Lucian Bute souriant et confiant

Après son entraînement public, alors que les caméras... (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE)

Agrandir

Après son entraînement public, alors que les caméras avaient cessé de tourner, Lucian Bute est remonté dans le ring pour quelques minutes supplémentaires.

PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

C'est un Lucian Bute visiblement détendu qui s'est entraîné devant public, hier soir à Boucherville, en prévision de son combat contre l'Italien Andrea Di Luisa samedi, au Centre Bell. Rien à voir avec le boxeur nerveux et hésitant qu'on voyait avant qu'il passe un an et demi loin du ring.

Pendant toute la séance, le boxeur d'origine roumaine a eu le sourire aux lèvres. Son enthousiasme était manifeste. Il y est même allé de quelques minutes supplémentaires dans l'arène, alors que les caméras avaient cessé de tourner depuis un petit moment.

«Je me sens très bien, a lancé Bute (31-2, 24 K.-O.) lorsqu'il s'est enfin décidé à prendre une pause. Grâce à Dieu, je suis en santé. Ces dernières trois années, j'ai toujours eu des blessures. Mais pour le moment, la pause de 18 mois m'a fait du bien. J'ai pris le temps de penser à moi.

«J'ai changé d'équipe, je me sens bien, je suis de bonne humeur, je fais tout ce que je fais en boxe avec passion et amour, a-t-il énuméré. C'est ce qui est le plus important: j'aime ce que je fais.»

Selon lui, ce positivisme retrouvé n'est pas étranger à son association aux frères Otis et Howard Grant, qui se sont chargés de l'entraîner en prévision du combat de samedi. Ironiquement, il y a quelques semaines, Howard Grant affirmait qu'il voulait voir un Bute plus teigneux dans le ring, qu'il le trouvait trop gentil avec ses adversaires.

«J'ai dit que, comme toujours, j'allais être gentil hors du ring, a expliqué Bute. Mais sur le ring, je vais essayer d'être plus méchant. On travaille à être plus agressif et utiliser davantage les corps-à-corps. Je sens que je me suis amélioré. J'ai appris de nouvelles choses avec eux. J'ai toujours des choses à apprendre quand je vais au gymnase. Je ne suis pas un boxeur complet.»

Pas là pour une «promenade»

Pour sa part, Di Luisa (17-2, 13 K.-O.) en sera à un premier combat professionnel hors de son Italie natale. Le pugiliste, actuel champion des super-moyens de l'Union européenne, affirme qu'il est bien conscient du fait que la foule, heureuse de revoir Bute en action, lui sera sans doute des plus hostiles. Et ça lui importe bien peu.

«Ce sera un dur combat, mais je ne viens pas ici pour faire une promenade. Je viens ici pour livrer un bon combat», a-t-il fait savoir par l'entremise d'un interprète.

Ce n'est cependant pas la première fois que Bute et Di Luisa croiseront le fer dans l'arène. Les deux hommes s'étaient affrontés dans les rangs amateurs, dans un combat duquel Bute était sorti victorieux.

«C'est différent maintenant. Bute est maintenant un nom bien connu, en plus d'être un ancien champion du monde», a souligné le peu volubile Di Luisa, qui se décrit comme un boxeur très axé sur l'attaque.

«Je pense que ma vitesse va faire la différence dans ce combat, a quant à lui analysé Bute. Il est un bon boxeur typiquement européen. Il est droit, il ne bouge pas beaucoup au corps-à-corps, mais je pense que la vitesse va faire une différence.»

Reste à voir maintenant si Bute sera encore aussi souriant à la fin du combat samedi soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer