L'Iran interdit aux Américains de participer à la Coupe du monde de lutte

La lutte est extrêmement populaire en Iran.... (Photo Vahid Salemi, archives AP)

Agrandir

La lutte est extrêmement populaire en Iran.

Photo Vahid Salemi, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nasser Karimi
Associated Press
Téhéran, Iran

En représailles directes au décret du président Donald Trump qui empêche les Iraniens d'obtenir des visas pour se rendre aux États-Unis, l'Iran a interdit aux Américains de prendre part à la Coupe du monde de lutte style libre, qui doit avoir lieu plus tard ce mois-ci, a rapporté l'agence de presse officielle IRNA.

L'IRNA a cité un porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien, Bahram Ghasemi, qui a déclaré qu'un comité spécial a révisé le dossier de l'équipe américaine de lutte et qu'il s'est éventuellement opposé à sa visite.

Cette décision est la première action prise par l'Iran en réponse au décret du président Trump qui interdit d'entrée les représentants de sept pays de confession majoritairement muslmane. Plus tôt cette semaine, l'Iran avait promis des représailles. Ghasemi a précisé que cette nouvelle politique américaine n'a laissé d'autre choix à l'Iran que de bannir les lutteurs des États-Unis.

La compétition sera disputée à Kermanshah, les 16 et 17 février.

La fédération américaine, USA Wrestling, avait indiqué qu'elle comptait envoyer une délégation à cette Coupe du monde style libre, l'une des plus prestigieuses au monde.

Jordan Burroughs, quadruple champion du monde, devait y prendre part.

«Ces décisions politiques sont tellement au-dessus de nos têtes, a-t-il souligné à l'Associated Press. Vous croyez toujours que les décrets présidentiels ou les lois musulmanes ne vous affecteront jamais. C'est l'une des rares fois où je suis personnellement touché. C'est comme si le président nous avait directement imposé sa volonté. C'est une grande déception.»

Les lutteurs américains ont participé aux compétitions tenues en Iran depuis la Coupe Takhti, en 1998, après une absence de près de 20 ans.

Depuis, les États-Unis ont participé à des tournois organisés en Iran 15 fois, recevant toujours un accueil chaleureux de la part des partisans iraniens. Les lutteurs iraniens, en contrepartie, ont été invités 16 fois à participer à des compétitions en sol américain depuis les années 1990.

La Coupe du monde 2018 de lutte style libre doit avoir lieu aux États-Unis. L'équipe iranienne devrait obtenir sa qualification.

Tim Foley, porte-parole de United World Wrestling, la fédération internationale, a indiqué dans un courriel envoyé à l'AP que son groupe «tente toujours de trouver une solution» et espère en savoir davantage au début de la prochaine semaine.

La lutte est extrêmement populaire en Iran. Elle fait partie des traditions ancestrales du pays, qui jumelait la pratique de ce sport avec avec d'auters exercices physiques, mais également de méditation.

«J'adore l'Iran. J'aime son peuple et je ne fais pas de politique, a ajouté Burroughs, qui a connu des Jeux olympiques décevants, en août dernier. Je n'allais pas pour y faire une sortie politique. J'y allais pour la compétition.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer