Pascal et Kovalev respectent la limite

Jean Pascal a enregistré un poids de 175 livres,... (Photo Graham Hughes, PC)

Agrandir

Jean Pascal a enregistré un poids de 175 livres, soit exactement la limite permise.

Photo Graham Hughes, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

Jean Pascal et Sergey Kovalev en ont assez de toutes leurs obligations entourant leur combat d'unification des titres WBA, WBO et IBF des mi-lourds et il est grand temps que les deux pugilistes montent sur le ring.

Sergey Kovalev s'est moqué des partisans de Jean... (Photo Graham Hughes, PC) - image 1.0

Agrandir

Sergey Kovalev s'est moqué des partisans de Jean Pascal.

Photo Graham Hughes, PC

Les deux boxeurs ont semblé à cran lors de la pesée officielle, vendredi après-midi. Pascal (29-2-1, 17 K.-O.), qui a fait osciller l'aiguille du pèse-personne à 175 livres, la limite permise, a préféré ne pas se présenter devant les caméras pour le traditionnel face-à-face.

«Jean m'a dit: «Si tu me forces à me présenter là, j'ai peur qu'il n'y ait pas de combat (samedi)'. Je lui ai donc dit d'aller manger à la place», a expliqué l'entraîneur du Québécois, Marc Ramsey.

Le triple champion Kovalev (26-0-1, 23 K.-O.), qui a affiché un poids de 174 livres, s'est quant à lui présenté au Casino de Montréal dans une humeur massacrante, se livrant à une guerre de mots avec un partisan de Pascal qui le haranguait avant de lui faire un doigt d'honneur.

«Sergey est plutôt irrité et irritable depuis deux jours, l'a défendu la présidente de Main Events, Kathy Duva. Il n'a pas mangé depuis hier soir et il est plutôt de mauvais poil, mais ce n'est rien d'extraordinaire dans son cas: il sera comme ça jusqu'à ce qu'il monte dans le ring.»

Ramsey croit plutôt que le clan Pascal a été capable de «jouer dans sa tête».

«S'il est si de mauvaise humeur, c'est probablement qu'on le dérange», a-t-il avancé.

«Pas le moins du monde, a répliqué Duva. C'est le gars le plus solide mentalement que je connaisse, et je connais Evander Holyfield depuis de nombreuses années. Il n'y a aucune chance que Jean Pascal dérange psychologiquement Sergey Kovalev.»

On sent beaucoup d'animosité entre les deux hommes depuis le début de la semaine. Elle a possiblement atteint son point culminant mercredi, lors de la conférence de presse, alors que Kovalev a touché de sa casquette le visage de Pascal, qui n'a pas du tout apprécié. Quand il a tenté de retirer le couvre-chef du Russe, ce dernier l'a violemment repoussé. Le Lavallois n'a rien fait pour tenter un rapprochement vendredi.

Le combat de 12 rounds sera le fait saillant de cette soirée de boxe qui commencera à compter de 18 h 30 samedi, au Centre Bell, et sur les ondes de la chaîne câblée américaine HBO. La demi-finale mettra aux prises les poids lourds Steve Cunningham (28-6, 13 K.-O.) et Vyacheslav Glazkov (19-0-1, 12 K.O.), un combat éliminatoire au titre IBF détenu par l'Ukrainien Wladimir Klitschko (63-3, 53 K.-O.), qui est aussi champion des lourds de la WBA, du WBO et de l'IBO.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer