovic, assuré de rester N.1 mondial avant la finale, à Murray, qui va grimper de la sixième à la quatrième place.

Vainqueur de l'US Open en 2012 et de Wimbledon en 2013, l'Écossais ne s'est toujours pas imposé sur le sol australien où il vient de subir sa quatrième défaite en finale.

Il avait perdu en 2010 contre Roger Federer, et déjà face à Djokovic en 2011 et 2013. Mais l'Écossais, bien que très déçu, était satisfait d'avoir atteint sa première finale en Grand Chelem depuis sa victoire sur l'herbe londonienne en 2013.

Prochaine étape: Roland-Garros

«Nous avons beaucoup travaillé (avec mon équipe) pour être capable de revenir à ce niveau après une année 2014 difficile», a affirmé Murray, faisant référence à ses difficultés pour retrouver son meilleur niveau après une opération au dos.

«Malheureusement, cela n'a pas marché ce (dimanche) soir, mais je n'étais pas si loin et je vais travailler dur pour pouvoir y arriver», a ajouté l'Écossais, sous les yeux de son entraîneur, la Française Amélie Mauresmo.

Avec ce huitième titre du Grand Chelem, Djokovic rejoint lui des légendes comme Jimmy Connors, Agassi ou encore Ivan Lendl. Outre son quintuplé australien, «Nole» a aussi glané deux fois Wimbledon (2011, 2014) et une fois l'US Open (2011).

Roland-Garros, où il a été deux fois finaliste (2012, 2014), est le seul titre majeur manquant encore à son palmarès. Il aura une nouvelle occasion de changer la donne au printemps prochain.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer