Muhammad Ali reste hospitalisé

Muhammad Ali... (Photo Timothy D. Easley, archives AP)

Agrandir

Muhammad Ali

Photo Timothy D. Easley, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LOS ANGELES

La légende de la boxe Muhammad Ali reste hospitalisé pour un séjour de courte durée, a indiqué son entourage vendredi, tandis que certains médias affirment que son état de santé se serait nettement détérioré.

Ali, 74 ans, a été admis jeudi pour un problème respiratoire dans un hôpital de Phoenix, ville de l'Arizona où il vit une partie de l'année.

Son porte-parole Bob Gunnell avait annoncé alors qu'il «se trouvait dans un bon état de santé».

M. Gunnell, que l'AFP a tenté de joindre sans succès, a dit au Courier-Journal, le quotidien de Louisville (Kentucky), sa ville de naissance, vendredi que son état de santé restait inchangé.

Il a regretté la «frénésie médiatique» qui s'empare de certains titres dès que Ali est hospitalisé. Des médias, américains et britanniques rapportent que son état de santé s'était détérioré de façon inquiétante au point d'inciter les membres de sa famille à venir à son chevet.

De son côté, Sugar Ray Leonard, l'un des grands noms de la boxe américaine, a publié un message de soutien sur son compte Twitter à «(son) idole, (son) ami et sans nul doute le plus grand de tous les temps».

Ali souffre depuis une trentaine d'années de la maladie de Parkinson et a été hospitalisé à deux reprises fin 2014 et début 2015 pour une pneumonie et une infection urinaire.

Né Cassius Clay, champion olympique à Rome en 1960, il avait débuté sa carrière professionnelle la même année, devenant champion du monde WBA en 1964 en battant Sonny Liston par KO au 7e round.

Maître mondial incontesté de la catégorie, celui qu'on surnommait «The Greatest» (Le plus grand) avait choqué les États-Unis en 1967 en refusant de faire son service militaire et de partir faire la guerre du Vietnam, pour ses convictions religieuses.

Il avait été emprisonné, déchu de ses titres et interdit de boxer pendant trois ans et demi, avant de redevenir champion du monde en 1967, réunifiant les titres WBA et WBC lors de sa victoire par KO (8e round) sur George Foreman lors du «combat dans la jungle» à Kinshasa, en République démocratique du Congo, l'ex-Zaïre.

Il avait perdu son titre aux points face à Leon Spinks le 15 février 1978 et l'avait récupéré en prenant sa revanche le 15 septembre de la même année.

Il avait terminé sa carrière professionnelle sur une défaite aux points face à Trevor Berbick, le 11 décembre 1981 au Queen Elizabeth Sports Centre de Nassau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer