Joachim Alcine se battra au Stade olympique

Joachim Alcine... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

Joachim Alcine

Photo André Pichette, archives La Presse

Marc Tougas
La Presse Canadienne

C'est rien de moins qu'au Stade olympique que le combat entre Joachim Alcine et Delvin Rodriguez aura lieu, le vendredi 16 mai prochain. C'est toutefois dans un contexte intime que le tout se déroulera, alors qu'on ne vendra que 1500 billets pour cette soirée dont les principaux combats seront diffusés à ESPN.

Le ring sera installé à l'endroit où le marbre se trouve lors des matchs de baseball disputés au Stade olympique, a expliqué Alexandre Choko, l'organisateur local de l'événement qui a été mis sur pied par le promoteur américain Joe DeGuardia, président de Star Boxing.

Environ 500 billets de parterre seront vendus au prix unitaire de 100 $ et plus, tandis que 1079 sièges dans les gradins près du ring seront vendus à 45 $ chacun. Les recettes seront remises à la Fondation pour l'enfance Starlight.

Choko, qui a été le promoteur d'une douzaine de combats de boxe d'envergure modeste ces dernières années, s'est dit d'avis que le côté inusité de l'événement suscitera l'intérêt des amateurs de boxe en général et de la communauté haïtienne en particulier. Il s'est dit convaincu qu'il devra même refuser des gens.

«Déjà, Jean Pascal m'a appelé et m'a demandé ce qu'il pouvait faire pour m'aider. Bruny Surin aussi», a dit Choko du boxeur lavallois et de l'ancien sprinteur, qui a maintenant une compagnie de gérance d'athlètes.

«Même si la salle n'est pas remplie, je vais être gonflé à bloc comme si elle était remplie», a commenté Alcine au téléphone depuis la Californie, où il réside et tient présentement son camp d'entraînement.

«Reste que la première chose que je vais faire quand je vais entrer dans le ring, c'est de regarder le toit pour m'assurer que le toit ne coule pas», a lancé à la blague l'ancien champion du monde.

À l'aide d'un jeu de lumière et d'obscurité, on reproduira l'atmosphère intimiste d'autres événements du genre tenus par le passé au Stade olympique, notamment par la Ligue nationale d'improvisation.

«Aussi fou que cela puisse paraître, le Stade a commencé à tenir des événements intimes, a souligné Choko. Et de mon côté, quand j'organise des événements, j'aime créer une expérience plutôt que de chercher à remplir un stade.

«Initialement, je regardais d'autres salles pour ce projet. Mais je me suis dit que si je fais un retour (en tant que promoteur), pourquoi ne pas le faire dans un lieu historique», a indiqué Choko, qui avait initialement été l'organisateur du combat de boxe entre Tim Bradley et Kendall Holt au Centre Bell, en 2009, mais avait été écarté de ce rôle à la dernière minute.

«Il fallait aussi que je fasse quelque chose d'original si je voulais séduire mon ami américain», a dit Choko en parlant de DeGuardia.

Celui-ci était en quête d'un endroit où tenir le combat impliquant son client Rodriguez, après que le projet d'organiser le gala dans un casino du Connecticut eut échoué. Le promoteur américain a été charmé, selon ses dires, par la passion de Choko.

«Il y a de belles possibilités d'avenir pour la boxe à Montréal, a noté DeGuardia. Ce n'est pas tant pour l'argent que j'ai décidé de le faire ici, mais plutôt pour préparer l'avenir.»

Le combat entre Alcine (35-7-1, 21 K.-O.) et Rodriguez (28-7-3, 16 K.-O.) a été baptisé «La croisée des chemins». Alcine, qui est maintenant âgé de 38 ans, a remporté un deuxième combat de suite, le 22 février dernier, après avoir connu une série de cinq défaites. Rodriguez, 33 ans, a plusieurs fois été au seuil d'un titre mondial, à titre d'aspirant obligatoire. Il a perdu son dernier combat, par K.-O. technique au troisième round, contre Miguel Cotto.

Il s'agira d'un combat intéressant qui pourrait s'avérer un grand combat parce que les deux boxeurs s'y investiront sans réserve, a affirmé DeGuardia. Selon lui, le gagnant relancera sa carrière tandis que le perdant risque de voir la sienne se terminer.

Alcine s'est dit convaincu d'avoir maintenant des ressources en lui qu'il n'avait pas avant. Il attribue cela à son travail avec Buddy McGirt, celui qui a notamment déjà dirigé Arturo Gatti.

«Avec Buddy, on a travaillé sur l'intelligence dans le ring, sur la technique aussi, a indiqué Alcine. Et j'ai fait beaucoup de travail au point de vue mental. Cet aspect-là va beaucoup mieux. D'ailleurs, la clé du combat (contre Rodriguez) sera surtout mentale, bien plus que physique.»

Alcine a vécu des heures sombres après avoir perdu son titre, comme c'est le cas présentement pour Lucian Bute.

«Le meilleur conseil que je pourrais donner (à Bute), c'est de continuer à aller au gymnase, a affirmé Alcine. Et aussi, que ça peut être tentant de faire le ménage dans son entourage, mais il faut faire attention. Parfois, faire le ménage, ça peut nous faire reculer au lieu d'avancer. C'est ce qui m'est arrivé. Il faut avoir confiance qu'avec le temps, on gagne en maturité.»

Les combats de la sous-carte seront annoncés dans les prochains jours. La demi-finale mettra aux prises deux poids lourds.




À découvrir sur LaPresse.ca

Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer