Stevenson-Bika: un combat qui marquera les esprits

Adonis Stevenson et Sakio Bika... (Photos: La Presse)

Agrandir

Adonis Stevenson et Sakio Bika

Photos: La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

Les amateurs de boxe du Québec auraient souhaité un adversaire de plus grande renommée pour Adonis Stevenson. Mais Yvon Michel les prévient: il ne faudra pas prendre Sakio Bika à la légère.

«C'est un boxeur à qui on n'a jamais passé le K.-O., a déclaré Michel, président de Groupe Yvon Michel, lors de la conférence de presse pour le gala du 4 avril, au Colisée Pepsi de Québec. Plusieurs experts croient que, mis à part Chad Dawson, c'est peut-être le boxeur de la divison le plus apte à faire la limite contre Adonis.»

Michel se méfie grandement de Bika, se souvenant trop bien des dégâts que peut faire un nouveau venu dans une division de poids.

«Il en sera à son premier combat à 175 livres. Souvenez-vous du premier combat d'Adonis dans cette division: il avait fait des ravages, a rappelé Michel, en parlant du foudroyant K.-O. inscrit par son protégé contre Dawson pour s'emparer du titre. (Le regretté) Emanuel Steward nous avait dit: «Si vous avez l'occasion d'affronter Dawson ou Tavoris Cloud, allez-y. Mais évitez le plus longtemps possible Sakio Bika'.»

«Je m'attends à un combat vraiment rude, «tough', parce que Bika donne toujours le meilleur de lui-même, a quant à lui fait valoir Stevenson (25-1, 21 K.-O.), qui tentera une cinquième défense de son titre. Il ne viendra pas en touriste. Il est brave et fonceur et n'a jamais pris de knock-out. Je vais être prêt pour un gars très dangereux comme lui.»

Afin de tenter sa chance pour obtenir un deuxième titre du WBC dans une deuxième division de poids, Bika (32-6-3, 21 K.-O.) fait le saut chez les 175 livres pour ce combat... et compte y rester pour défendre son titre par la suite.

«Ça ne sera pas plus facile, mais je serai plus fort, a indiqué l'Australien d'origine camerounaise dans son français aux accents d'Afrique. Chez les mi-lourds, ce sera plus facile, car je n'aurai pas besoin de perdre du poids. Je vais bien manger. Ce sera un petit avantage, un stress de moins.»

Et il ne soucie guère de la force de frappe du champion.

«Lui n'a jamais goûté à ma force de frappe, a lancé le boxeur de 35 ans. Le 4 avril, on va monter dans le ring, on va se cogner dessus et le meilleur l'emportera. Je suis sûr que j'encaisserai ses coups, mais je ne sais pas s'il sera en mesure de prendre les miens.»

Marquer l'histoire

Peu importe qu'il parvienne ou non à défendre pour une cinquième fois son titre, Stevenson marquera l'histoire, le 4 avril.

L'affrontement servira d'abord à lancer la série Premier Boxing Champions sur les ondes de CBS. La série, créée par Al Haymon, le gérant de Stevenson, cherche à démocratiser la boxe en présentant de grands combats sur les chaînes généralistes, afin que les amateurs n'aient pas à débourser pour commander les galas sur la télé à la carte.

Il marquera également le dernier événement de boxe professionnel au vétuste Colisée de Québec, qui a tout de même été le théâtre de plus d'une centaine de soirées de boxe importantes. Bernard Barré, directeur du recrutement du Groupe Yvon Michel, n'a pas manqué de rappeler qu'outre Stevenson, plusieurs autres champions ont foulé le ring du Colisée, comme Jean Pascal, Lucian Bute, Éric Lucas, Otis Grant, les frères Hilton, Stéphane Ouellet, Fernand Marcotte et autres Lou Brouillard, pour ne nommer que ceux-là.

Quant à Stevenson, il lorgne déjà du côté de Pascal ou Sergey Kovalev. Les deux hommes s'affronteront pour les titres WBA, WBO et IBF de Kovalev le 14 mars, au Centre Bell, et le vainqueur du duel Stevenson-Bika sera de facto l'adversaire obligatoire du gagnant de ce combat d'unification. Si les plans de Stevenson et Yvon Michel, président de GYM, se passent comme ils l'entendent, ce combat aurait lieu en septembre, à Haïti.

«Le plan pour Adonis après ce combat, c'est de le faire boxer à Haïti, le ramener au Québec, puis le faire boxer à Toronto», a noté le promoteur.

Afin d'appuyer cette finale, GYM a dépêché plusieurs boxeurs de son écurie, dont le représentant de St-Émile Kevin Bizier (23-2, 16 K.-O.) et Sébastien Bouchard (9-1, 3 K.-O.), de Baie-Saint-Paul. Oscar Rivas (15-0, 10 K.-O.) et le nouveau venu de GYM Custio Clayton (2-0, 1 K.-O.) seront également de la partie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer