GSP: pas de changements, pas de retour

S'il n'y a pas de changements en ce... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

S'il n'y a pas de changements en ce qui a trait aux contrôles antidopage chez les combattants de l'UFC, Georges St-Pierre demeurera chez lui.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Georges St-Pierre (GSP) assure qu'il a toujours le feu sacré. Bien qu'il n'ait pris aucune décision en ce sens, l'ex-champion des mi-moyens de l'UFC n'exclut pas un retour dans l'octogone. Cependant, une chose est claire dans son esprit: s'il n'y a pas de changements en ce qui a trait aux contrôles antidopage chez les combattants, il demeurera chez lui.

Rencontré hier en marge de la sortie du documentaire GSP: l'ADN d'un champion, qui raconte sa vie et l'évolution de sa carrière, St-Pierre a maintes fois répété qu'il ne reprendrait la compétition que si l'UFC, et les arts martiaux mixtes en général, y allait de véritables efforts pour lutter contre la consommation de substances dopantes synthétiques, qu'il qualifie d'«armes biologiques».

«Tant que ça ne sera pas fait, ça ne me tente pas de recommencer à me battre, a-t-il martelé. Si je reviens, c'est pour l'amour du sport. J'ai encore la flamme en dedans. Ça me brûle. J'ai encore le goût de compétitionner, mais je ne vais pas revenir si les choses ne changent pas.»

GSP affirme aussi avoir reçu l'appui de plusieurs de ses collègues pour ses démarches, et prévient dans la foulée qu'il ne pourra tout faire seul.

«On est à l'écoute de ce que je dis, mais je suis seulement un individu. Il va falloir qu'il y ait d'autres personnes. Je ne pourrai pas arriver à changer les choses sans l'aide de l'UFC, et je pense qu'ils sont sur la bonne voie.»

L'athlète de Saint-Isidore a d'ailleurs indiqué qu'il avait discuté de la question avec le copropriétaire de l'UFC Lorenzo Fertitta pendant le week-end du Super Bowl, à New York. Selon lui, ce dernier serait ouvert à une telle refonte.

«Il y a des choses à faire. Il y a des choses qui vont changer. Il est conscient de ça», a-t-il dit.

Pas de dent contre l'UFC

Les relations entre St-Pierre et l'UFC semblaient être devenues houleuses après sa victoire contre Johny Hendricks, le 16 novembre dernier. Après que GSP eut annoncé qu'il souhaitait prendre une pause, le promoteur du circuit, Dana White, l'avait sévèrement critiqué, disant notamment qu'il ne méritait pas de gagner.

Mais St-Pierre jure qu'il n'est pas en brouille avec l'UFC et qu'il n'a « rien de personnel » contre White, à qui il n'a pas reparlé depuis son combat.

«Le problème, a insisté GSP, ce n'est pas l'UFC. C'est le sport, le système dans lequel notre sport a grandi et la culture. C'est ça qu'il faut changer et c'est à ça qu'il faut s'attaquer.

«Je ne veux pas me battre contre quelqu'un qui a une arme. Je veux me battre à mains nues, que ce soit fair», a-t-il souligné.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:4273453:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer