GYM doit reporter un gala de boxe au Centre Vidéotron

Yvon Michel et Adonis Stevenson en mai dernier.... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Yvon Michel et Adonis Stevenson en mai dernier.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
Montréal

Groupe Yvon Michel (GYM) est forcé de reporter la tenue de son gala de boxe que le promoteur devait présenter le 27 janvier prochain, au Centre Vidéotron de Québec.

Il appert toutefois que le combat de championnat du monde des mi-lourds devant opposer Adonis Stevenson à Eleider Alvarez ne soit pas en cause cette fois.

Il s'agirait plutôt d'un conflit d'horaire avec la chaîne américaine Showtime, qui doit présenter le gala.

«C'est bien la date que Showtime et Premier Boxing Champions (PBC) m'avaient demandé de négocier, mais il semble qu'ils aient d'autres plans finalement, a indiqué Yvon Michel, le président de GYM. Après de longues discussions avec le réseau et Al Haymon (le président de PBC), nous avons opté de repousser le combat.

«Pour que le combat ait lieu le 27 janvier, il fallait absolument qu'on commence la promotion cette semaine et que les billets soient en vente samedi. Comme ce n'était pas possible, on repousse.»

Michel s'est immédiatement tourné vers le Centre Vidéotron, qui a suggéré trois dates, en février et en mars.

Alvarez ne sera pas tassé

Plusieurs rumeurs ont laissé entendre au cours des dernières semaines qu'Alvarez se ferait tasser pour permettre à Stevenson de défendre sa ceinture face à Badou Jack. Michel assure que la situation d'Alvarez n'a pas changé.

«Il ne se passera absolument rien sans qu'Eleider ne donne son accord, a-t-il répété. Moi, j'aurai des offres à soumettre à Stéphane Lépine (le gérant d'Alvarez) ce week-end. Maintenant, comme promoteur d'Eleider, je lui exposerai les offres, mais je lui conseillerai ce qui est le mieux pour l'ensemble de sa carière, pas que pour un combat. Mais peu importe l'offre que choisira Alvarez, je l'appuierai à 100%.

«Au bout du compte, ce que je veux, c'est le meilleur pour mes deux boxeurs. C'est ce que je m'assurerai de leur obtenir.»

Michel rappelle qu'Alvarez a été l'un des boxeurs les mieux traités au cours des derniers mois.

«Il n'y a pas un aspirant obligatoire qui a fait autant d'argent qu'Eleider en 2016, a affirmé le promoteur. Au cours des derniers mois, Eleider a solidifié sa position à un point tel qu'il n'y a pas un aspirant obligatoire de mieux placé que lui.»

Alvarez (23-0, 11 K.-O.) est l'aspirant obligatoire au titre des mi-lourds du World Boxing Council (WBC) que détient Stevenson (29-1, 24 K.-O.). Ce dernier évite Alvarez depuis qu'il est devenu son aspirant obligatoire, en novembre 2015. Entre-temps, Le Montréalais d'origine colombienne a permis à Stevenson de livrer deux défenses optionnelles, face à Thomas Williams et Andrzej Fonfara.

Alvarez a quant à lui livré quatre combats depuis sa victoire contre Isaac Chilemba: face à Robert Berridge, Norbert Dabrowski, Lucian Bute et Jean Pascal.

Les deux hommes ont été en action pour la dernière fois le 3 juin dernier. Stevenson avait justement défendu sa ceinture en passant le K.-O. au deuxième round à Fonfara, tandis qu'Alvarez avait pris la mesure de Pascal par décision majoritaire.

Stevenson est le détenteur du titre depuis sa spectaculaire victoire en 76 secondes aux dépens de Chad Dawson, en juin 2013. Il tentera face à Alvarez, champion d'argent du WBC, de défendre sa ceinture pour une neuvième fois.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer