Football universitaire: place aux séries éliminatoires

Les Carabins de l'Université de Montréal affronteront le... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Les Carabins de l'Université de Montréal affronteront le Vert et Or de l'Université de Sherbrooke en demi-finale, demain après-midi, au CEPSUM.

Photo Robert Skinner, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce sont deux formations québécoises qui ont terminé la saison aux premiers rangs du top 10 du football universitaire canadien: le Rouge et Or de l'Université Laval et les Carabins de l'Université de Montréal.

Et si les premiers ont dominé le classement toute l'année (pour la quatrième fois de leur histoire), les seconds ont progressé régulièrement pour atteindre le deuxième rang lors du dernier vote, après une victoire de 13-9 contre Laval.

Les Carabins ont compilé le même dossier (7-1) et ont même failli déloger le Rouge et Or du sommet en obtenant 12 des 30 votes de première place et 274 points, contre 18 votes de première place et 288 points pour leurs grands rivaux.

«Ça montre encore que la conférence québécoise est la meilleure au Canada, a souligné Danny Maciocia, entraîneur-chef des Carabins. Le Rouge et Or est champion de la Coupe Vanier et il y a d'excellents joueurs dans chaque formation de notre conférence, des gars qui seraient sans doute "All-Canadian" s'ils jouaient ailleurs au pays. Et ça témoigne aussi de la force du football pratiqué à tous les niveaux au Québec.»

L'UdeM et Laval, qui se sont partagé les deux matchs les opposant cette saison, devront maintenant oublier les honneurs et les statistiques pour se concentrer sur les demi-finales du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ), demain à 13h. Les Carabins accueillent Sherbrooke, alors que le Rouge et Or reçoit Concordia.

Les «Bleus» devront se méfier du Vert et Or, qui les avait justement battus en demi-finale en 2012. L'UdeM, qui évoluait au CEPSUM, était pourtant favorite. Maciocia croit toutefois que ses hommes n'ont rien à changer à leur préparation.

«Après une performance décevante lors de notre premier match à Québec, notre équipe a vite retrouvé le chemin du succès en y allant un match à la fois. Pour une des premières fois de l'histoire des Carabins, il y a un bel équilibre cette année entre la défense et l'offensive. Tout le monde contribue également, et cela est très satisfaisant comme entraîneur.

«Nous allons aborder cette demi-finale comme un match ordinaire, avec la même routine, les mêmes entraînements. La recette a bien fonctionné jusqu'ici, et ça ne donnerait rien de vouloir en faire plusparce que c'est un match des séries éliminatoires.»

Le Rouge et Or en confiance

À Québec, le Rouge et Or s'est vite remis de sa défaite contre les Carabins. L'entraîneur-chef Glen Constantin s'en réjouissait même un peu, même si elle mettait fin à une série de 25 victoires. «Nos joueurs n'ont gardé aucune séquelle du match à Montréal, a-t-il insisté. Une défaite au bon moment peut être positive...

«La nature humaine fait en sorte que nos joueurs étaient plus réceptifs à nos directives, cette semaine à l'entraînement, plus concentrés aussi. Quant à la séquence de victoires, je n'en ai jamais parlé à mes joueurs. Pour moi, ce n'est pas important et je ne veux pas que ce le soit. Nous voulons jouer pour gagner, pas pour éviter de perdre...»

Personne ne doute que le Rouge et Or ne fera qu'une bouchée des Stingers de Concordia, demain, mais Constantin espère une meilleure performance de ses joueurs que lors du seul match entre les deux équipes cette saison (une victoire de 32-16 au stade Telus).

«Nous pouvons améliorer plusieurs choses en offensive, avec notre jeu au sol notamment, a souligné l'entraîneur-chef. Et il faudra mieux terminer le match. Les Stingers nous avaient surpris avec un botté court et nous ne pouvons nous permettre de répéter une telle erreur. Malgré les blessures, Concordia a des joueurs d'impact qui peuvent renverser l'allure d'un match. C'est le cas de Kris Robertson, par exemple, qui excelle en retours de bottés.»

Comme son vis-à-vis des Carabins, Constantin refuse de penser à une éventuelle finale entre les deux équipes. «Nous avons un match à jouer samedi [demain] contre Concordia, et ça nous suffit. Nous voulons nous concentrer sur les Stingers et sur notre exécution. Et ça ne donne rien de nous préparer à affronter Montréal, puisque nous pourrions aussi bien devoir jouer contre Sherbrooke...»

Ailleurs au Canada

Le match de la Coupe Vanier sera joué à Montréal cette saison - le 29 novembre au stade Percival-Molson -, et les séries éliminatoires ont déjà débuté dans deux des trois autres conférences.

Dans les Maritimes (SUA), StFX a difficilement battu Acadia, 18-17, et mérité le droit d'affronter Mount Allison demain en finale de conférence. Les champions devront ensuite patienter deux semaines avant d'aller rendre visite aux Champions de l'Ontario, le 22 novembre, en match pour la Coupe Mitchell.

En Ontario justement, Western (contre Laurier) et Ottawa (contre Windsor) ont remporté les matchs de quarts de finale. En demi-finales, demain, les Mustangs seront à McMaster, alors que les Sooners se rendront à Guelph.

Dans l'Ouest, la première demi-finale opposera ce soir Manitoba à la Saskatchewan, tandis que Regina sera à Calgary demain. Les champions de cette conférence disputeront la Coupe Uteck sur le terrain des champions québécois, aussi le 22 novembre, dans l'autre demi-finale nationale.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Le calme avant la tempête

    Sports

    Le calme avant la tempête

    « On a confiance en nous, notre destin est entre nos mains. Si on peut minimiser les punitions, jouer rapidement et avec intensité, ça va bien se... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer