Raonic croit en ses chances contre Djokovic

Le Canadien Milos Raonic (à gauche) a perdu... (PHOTO BRANDON MALONE, REUTERS)

Agrandir

Le Canadien Milos Raonic (à gauche) a perdu ses quatre duels contre Novak Djokovic, dont trois l'an dernier.

PHOTO BRANDON MALONE, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même s'il a eu besoin de cinq manches pour battre l'Espagnol Feliciano López, hier au quatrième tour, Milos Raonic croit qu'il est dans une bonne position à la veille d'un rendez-vous avec le favori Novak Djokovic, en quart de finale des Internationaux d'Australie.

Le Canadien n'a jamais battu le numéro un mondial en quatre affrontements, dont trois l'an dernier. «Je joue au tennis afin d'obtenir l'occasion d'affronter les grands joueurs en Grand Chelem», a affirmé Raonic en conférence de presse.

«L'objectif pendant la première semaine du tournoi est simplement de passer au travers des matchs pour avoir cette occasion. J'ai réussi, j'y suis, et je crois avoir atteint un niveau où j'ai une chance de l'emporter. Il [Djokovic] m'a battu l'an dernier, mais je suis un joueur différent cette saison. Je bouge mieux sur le court et je sens que j'ai ce qu'il faut en moi. Il me suffit de le sortir dans un match.

«Peu importe qu'il soit le favori, je devrai encore me concentrer sur mon jeu, m'assurer que tout est bien en ordre, que je respecte mon plan de match. On verra ensuite les ajustements que je devrai apporter.»

Raonic, le huitième favori, a réussi pas moins de 30 as et 81 coups gagnants dans sa victoire de 6-4, 4-6, 6-3, 6-7 (7) et 6-3, sur López. Il n'a jamais été mené et est resté calme jusqu'au bout, devenant ainsi le premier Canadien depuis Robert Powell (en 1912) à se qualifier pour au moins les quarts de finale de trois tournois en Grand Chelem. Le joueur de 24 ans est aussi devenu le premier Canadien a réussir l'exploit en Australie depuis Michael Belkin, en 1968.

«Je suis fier de représenter le Canada et j'imagine que ces statistiques sont significatives pour le tennis canadien, a souligné Raonic. Mais à la fin de la journée, je ne joue pas pour établir des records, mais bien pour atteindre mes objectifs et la personne à laquelle je veux être comparé, c'est à celle que je vois dans le miroir!»

Et Djokovic se méfie de son ami Milos...

Novak Djokovic n'a encore cédé aucune manche en quatre matchs aux Internationaux d'Australie, mais le numéro un mondial se méfie de son prochain adversaire. «Je sais à quoi m'attendre, a-t-il raconté. Milos habite au même endroit que moi [Monaco], nous nous entraînons parfois ensemble et nous sommes amis.

«Il est très confiant cette année et joue du très bon tennis depuis plusieurs mois déjà. Il mérite ce qui lui arrive, une place dans le Top 10, près du Top 5. Ce sera dur, indéniablement un match difficile. Je devrai être à mon mieux pour espérer l'emporter.»

Selon Djokovic, Raonic devra continuer de réussir ses coups gagnants, en plus de ses services. «Ses services l'aident beaucoup, mais il doit avoir une autre arme solide et son coup droit est très bon. Bien sûr, s'il sert comme il l'a fait depuis le début du tournoi - une moyenne de 20, 30 as par match - , cela met beaucoup de pression sur le service de son adversaire.

«On a alors l'impression qu'il faut prendre des risques, on commet quelques doubles fautes et la manche est perdue! Ce genre de match est très difficile mentalement pour les joueurs comme moi qui se retrouvent face à des gros serveurs comme lui. La marge de manoeuvre est très petite.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer