Roger Federer se fait brasser à l'Open d'Australie

Partager

Jacques KLOPP
Agence France-Presse
Melbourne, Australie

Roger Federer a atteint pour la 33e fois de sa carrière les demi-finales d'un tournoi du Grand Chelem mercredi à l'Open d'Australie où l'élimination de Serena Williams a fait grand bruit.

Un vent de folie a soufflé sur Melbourne et il a emporté, avec Serena Williams, la grande prêtresse du tennis féminin, minée par des douleurs au dos et battue 3-6, 7-5, 6-4 par une jeune Américaine intrépide, Sloane Stephens.

L'équivalent masculin de Serena, Roger Federer, a failli l'accompagner à l'aéroport tellement il a été secoué dans tous les sens par un Tsonga combatif à souhait, mais finalement bredouille 7-6, 4-6, 7-6, 3-6, 6-3.

«Il y a eu beaucoup de hauts et de bas. Au début du cinquième set, j'avais l'impression de devoir mettre la barre un peu plus haut et j'ai réussi à le faire. J'aurais pu gagner en trois ou quatre sets mais j'aurais pu perdre aussi. Je suis tout simplement content d'être passé», a commenté Federer.

Prenant crânement sa chance, tapant comme un sourd dans toutes les balles, même en retour, Tsonga a été le meilleur joueur pendant quatre sets, prenant au total cinq fois le service de sa majesté qui ne l'avait pas perdu du tournoi.

Mais sans arracher mieux qu'un cinquième set où il commencé à piquer du nez physiquement alors que Federer semblait revivre.

«J'attends le reste de la saison avec impatience car j'ai l'impression d'avoir passé un petit cap. Je commence à ressembler à un joueur de tennis complet et ça me donne encore plus envie pour la suite», a promis Tsonga.

Mais les temps sont durs en ce moment et, même en cas d'exploit mercredi, la route aurait été encore bien longue pour Tsonga, avec Murray qui attend en demi-finale et probablement Novak Djokovic en finale, à moins que David Ferrer ne vienne donner un gros coup de pied dans la fourmilière.

Pour la quinzième fois de l'ère Open, les quatre premières têtes de série sont ainsi réunies dans le dernier carré d'un tournoi majeur.

La sensation Stephens

Federer, qui semble avoir un abonnement à vie, disputera sa 33e demi-finale en Grand Chelem, sa dixième à Melbourne, où il aura fort à faire face à un Andy Murray débordant de confiance depuis son triomphe à l'US Open.

Mercredi, l'Ecossais a fait du petit bois du Palois Jérémy Chardy (6-4, 6-1, 6-2), contraint de «surjouer de partout» et qui, à la fin, ne savait «plus quoi faire pour gêner» le N.3 mondial, impérial.

«J'ai fait mon meilleur match du tournoi», a réagi Murray avant d'aller... s'entraîner sur le deuxième court de Melbourne Park, histoire de s'habituer aux conditions en nocturne en vue du grand choc de vendredi face à Federer.

Serena Williams sera alors déjà loin, éliminée en double mardi et désormais aussi en simple par une compatriote effrontée qui n'a pas tremblé au moment de déboulonner (3-6, 7-5, 6-4) celle qui fut son idole.

Cela restera quoiqu'il arrive maintenant LA sensation du tournoi, tellement personne ne s'attendait à ce que Serena, qui avait remporté 40 de ses 41 derniers matches, pouvait rater le rendez-vous de la finale.

Alors voir une 29e mondiale de 19 ans se charger de la dévier de sa trajectoire stratosphérique laisse pantois, même si les spasmes au dos dont a souffert Serena à partir du deuxième set, l'ont bien aidée.

Williams s'est dit «presque soulagée» d'en avoir terminé avec un tournoi où rien ne lui aura été épargné, avec une entorse à la cheville dès le premier tour et une lèvre déchirée au deuxième avec sa propre raquette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer