Alexandre Bilodeau et Mikaël Kingsbury patrons des bosses

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
la liste:11433:liste;la boite:2489314:box

Nos athlètes canadiens

Découvrez les athlètes canadiens aux Jeux de Sotchi

Découvrez les athlètes canadiens aux Jeux de Sotchi

Découvrez les athlètes qui représentent le Canada aux Jeux olympiques... »

(Krasnaïa Poliana) Le champion olympique contre le champion mondial. Le «vieux» contre le jeune. La machine de guerre contre le talent pur. Deux anciens voisins de chalet à Saint-Sauveur... La même obsession: l'or. Coûte que coûte.

Ça sonne cliché? Voilà pourtant précisément comment Alexandre Bilodeau et Mikaël Kingsbury ont abordé la finale ultime de l'épreuve des bosses des Jeux olympiques de Sotchi par ce doux lundi soir sous les réflecteurs au parc extrême de Rosa Khoutor.

Premier à partir après une journée en montagnes russes où il a frôlé l'élimination, Bilodeau s'est lancé avec l'assurance de celui qui n'a rien à perdre, absorbant les sauts comme un piston bien huilé, se projetant des sauts avec l'agilité d'un acrobate.

> Consultez la fiche d'Alexandre Bilodeau

«J'ai réussi la meilleure descente de ma vie»,... (Photo Dylan Martinez, Reuters) - image 2.0

Agrandir

«J'ai réussi la meilleure descente de ma vie», a déclaré Alexandre Bilodeau, qui en est à ses derniers Jeux olympiques.

Photo Dylan Martinez, Reuters

Quand il a franchi la ligne, il a levé les bras au ciel avant de se tourner vers la piste. Son dernier acte était réussi. Il pouvait se retirer avec le sentiment du devoir accompli. «Des descentes comme ça, j'en fais une sur 20, ça n'arrive pas souvent», a-t-il dit plus tard.

Le champion olympique de Vancouver savait que Kingsbury, son jeune rival de 21 ans, vivait son baptême du feu sur la plus grande scène sportive. Sa stratégie était claire: «J'y allais pour la première (place) ou la sixième. Je me suis dit: "Je vais tellement mettre de pression!"»

Tout en haut, Kingsbury avait justement tout vu de la descente de Bilodeau sur un téléviseur. Le même Bilodeau qu'il cherchait à imiter quand il n'avait pas 10 ans et qu'il voyait faire des sauts périlleux dans les pistes de Saint-Sauveur. «Iiiish, ce ne sera pas facile à battre!» a-t-il immédiatement compris.

Alors que le Russe Alexandr Smyshlyaev soulevait la foule avec une descente qui allait lui valoir le bronze, Kingsbury s'est avancé. La situation ne lui était pas inconnue. Il avait déjà surpassé un Bilodeau en état de grâce à quelques reprises dans le passé. Mais la piste était particulièrement mauvaise et cette fois, l'enjeu était une médaille olympique.

Alexandre Bilodeau a célébré sa victoire avec son... (Photo Dylan Martinez, Reuters) - image 3.0

Agrandir

Alexandre Bilodeau a célébré sa victoire avec son frère Frédéric.

Photo Dylan Martinez, Reuters

«Je savais que ça allait être difficile à battre, mais je n'y allais pas pour finir deuxième, a assuré le skieur de Deux-Montagnes. Je vous le garantis, j'y allais pour gagner. C'est pour ça que j'ai fait une erreur.»

> Consultez la fiche de Mikaël Kingsbury

Ce fut un léger bris de forme entre les deux sauts. Rien de majeur, mais suffisant pour comprendre que l'or lui était inaccessible. Dans l'aire d'arrivée, Kingsbury a eu un «petit black-out». Il ne se souvenait plus de l'ampleur de son erreur. Allait-elle l'écarter du podium? Bilodeau l'a rassuré en le prenant par le cou: «C'est tout petit, ça passe, c'est correct.»

Les notes ont été confirmées quelques secondes plus tard. Bilodeau est devenu le premier skieur acrobatique de l'histoire olympique à gagner l'or une seconde fois. Un exploit dont il ne s'émouvait guère, surtout qu'il est persuadé que Kingsbury le dépassera un jour: «Je le sais qu'il va le faire parce qu'il a tellement de talent, le jeune! Moi, je ne peux plus. Je le laisse aller! Je suis trop vieux pour faire ça.»

L'émotion lui est venue en pensant au chemin parcouru depuis quatre ans, avec ses hauts, ses bas et ses remises en question, mais sans le moindre regret. «Après Vancouver, si tu m'avais demandé si je suis capable de faire une descente comme ça, j'aurais répondu jamais, a souligné Bilodeau, les larmes aux yeux. Je n'aurais jamais pensé être un aussi bon skieur. Là, je me retire et je suis tellement content! C'est le meilleur ski que j'aie pu faire.»

Reconnu pour ses nerfs d'acier, Kingsbury a admis avoir eu une semaine difficile. La longue pause de presque quatre heures entre les qualifications et les rondes finales ont aussi émoussé son niveau d'énergie. «Les dernières nuits n'ont pas été les plus faciles de ma vie... D'habitude, ça passe comme dans du beurre. Mais je pensais beaucoup. À un moment donné, je me suis dit qu'il fallait que j'arrête de penser. Je suis deuxième, mais j'ai une médaille. C'est incroyable. Je suis super fier de moi.»

Les deux rivaux se sont livré un vibrant hommage mutuel, évoquant au passage leur rivalité qui aurait pu tourner au vinaigre. «Continuez à en parler, a lancé Bilodeau. C'est bon pour notre sport. Le petit gars, je le respecte tellement!»

«Malgré les choses qui se sont dites, Alex a tout le temps été correct avec moi, a confirmé Kingsbury. C'est probablement le skieur que je respecte le plus sur la Terre. C'est un athlète exceptionnel. Peu importe ce qu'il fait, il touche l'or.»

Les réflecteurs se sont éteints. Il ne restait qu'une cinquantaine de spectateurs dans l'enceinte. Tous habillés de rouge, en majorité des Québécois. Bilodeau et Kingsbury les ont rejoints pour ce qui s'annonçait une autre joyeuse réunion de famille après le triomphe des soeurs Dufour-Lapointe, deux jours plus tôt.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2450047:box

Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;
la boite:2478966:box

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer