Pavel Datsyuk: «On n'a pas été à la hauteur»

Pendant que les Finlandais célébraient, Alexander Ovechkin est... (Photo Bernard Brault La Presse)

Agrandir

Pendant que les Finlandais célébraient, Alexander Ovechkin est resté seul avec son malheur avant d'être montré du doigt par son entraîneur. «Je ne sais pas pourquoi on n'a pas marqué davantage, surtout des gars comme Alexander Ovechkin, qui marque 40 buts par année», a lancé Zinetoula Bilialetdinov.

Photo Bernard Brault La Presse

(Sotchi) Certaines conférences de presse ont des airs d'enterrement.

Hier, il fallait voir le visage blême, les lèvres pincées de l'entraîneur russe Zinetoula Bilialetdinov. Les questions des reporters étaient toutes dirigées vers lui, dans l'ignorance la plus totale de l'entraîneur victorieux assis à ses côtés.

«Oui, on a perdu. Mais il ne faudrait pas que cela assombrisse les Jeux de Sotchi dans leur ensemble», a dit Bilialetdinov.

Personne n'était dans cette salle pour parler des exploits des Finlandais. Tout le monde y était pour comprendre comment l'équipe de hockey russe avait pu perdre 3-1 en quarts de finale, avait pu se retrouver éliminée, sans médaille, et entraîner dans sa chute les espoirs de millions de Russes.

«Le sentiment que l'on ressent en ce moment est la déception. La déception de ne pas avoir été à la hauteur des espoirs placés en nous», a dit le capitaine russe Pavel Datsyuk en regardant les lacets de ses patins, quelques minutes après la défaite.

La plupart des joueurs russes sont passés en coup de vent devant les journalistes. À quoi bon répondre à des questions dont ils n'ont pas les réponses? Ils semblaient sonnés.

«Ce n'est pas facile», a dit le défenseur du Canadien, Andrei Markov, l'un des rares Russes à avoir répondu aux reporters.

«C'est toujours difficile de perdre un match, surtout dans un grand tournoi comme celui-ci. C'est très décevant, c'est frustrant. On a perdu notre chance de gagner quelque chose», a lancé Markov avant de tourner les talons et de rentrer au vestiaire.

Les Russes avaient pourtant bien entamé le match. Ils ont pris les devants à la suite d'un but d'Ilya Kovalchuk à la septième minute du match. Mais les Finlandais ont répliqué par deux buts rapides, dont un de Teemu Selanne. Ils en ont ajouté un troisième en deuxième période pour faire 3-1.

Le gardien Semyon Varlamov, qui connaissait un match horrible, a été remplacé par Sergei Bobrovsky. C'était trop peu trop tard. Les Russes ont eu l'avantage des tirs 38-22. Mais le gardien finlandais Tuukka Rask, sans surprise, a joué un grand match.

Le calendrier n'a pas aidé les Russes. Ils avaient joué quatre parties en cinq jours, deux de plus que leurs adversaires.

Une pointe pour Ovechkin

Les espoirs russes étaient immenses au début du tournoi. À la première conférence de presse de l'équipe canadienne, un journaliste russe avait posé une question surprenante à Mike Babcock: «Les deux premiers trios russes sont composés de Datsyuk, Radulov, Kovalchuk, Ovechkin, Malkin et Semin. Comment allez-vous faire?»

Toutes les attentes envers l'équipe étaient résumées dans cette question. Mais les Russes ont finalement peiné dans les quatre matchs qu'ils ont disputés à Sotchi, en perdant un contre les Américains, puis celui d'hier contre les Finlandais.

Les gros canons n'ont pas non plus répondu aux attentes. L'entraîneur Bilialetdinov n'a pas caché qu'il s'attendait à davantage de la grande vedette des Capitals de Washington. «Je ne sais pas pourquoi on n'a pas marqué davantage, surtout des gars comme Alexander Ovechkin, qui marque 40 buts par année», a lancé l'entraîneur russe.

«Il y avait beaucoup d'espoirs placés en nous. On n'a pas été à la hauteur, mais les gars ont tout donné aujourd'hui (mercredi)», a dit Datsyuk, qui a pour sa part magnifiquement joué dans le tournoi.

Combien lui faudra-t-il de temps pour finalement digérer cette défaite? a demandé un journaliste. Datsyuk a hésité. «Je ne sais pas.»

Un affrontement Finlande-Suède

Les Finlandais, eux, exultaient. Teemu Selanne n'avait pas bien dormi la veille. Il pensait que ce match aurait pu être son dernier aux Jeux. Mais le capitaine de 43 ans a encore au moins un match olympique devant lui.

«Nous n'étions pas censés gagner. Nous n'étions pas favoris. Mais il faut toujours y croire, a lancé le plus grand marqueur de l'histoire olympique, qui a ajouté un but et une aide à sa fiche hier. Nous n'avions rien à perdre.»

Olli Jokinen a répondu aux questions des journalistes une plaie ouverte au menton, résultat d'un coup de bâton. «On est fiers de porter ces couleurs, le bleu et le blanc. Je ne sais pas combien de gars ont bloqué des tirs aujourd'hui (mercredi)», a dit Jokinen, qui joue pour les Jets de Winnipeg.

«Oui, on a pas mal de bons joueurs blessés. Mais à chaque tournoi, on ne nous donne aucune chance. Mais le truc avec notre pays, c'est que peu importe le nom derrière le chandail, tout le monde se défonce», a-t-il dit.

La Finlande passe donc en demi-finale. Elle affrontera demain la Suède, vieille rivale. «Ce sont nos voisins, mais on ne les déteste pas trop», a blagué Jokinen.

Encore une fois, les Finlandais vont s'élancer sur la glace dans le rôle des négligés. Mais ils entendent se battre comme ils se sont battus contre les Russes.

«Oh, c'est la même chose, a lancé Jokinen. Personne ne s'attendait à ce qu'on gagne contre la Russie. Mais nous, on s'attendait à gagner!»




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2450047:box

Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;
la boite:2478966:box

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer