Kathy Duva aura Jean Pascal à l'oeil

Jean Pascal et Roberto Bolonti se sont mesurés... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Jean Pascal et Roberto Bolonti se sont mesurés du regard, vendredi au Casino de Montréal, après la pesée officielle.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plusieurs personnes se sont déplacées au Casino de Montréal, vendredi, pour assister à la pesée officielle précédant le combat qui opposera Jean Pascal à Roberto Bolonti, samedi soir au Centre Bell. Mais l'une des spectatrices était certainement un peu plus attentive que les autres.

Cette femme, c'est Kathy Duva, présidente de Main Events et promotrice de Sergey Kovalev. Son poulain, qui a vaincu Bernard Hopkins à Atlantic City il y a quelques semaines, affrontera Pascal (29-2-1, 17 K.-O.) le 14 mars prochain si ce dernier l'emporte contre Bolonti (35-3, 24 K.-O.)

«[Sergey] est très heureux, a-t-elle indiqué. Il a été très clair avec nous pour dire que tout ce qu'il veut, ce sont les plus gros combats, et [Pascal] était le meilleur combattant disponible. Nous voulions des combats importants. Sergey veut des combats importants. C'était le plus important qu'il pouvait obtenir à ce moment-là.»

Le pugiliste lavallois aurait alors l'occasion de ravir les titres WBO, IBF et WBA des mi-lourds que détient Kovalev. Duva s'attend d'ailleurs à un duel très relevé.

«Pascal s'est battu contre les meilleurs lorsqu'il en a eu l'occasion, note-t-elle. C'est un guerrier, il veut se battre et il aime clairement se battre. Il a beaucoup d'expérience. De plus, il sera à la maison, il aura donc la foule de son côté. Sergey frappe très fort et boxe très bien. Ce sera un excellent affrontement. Il y aura beaucoup de stratégie, et c'est ce qui rend le combat excitant, à mon avis.»

Avez-vous dit disponible?

Chose certaine, il n'était pas question pour Kovalev de se mesurer à Adonis Stevenson après sa victoire contre Hopkins.

Rappelons qu'une entente pour un combat Kovalev-Stevenson avait été conclue l'an dernier, avant qu'elle ne tombe à l'eau après que Al Haymon est devenu le gérant de Stevenson. Duva avait même intenté une poursuite contre le boxeur, Haymon et le promoteur Yvon Michel, avant d'abandonner ses démarches.

«Il n'était pas disponible, n'est-ce pas? Était-il disponible? Vous avez dit le mot disponible. Disponible, ça signifie qu'il est prêt à avoir un combat avec vous. Ça ne le rend donc pas disponible», a-t-elle lancé en boutade, sourire aux lèvres.

Si la date du 14 mars est déjà arrêtée, on ignore toujours si cet éventuel combat Pascal-Kovalev aura lieu à Montréal ou à Québec. C'est que l'UFC a déjà réservé le Centre Bell pour un gala qui se tiendrait ce soir-là.

«Ce n'est pas ma décision. C'est [au président d'InterBox] Jean Bédard de s'en occuper. Je ne sais pas si le Centre Bell sera disponible, mais il travaille très fort pour qu'il le soit. Et si c'est le cas, ce sera alors ici», a précisé Kathy Duva.

La limite respectée

Pour en revenir à la pesée, sachez que Pascal et Bolonti ont tous deux respecté la limite de 180 livres. Le premier a enregistré un poids de 179,6 livres, tandis que le second a fait osciller la balance à 179 livres précises.

La limite de poids dans la catégorie des mi-moyens est habituellement fixée à 175 livres, mais elle a été augmentée puisqu'il n'y a aucun titre en jeu pour cet affrontement.

Rappelons que le combat Pascal-Bolonti devrait débuter entre 22 h et 22 h 30 samedi soir. Le gala se mettra en branle à 19 h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer