Ghislain Maduma s'est incliné devant Maurice Hooker

Tureano Johnson a eu raison d'Eamonn O'Kane.... (Photo Rich Schultz, AP)

Agrandir

Tureano Johnson a eu raison d'Eamonn O'Kane.

Photo Rich Schultz, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
NEW YORK

Bien qu'il était le favori pour l'emporter, le super léger montréalais Ghislain Maduma a offert une performance décevante et s'est incliné par décision partagée devant le champion NABO Maurice Hooker, samedi, au Madison Square Garden.

Hooker (19-0-2, 14 K.-O.) a obtenu des notes de 95-93 et 95-94, tandis qu'un troisième juge a donné l'avantage 95-93 à Maduma (17-2, 11 K.-O.), qui s'incline pour la deuxième fois en trois combats.

Sa chute au tapis au quatrième round, causée par un crochet de droite qui a échappé à sa surveillance, lui aura été fatale.

Le Montréalais d'origine congolaise comptait impressionner les gens de HBO et de Golden Boy Promotions avec sa performance. À ce chapitre aussi, il a raté son coup.

Ce premier combat du gala mettant en vedette David Lemieux et Gennady Golovkin dans un combat d'unification des ceintures chez les poids moyens a procuré bien peu de moments de réjouissance au peu de spectateurs présents en début de soirée. Mis à part les quatrième, sixième, huitième et 10e rounds, les amateurs ont eu bien peu à se mettre sous la dent.

Maduma a connu ses meilleurs moments au sixième, alors qu'il a solidement ébranlé Hooker de plusieurs combinaisons, mais ce dernier a refusé de céder, demeurant debout et en se défendant juste assez pour que l'arbitre Arthur Mercante n'intervienne pas.

Tous à la limite

Les trois combats présentés avant la portion télévisée ont d'ailleurs tous atteint la limite.

Le léger Lamont Roach fils (9-0, 3 K.-O.) a facilement vaincu le Mexicain Jose Bustos (7-4-3, 3 K.-O.) par décision unanime. Les trois juges ont remis une carte de 59-55 en faveur du pugiliste de Washington. Puis, dans un autre combat opposant des légers, le Kazakh Ruslan Madiev (6-1, 3 K.-O.) a inscrit une victoire par décision unanime contre l'Américain Sean Gee (2-3, 0 K.-O.), qui a visité le tapis au premier assaut. Les juges ont remis des cartes de 40-35 (deux fois) et 39-36.

En lever de rideau sur HBO, Tureano Johnson (19-1, 13 K.-O.) est devenu l'aspirant obligatoire au titre des moyens de l'IBF - détenu par Lemieux au moment d'écrire ces lignes - en reprenant facilement la mesure de l'Irlandais Eammon O'Kane (17-2-1, 5 K.-O.), qui a visité le tapis deux fois dès le premier assaut.

S'il a su tirer son épingle du jeu lors de quelques rounds, O'Kane n'a pas fait le poids, s'inclinant 118-108, 117-109 et 119-107. Peu importe qui de Lemieux ou Golovkin l'emportera plus tard, Johnson n'est pas du même calibre. Défense facile à prévoir.

Luis Ortiz et Matias Ariel Vidondo... (Photo Rich Schultz, AP) - image 2.0

Agrandir

Luis Ortiz et Matias Ariel Vidondo

Photo Rich Schultz, AP

Enfin un K.-O.

Les amateurs de K.-O. ont dû attendre jusqu'au cinquième combat de la soirée avant d'être servis, mais ça en a été tout un. Luis Ortiz (23-0, 20 K.-O.) a conservé sa fiche parfaite en envoyant au tapis l'Argentin Matias Ariel Vidondo (20-2-1, 18 K.-O.) d'un solide direct du gauche, mettant ainsi la main sur le titre intérimaire des lourds de la WBA.

Vidondo avait déjà touché le canevas au deuxième assaut et s'était tant bien que mal protégé jusqu'au son de la cloche. Ortiz en a pris bonne note et s'est lancé à l'assaut dès la reprise.

Finalement, en demi-finale de la soirée, Ramon «Chocolatito» Gonzalez (44-0, 38 K.-O.) a conservé son titre WBC des poids mouche face à Brian Viloria (36-5, 22 K.-O.), l'arbitre s'interposant avec sept secondes seulement à faire au neuvième assaut. Viloria, qui a subi une chute au troisième, n'a jamais été dans le coup. Chocolatito a touché la cible 335 fois contre seulement 186 pour son adversaire. De ces coups, 315 étaient des coups en puissance.

Kovalev-Pascal en janvier

Par ailleurs, Jean Bédard, président d'InterBox, a confirmé aux médias sur place que Jean Pascal obtiendra son combat revanche face à Sergey Kovalev. Les deux mi-lourds en viendront aux coups le 30 janvier prochain, au Centre Bell.

Pascal (30-3-1, 17 K.-O.) s'était incliné par K.-O. technique face à Kovalev (28-0-1, 25 K.-O.) le 14 mars dernier.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer