Hyppolite a raison de Nemesapati pour gagner la ceinture WBC Silver

Hyppolite (14-1, 10 K.-O.) a fait preuve d'une... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Hyppolite (14-1, 10 K.-O.) a fait preuve d'une belle patience face au coriace Nemesapati (15-2, 14 K.-O.) pour inscrire une victoire par arrêt de l'arbitre Alain Villeneuve à 1:26 du 11e round.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Schiller Hyppolite a remporté de brillante façon son combat face au Hongrois Norbert Nemesapati pour mettre la main sur le titre WBC International Silver chez les mi-lourds, en demi-finale du gala Pascal-Bolonti.

Hyppolite (14-1, 10 K.-O.) a fait preuve d'une belle patience face au coriace Nemesapati (15-2, 14 K.-O.) pour inscrire une victoire par arrêt de l'arbitre Alain Villeneuve à 1:26 du 11e round.

En arrière dans les cartes, Nemesapati a voulu lancer une attaque que son adversaire a clairement vu venir et c'est le Hongrois qui a encaissé le solide uppercut court du droit que lui a servi Hyppolite en contre-attaque. Ébranlé, Nemesapati a cherché à se réfugier dans les câbles, mais complètement inactif, il n'a pas laissé d'autre alternative à l'officiel, qui a réagi au bon moment.

C'est la première défaite par K.-O. subie par Nemesapati.

Hyppolite, un Montréalais d'origine haïtienne, semblait se diriger vers une victoire expéditive après qu'il eut fait visiter le plancher à son adversaire dès la troisième reprise grâce à un solide crochet de droite qui a atteint la tempe de Nemesapati. Mais le Hongrois s'est relevé avant le compte de 10 et, même s'il a mis un certain temps à reprendre tous ses esprits, il a résisté à l'assaut d'Hyppolite dans les dernières secondes du round.

Au septième, Hyppolite a de nouveau ébranlé solidement Nemesapati, sans que ce dernier ne cède. Après qu'un autre crochet du droit à la tête l'eut envoyé valser dans les câbles, Hyppolite a suivi avec une combinaison crochet de droite à la tête et uppercut de la gauche, sans réussir à mettre son adversaire hors de combat.

Après avoir résisté tant bien que mal aux attaques du Québécois, connaissant même ses meilleurs moments au début du huitième, Nemesapati aura couru à sa perte en lançant une attaque qu'Hyppolite a vu venir. Le Hongrois n'avait toutefois pas d'autre choix que d'ouvrir la machine dans cette cause qui s'annonçait perdue.

Butler demeure invaincu

Steven Butler (9-0, 8 K.-O.) a conservé sa fiche intacte contre le Français Lyes Chaibi (12-8-2, 2 K.-O.), qui a été stoppé avant la limite pour la première fois de sa carrière. Chaibi a tout de même livré une belle opposition au mi-moyen Montréalais et l'arbitre a peut-être été un peu rapide sur la gâchette en arrêtant le combat à 1:14 du cinquième, alors qu'il venait de livrer deux bons rounds au cours desquels il avait atteint Butler solidement en quelques occasions.

Butler, embêté par la position du gaucher en début de combat, a bien su s'ajuster et l'expérience acquise lui servira pour la suite de sa carrière.

À l'autre bout du spectre, Junior Ulysse (5-0, 3 K.-O.) n'a pratiquement pas eu d'opposition de la part du mi-moyen Polonais Lukasz Janik (12-8-1, 6 K.-O.) et il a par conséquent signé une victoire facile par décision unanime, les trois juges remettant des cartes de 80-72. Certains diront que ces rounds seront formateurs. Encore faut-il avoir une opposition.

En ouverture de gala, le poids lourd Bogdan Dinu (12-0, 8 K.-O.) n'a eu qu'à travailler pendant 2:49 face au Montluçonnais Mickaël Vieira (14-5, 7 K.-O.). Vieira s'est blessé au bras gauche en lançant une attaque, l'handicapant sévèrement. Dinu a saisi sa chance et l'a terrassé d'un solide crochet au corps.

À son premier combat depuis qu'il a signé un contrat de trois ans avec InterBox - et son deuxième en deux semaines! - David Théroux (5-0, 3 K.-O.) a dû livrer six rounds face au tenace Polonais Maurycy Gojko (22-45-3, 8 K.-O.). Le super-léger l'a cependant emporté par décision unanime. Les trois juges ont remis des cartes de 60-52, Gojko a été pénalisé de deux points au deuxième pour ses deux visites au tapis.

Finalement, le super-plume Joel Diaz fils (18-0, 14 K.-O.), jeune Californien de 22 ans protégé de Jean Pascal, a dominé son combat contre le Mexicain Pedro Navarrete (28-20-3, 17 K.-O.), qu'il a terrassé d'un crochet du gauche au corps à la fin du quatrième round.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer