UFC 186: une bonne soirée pour les Québécois

Patrick Côté (à droite) a utilisé sa lutte à... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Patrick Côté (à droite) a utilisé sa lutte à bon escient pour se sortir des griffes de Joe Riggs et l'emporter par décision unanime.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Centre Bell n'affichait pas complet, samedi soir, lors de l'UFC 186, mais il a réservé un accueil enthousiaste à ses favoris. En échange des «Côté», «Oli» ou «Valérie» qui ont résonné tout au long de la soirée, ces derniers ont réussi un carton plein lors des combats préliminaires.

Dans ce trio de pugilistes québécois, Patrick Côté, 35 ans, remplit le rôle du vétéran qui a, par le passé, goûté aux joies d'un combat de championnat du monde. Samedi soir, il a utilisé sa lutte à bon escient pour se sortir des griffes de Joe Riggs et l'emporter par décision unanime (29-28, 29-28, 29-28). «Aujourd'hui, dans l'UFC, tu ne peux pas être un combattant unidimensionnel. On a vu que ma lutte a fait la différence jusqu'à un certain point, mais j'ai aussi fait preuve de détermination. J'étais dans le trouble aux premier et troisième rounds, mais j'ai été capable de renverser la situation et d'aller chercher la victoire», s'est réjoui la ceinture marron en jiu-jitsu brésilien.

«Au sol, c'est très rare que je me fais prendre hors position, et je peux faire la différence si je suis au-dessus.»

Atteint par quelques coups de coude au second round, Côté a racheté sa dernière défaite, subie en septembre contre Stephen Thompson. Dans un monde idéal, il espérerait remonter dans l'octogone au mois de novembre. «Je vais prendre les choses un combat à la fois. J'adore faire ce sport-là et aller m'entraîner au gymnase. Quand je vais sentir que je ne suis plus capable de suivre l'élite, je vais arrêter.»

***

Plus tôt dans la soirée, Olivier Aubin-Mercier, le jeune Québécois qui monte, a servi sa recette habituelle en battant David Michaud par soumission (étranglement arrière), au troisième round. Le poids léger de 26 ans était particulièrement fier d'avoir contourné l'obstacle américain, au sol, mais aussi avec ses uppercuts. «Je l'ai beaucoup frappé et, à vrai dire, je pensais que je lui avais cassé la mâchoire tant elle était enflée après le premier round. C'est un gars vraiment tough et je pense que c'est pour ça que l'UFC me l'a donné. C'était un bon test contre un gars qui avance toujours.» Un bon test pour lequel il se donne une note de 7 sur 10...

Aubin-Mercier a amené le combat au sol dès le milieu du premier round, sans pouvoir soumettre son adversaire. Il aurait également pu clore les débats après un coup de pied au foie suivi d'un barrage de coups de poing. Seule une droite l'a légèrement ébranlé dans ce combat. «C'est l'un des seuls coups qui m'a vraiment pincé avec, peut-être, un coup au corps que j'ai senti. Sinon, j'ai pas mal absorbé tout le reste. [...] Je pense que j'ai encore du travail à faire, on va aller voir Artur [Beterbiyev] pour faire une petite ronde de boxe et pratiquer ma défense.»

***

Valérie Létourneau a remporté son deuxième combat dans l'UFC - contre Jessica Rakoczy (29-28, 29-28, 30-27) - tout en balayant certains doutes. Se battre dans la catégorie des poids paille impliquait une importante coupe de poids qui, avoue-t-elle, n'a pas été facile à vivre. Mais contrairement à ses craintes initiales, elle n'a pas été victime d'une baisse d'énergie pendant les trois rounds. «Je suis contente de l'avoir fait et je vais le refaire, cette fois en mieux. Je vais m'améliorer dans cette partie-là [la coupe de poids], mais j'ai fini fort dans le combat. C'est ce qui m'inquiétait le plus [vendredi], mais je me sentais bien [hier] matin.»

Létourneau aurait pu mettre un terme au combat dès les premières minutes avec une tentative de clé de bras. Elle savait cependant que son adversaire, dont l'oeil droit a rapidement enflé, forçant l'intervention du médecin, n'allait pas céder. «C'est une combattante vraiment difficile à finir. Elle se faisait souvent prendre dans des soumissions, mais elle s'en sort toujours.»

Acclamée par la foule montréalaise, l'athlète de 31 ans avait une pensée pour une seule personne, en particulier, au terme de son combat. «Ma fille était au Centre Bell et c'est la première fois qu'elle pouvait me voir en direct. J'ai hâte de la revoir», a souligné celle qui est la première à remporter des victoires dans deux classes de poids différentes.

FORTUNES DIVERSES POUR JABOUIN ET MAKDESSI

Largement négligé, Yves Jabouin n'a pas été en mesure de freiner le Brésilien Thomas Almeida dont la fiche professionnelle indique maintenant un impressionnant 19-0. Le poids coq s'est incliné par K.-O. technique dans la dernière minute du premier round. De son côté, John Makdessi n'a connu aucune difficulté contre Shane Campbell, qui avait accepté ce combat il y a moins de trois semaines. Il l'a emporté par K.-O. technique avec six secondes à écouler au premier round.

JACKSON BAT MALDONADO PAR DÉCISION UNANIME

Quinton Jackson a signé son retour dans l'UFC avec une victoire sans problème aux dépens du Brésilien Fabio Maldonado. Devant le rythme relativement lent, quelques sifflets se sont faits entendre au cours du deuxième round. Bref, il ne s'agissait pas du combat de la soirée.

BISPING BAT DOLLAWAY PAR DÉCISION UNANIME

Le populaire Michael Bisping l'a avoué: il ne s'attendait pas à un combat aussi difficile contre C.B. Dollaway. Tant mieux pour le public montréalais qui n'a pas boudé son plaisir devant ce combat particulièrement spectaculaire. En difficulté après avoir été atteint par un crochet de la gauche en fin de premier round, l'Anglais a renversé la vapeur par la suite en obtenant les meilleurs coups.

DAVIS BAT KAUFMAN PAR SOUMISSION (CLÉ DE BRAS)

Alexis Davis a bien rebondi après son expéditive défaite contre Ronda Rousey, en juillet dernier, grâce à un succès par soumission face à Sarah Kaufman. La Canadienne a réussi une clé de bras avec 1 min 54 s à faire dans le deuxième round.

LAPRISE BAT BARBERENA PAR DÉCISION UNANIME

Chad Laprise (10-0) reste invaincu chez les professionnels après sa victoire contre Bryan Barberena. L'Ontarien a pu lever les bras au terme d'un combat endiablé où les deux hommes se sont échangé coup pour coup. Malgré le 30-27 accordé par l'un des juges, le combat a été assez équilibré. «Je savais que c'était serré, mais j'étais confiant au moment d'aller au verdict des juges», a-t-il dit.

TALEB BAT CLEMENTS PAR DÉCISION UNANIME

Nordine Taleb a remporté son troisième combat consécutif dans l'UFC, contre l'Ontarien Chris Clements. Il a été particulièrement efficace dans les mises au sol avec six réussies en autant de tentatives.

MARKOS BAT DALY PAR DÉCISION UNANIME

Randa Markos, de Windsor, a bien lancé la soirée pour les combattants canadiens en l'emportant par décision unanime contre l'Irlandaise Aisling Daly. Plus efficace dans le combat debout, elle a fait la différence, lors du troisième round, en ayant le contrôle pendant plus de trois minutes.

JOHNSON BAT HORIGUCHI PAR SOUMISSION (CLÉ DE BRAS)

Demetrious Johnson a conservé sa ceinture de champion du monde en réservant le meilleur pour les toutes dernières secondes de son combat contre Kyoji Horiguchi. Une clé de bras, réussie à 4 min 59 s du dernier round, lui a surtout permis de rester invaincu en huit combats et de poursuivre sa domination dans les poids mouches.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer