Adonis Stevenson affrontera Williams fils en attendant Kovalev

Adonis Stevenson et Thomas Williams fils... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Adonis Stevenson et Thomas Williams fils

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charles Lalande
La Presse Canadienne
Québec

Adonis Stevenson jure qu'un affrontement contre Sergey Kovalev fait toujours partie de ses plans. Mais ce ne sera pas avant 2017.

Dans l'immédiat, Stevenson a rendez-vous avec Thomas Williams fils pour la septième défense de sa ceinture de champion du monde WBC des mi-lourds, le 29 juillet, au Centre Vidéotron.

«C'est sûr que ça va arriver, a lancé Stevenson (27-1, 22 K.-O.) à propos d'une rencontre au sommet avec le Russe de 33 ans. Je ne peux pas en parler, mais vous devriez avoir des nouvelles prochainement.»

Le champion, qui s'est présenté à la conférence de presse avec un retard de 42 minutes, a réitéré qu'il refuse de prendre Williams fils (20-1, 14 K.-O.) à la légère.

Son promoteur, Yvon Michel, est convaincu qu'on en saura davantage au mois de septembre. Son boxeur pourra finalement régler ses comptes avec Kovalev lorsque celui-ci sera disponible au début de l'an 2017.

Auparavant, Stevenson devra croiser le fer d'ici la fin de l'année 2016 avec Eleider Alvarez (19-0, 10 K.-O.), l'aspirant numéro un, membre lui aussi du Groupe Yvon Michel (GYM).

«C'est extraordinaire. La ceinture va assurément rester ici. Mais ça crée une certaine animosité entre les deux boxeurs.»

Des conseils pour Williams fils

Lors de sa courte allocution, l'entraîneur de Stevenson, Javan «Sugar» Hill, a fait l'éloge de Williams fils. Il l'a décrit comme un puissant cogneur qui a surpris le monde de la boxe à ses deux derniers combats.

Négligé contre Edwin Rodriguez et Umberto Savigne, le pugiliste de 28 ans a visité le tapis rapidement. Puis, il s'est relevé avant de conclure la soirée en passant le K.-O. à ses deux rivaux.

Il y a environ deux ans, Williams fils a d'ailleurs fait la rencontre de Hill.

«Il m'a dit que j'avais un bel avenir et il m'a donné des conseils pour m'améliorer. Il ne le savait peut-être pas, mais il venait de m'aider à battre son propre boxeur», a dit celui qu'on surnomme «Top Dog».

La finale de ce gala ne devrait pas s'éterniser. Le champion compte 22 K.-O. à sa fiche tandis que 12 des 14 K.-O. de l'aspirant sont survenus avant le son de cloche annonçant la fin du deuxième round.

Deux boxeurs locaux affamés

La demi-finale opposera Alvarez et l'Argentin Maximiliano Gomez (22-5, 9 K.-O.).

Custio Clayton, Éric Martel-Bahoeli, Junior Ulysse, David Théroux et Marie-Ève Dicaire ont aussi eu la confirmation qu'ils seront de la sous-carte contre des adversaires qui seront annoncés ultérieurement.

Originaire de la Vieille Capitale, Martel-Bahoeli (11-6, 7 K.-O.), un boxeur indépendant, a fait campagne sur les réseaux sociaux pour forcer la main des organisateurs à lui trouver une place.

«J'ai pris le taureau par les cornes, c'est ma dernière chance alors je mets les bouchées doubles pour aller chercher la victoire.»

Sébastien Bouchard (13-1, 4 K.-O.) attend pour sa part les résultats d'un examen pour une blessure subie à son dernier combat. Si les médecins lui donnent le feu vert, il sera assurément de cette soirée du 29 juillet.

«Je me sens vraiment bien, alors je serai là à 98 %», a dit le natif de Charlevoix nouvellement sous contrat avec GYM.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer