La renaissance d'Ariane Fortin

La boxeuse Ariane Fortin sera l'une des deux... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

La boxeuse Ariane Fortin sera l'une des deux représentantes canadiennes à Glasgow, où la boxe féminine sera présentée pour la première fois de l'histoire des Jeux du Commonwealth.

Photo André Pichette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Jeux de Londres, Ariane Fortin les a regardés à la télé, à partir de son appartement montréalais. La boxeuse avait rêvé à un autre scénario.

Dans les mois précédents, elle avait livré une dure bataille à l'Ontarienne Mary Spencer pour s'assurer d'une place aux Jeux dans sa catégorie de poids. Les deux étaient championnes du monde, à des poids différents. À Londres, elles se battaient pour la même place. Spencer a gagné. Fortin a rongé son frein.

D'autres auraient abandonné. Mais pas elle. Et voilà que deux ans plus tard, Ariane Fortin, qui a aujourd'hui 30 ans, vient de battre Mary Spencer au championnat canadien, a repris sa place dans l'équipe nationale et se prépare à participer à sa plus importante compétition en six ans, les Jeux du Commonwealth.

Pour elle, c'est en quelque sorte une renaissance. «C'est un accomplissement et un privilège d'être ici», lance Fortin, jointe dans les environs de Glasgow, où commencent mercredi les 20e Jeux du Commonwealth.

Fortin et Mandy Bujold sont les deux représentantes canadiennes à Glasgow, où la boxe féminine sera présentée pour la première fois de l'histoire de cette compétition qui regroupe les anciennes colonies britanniques. Chez les hommes, David Gauthier est l'unique boxeur du Québec.

«Ici, il va y avoir beaucoup de filles qu'on ne connaîtra pas. Il y aura des filles des pays africains, de l'Inde, de l'Australie, explique Fortin. La plupart des filles, on ne les a jamais vu boxer. Il faudra s'ajuster à leur style. C'est une bonne pratique pour les Jeux olympiques.»

«Ça augure bien pour Rio»

Quand Ariane Fortin a perdu sa place dans l'équipe nationale en 2011, elle a aussi été privée du soutien financier du programme À nous le podium. Elle a manqué les plus prestigieuses compétitions: les Mondiaux de 2010 et 2012, en plus des Jeux de Londres.

Pendant toutes ces années, le niveau de la boxe féminine a beaucoup progressé, dopé par le nouveau statut de sport olympique. «Les pays se mettent à investir. Le Brésil, entre autres, fait beaucoup d'efforts pour développer ses boxeuses. Le niveau augmente partout», note Fortin.

Sa victoire sur Spencer en octobre dernier lui a permis de regagner la scène mondiale. La boxeuse québécoise aurait pu être déclassée après une si longue absence. Mais un tournoi récent en Pologne l'a rassurée.

En avril, au tournoi Feliks Stamm, Fortin a vaincu les représentantes de la Nouvelle-Zélande, de la Russie et de la Chine dans la catégorie des moins de 75 kg. Elle s'est inclinée en finale contre une boxeuse locale.

«Contre la Polonaise, c'était un combat serré et c'était chez elle. Le tournoi en Pologne est venu confirmer que j'étais encore dans le top mondial. Donc j'arrive aux Jeux du Commonwealth très confiante. Je suis vraiment contente. Ça augure bien pour les Jeux olympiques. »




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:4273453:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer