Lucian Bute l'emporte par K.-O. technique au 4e round

Samedi soir, les quelque 4000 spectateurs présents au... (Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale)

Agrandir

Samedi soir, les quelque 4000 spectateurs présents au Centre Bell ont revu le Lucian Bute des beaux jours.

Photo Ulysse Lemerise, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Lucian Bute a remporté son pari. Le Montréalais d'origine roumaine a livré une performance inspirée après une absence de 19 mois dans le ring pour défaire l'Italien champion d'Europe Andrea Di Luisa par knock-out technique au quatrième round.

Bute (32-2, 25 K.-O.) a placé trois solides crochets de gauche consécutifs au visage de Di Luisa (17-3, 13 K.-O.), qui est tombé face contre terre pour un compte de huit.

Une fois qu'il s'est relevé, Bute l'a chargé, ne lui donnant aucune chance. C'est l'entraîneur de Di Luisa qui a lancé une serviette rouge sur le ring quelques secondes plus tard et l'arbitre Steve St-Germain s'est rapidement interposé.

«Ça m'a fait du bien de voir un gars tomber comme ça! Ça faisait près de quatre ans que je n'avais pas couché un adversaire», a laissé tomber Bute, qui avait passé le K.-O. à un opposant pour la dernière fois le 9 juillet 2011. Ce soir-là, en Roumanie, il avait envoyé au tapis Jean-Paul Mendy au quatrième round.

Le champion des super moyens de l'Internation Boxing Federation (IBF) de 2007 à 2012 n'était pas monté dans le ring depuis son cuisant revers encaissé face à Jean Pascal en janvier 2014. Samedi soir, les quelque 4000 spectateurs présents au Centre Bell - à 18 h, plus de 3600 billets avaient trouvé preneurs - ont revu le Bute des beaux jours.

«Il a fait tout ce qu'on a travaillé dans le gymnase: il bougeait la tête, il esquivait et bougeait bien, a analysé son entraîneur, Howard Grant. C'était plus timide dans les premiers rounds, mais par la suite, il a été fantastique. On n'a aucune plainte. Si les gens n'ont pas vu d'amélioration, qu'ils le disent, mais il a fait exactement tout ce qu'on a travaillé. Il a gagné de façon spectaculaire. Ila  lancé un message ce soir.»

Après un premier round plus timide, au cours duquel il a chassé la rouille, Bute n'a cessé de gagner en confiance. Au deuxième, il a placé plusieurs bonnes gauches au corps et au visage de son adversaire. Il a poursuivi le manège au troisième, tuméfiant l'oeil droit de l'Italien.

«À partir du troisième, même un peu vers la fin du deuxième, j'ai vraiment senti que j'avais retrouvé mes repères, a indiqué Bute. Dans le coin, Howard me disait: "Mets tes coups ensemble, lance des combinaisons et ça va bien aller".»

Au quatrième, Bute est sorti comme une bombe de son coin, ne laissant aucun répit à son adversaire. Le clan Di Luisa a lancé la serviette après 1:53 difficile.

«Je pense qu'ils ont eu le souci de protéger leur boxeur, a dit Bute de la décision de ses adversaires. Je pense qu'il était en difficultés et que c'était la bonne décision.»

Tout au long de la soirée, Bute a eu l'appui de la foule, qui a souvent scandé son nom. Elle a bondi sur ses pieds quand Di Luisa s'est effondré, refusant de s'asseoir de nouveau quand les hostilités ont repris. Elle a fortement applaudi la reprise de son K.-O. technique présentée sur l'écran géant, en plus de perturber l'entrevue d'après combat, présenté sur les ondes de NBC Sports dans le cadre de la série Premier Boxing Champions.

Réflexions

Bute était très ému de cette victoire, qui lui a fait revivre des émotions aussi vives que lorsqu'il avait vaincu Alejandro Berio pour obtenir le titre, en octobre 2007.

«Quand j'ai vu l'arbitre arrêter le combat, immédiatement les émotions m'ont gagné. J'étais très content, après une longue pause comme ça, de donner une bonne performance comme ça. Je n'aime pas parler de moi, mais je suis un gars sensible, émotif... Dans des moments comme ça, les hommes pleurent aussi, pas juste les femmes.»

Cette longue inactivité a aussi permis à Bute de réfléchir à la façon dont il entend mener la suite de sa carrière.

«Je me suis promis de ne plus jamais boxer blessé. Je l'ai fait deux fois. Je ne le ferai plus jamais. Maintenant, quand je vais au gym, j'ai du plaisir à m'entraîner. Je ne sais pas si je vais livrer un, deux ou cinq combats ou boxer pendant encore deux ou trois ans encore, mais je ne vais avoir que la tête à la boxe tout au long de cette période.»

La suite de sa carrière sera discutée en comité, entre Jean Bédard, Al Haymon, Bute et son équipe d'entraîneurs et de préparateurs. Des rumeurs l'envoient face à James DeGale, qui détient actuellement la ceinture IBF des super moyens, division que regagnera Bute dans l'avenir, mais ce dernier n'a pas voulu commenter ces rumeurs.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer