Le clan Lemieux confiant de surprendre le monde de la boxe

Gennady Golovkin et David Lemieux ont participé à... (Photo Mary Altaffer, AP)

Agrandir

Gennady Golovkin et David Lemieux ont participé à la pesée officielle au Madison Square Garden, vendredi, en prévision de leur combat d'unification des titres des poids moyens qui aura lieu samedi soir.

Photo Mary Altaffer, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Richard Hétu

Collaboration spéciale

La Presse

(New York) Il y a quelques jours, David Lemieux a comparé son combat de boxe contre Gennady (GGG) Golovkin, présenté samedi soir à guichets fermés au Madison Square Garden, à celui de David contre Goliath. Pas bête. Mais c'est dans le costume d'Adam, autre personnage biblique, qu'il est monté sur le pèse-personne, vendredi après-midi. Prémonitoire?

Le corps à demi caché par une grande serviette blanche tenue par deux membres de son équipe, le boxeur québécois de 26 ans (34-2-0, 31 K.-O.) a fait osciller l'aiguille de la balance à 159,8 livres, respectant ainsi la limite de 160 livres, lors de la pesée officielle effectuée à la veille du combat d'unification des titres des poids moyens qui l'opposera au boxeur kazakh de 33 ans.

Golovkin (33-0-0, 30 K.-O.), de son côté, a affiché un poids de 159,4 livres... et son sourire habituel.

« Ça n'a pas été facile. Il était encore en train de courir [vendredi] matin », a déclaré le boxeur québécois Antonin Décarie, en faisant allusion aux efforts de son compatriote et ami pour faire le poids. « Une fois que c'est réglé, tu peux commencer à penser à la stratégie, aux petits points techniques. »

Devenu en mars dernier vice-président de la société qui gère la carrière de Lemieux (Eye of the Tiger Management), Décarie estime que les deux boxeurs prendront une dizaine de livres d'ici l'heure de leur combat. Et il ne croit pas que le Québécois sera intimidé par son adversaire.

«David est un gars qui a extrêmement confiance en ses moyens. Cette confiance est inébranlable. Dans un combat comme ça, on en a besoin. On ne peut pas se permettre d'écouter les commentaires d'un peu tout le monde.»

Antonin Décarie, vice-président d'Eye of the Tiger Management

N'empêche, revenons à Adam, le pauvre, qui a été chassé du paradis après avoir croqué la pomme. Le même sort attend-il Lemieux, qui se retrouve aujourd'hui dans la Grosse Pomme, où certains observateurs de la boxe lui reprochent d'avoir cédé à une autre tentation?

« Il aurait dû livrer deux autres combats avant d'accepter d'affronter Golovkin », a confié l'un des Québécois présents à New York pour ce combat d'unification qui sera également diffusé sur la chaîne payante HBO PPV.

Bien sûr, cette tentation avait de quoi faire tourner la tête à un boxeur ambitieux comme Lemieux. Son nom apparaît désormais aux côtés de ceux des Golovkin, Miguel Cotto et Saúl Canelo Álvarez comme successeur potentiel de Floyd Mayweather au titre de roi de la boxe.

« UNE JOURNÉE EXTRAORDINAIRE »

Cotto et Álvarez s'affronteront le 21 novembre à Las Vegas. Le gagnant devrait monter dans le ring au début de l'année prochaine contre le vainqueur du combat Lemieux-Golovkin pour le titre WBC des poids moyens.

« Un optimiste pourrait suggérer que Golovkin, Lemieux, Cotto et Álvarez pourraient être la version contemporaine de [Marvin] Hagler, [Sugar Ray] Leonard, Roberto Duran et Tommy Hearns », écrivait récemment un chroniqueur sportif du New York Post.

Pour le moment, ni Golovkin, ni Lemieux, ni Cotto, ni Álvarez n'ont atteint le degré de notoriété d'un Mayweather, dont la renommée a largement dépassé le monde de la boxe. 

Avec son sourire perpétuel et son anglais très limité, Gennady Golovkin est un peu l'anti-Mayweather, côté personnalité.

Après la pesée officielle de vendredi, le monarque de la WBA, de l'IBO et du WBC s'est contenté de saluer ses fans rassemblés dans les gradins du théâtre du Madison Square Garden et de leur dire (nous le citons textuellement): « Ce sera une journée extraordinaire demain soir. »

Lemieux ne parle pas un anglais parfait, mais il se force pour faire mousser l'affaire. C'est ainsi que le champion de l'IBF a évoqué mardi le récit biblique de David et Goliath. « Je sais que je dois être meilleur que je ne l'ai été contre [Hassan] N'Dam », a dit Lemieux en faisant allusion à sa plus récente victime. 

« Je suis conscient de la fiche de Golovkin, mais je suis aussi conscient de ce que je suis et de ce que je peux accomplir. Je serai un lion dans le ring. Aucun obstacle ne m'arrêtera. C'est un peu comme David et Goliath. Tout le monde est impressionné par GGG. Il est impressionnant et talentueux, mais il y a aussi David, qui fait beaucoup de bruit.

« Je vous le promets, il y aura du sang », a-t-il ajouté.

Vendredi, Lemieux a été un peu plus succinct et sobre dans ses propos après la pesée officielle. En parlant du combat de ce soir, il a dit: « Ce sera le meilleur David Lemieux que vous ayez jamais vu. Ce sera un combat formidable. J'ai hâte de passer à l'action et de donner aux fans ce qu'ils veulent voir. »

Les fans de Lemieux préféreraient évidemment voir ce samedi une version sportive du récit biblique mettant en vedette David et non pas Adam.

Il sera possible de suivre le combat sur les chaînes de télévision payantes, ou encore à la radio de Cogeco. Le site de RDS offre aussi une description round par round du combat. 

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer