Sébastien Toutant: les Jeux à reculons

Sébastien Toutant, entre ciel et terre, dans le... (Photo Julie Jacobson, AP)

Agrandir

Sébastien Toutant, entre ciel et terre, dans le cadre du Dew Tour qui s'est tenu à Breckenridge, au Colorado, en décembre dernier.

Photo Julie Jacobson, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sébastien Toutant est l'un des athlètes canadiens les plus «célèbres» à se rendre à Sotchi. Curieusement, sa célébrité a été acquise presque à l'insu du grand public.

«Je sais bien que les Jeux olympiques sont importants, qu'il s'agit d'une occasion en or de nous faire connaître et de contribuer à la popularité de notre sport. Mais en même temps, les Jeux, ce ne sont pas nécessairement la plus grande compétition de surf des neiges au monde. Pour nous, les X Games, par exemple, sont au moins aussi importants et ils ont lieu chaque année...»

Sébastien Toutant est certainement l'un des deux ou trois athlètes canadiens les plus «célèbres» à Sotchi. Vous et moi ne sommes toutefois pas nécessairement parmi son «public cible», comme le diraient les experts des boîtes de publicité. Sa célébrité, c'est auprès des jeunes et des amateurs de surf des neiges qu'il l'a bâtie, et ses vidéos y ont sans doute contribué davantage que ses résultats en compétition.

Celui qu'on surnomme Seb Toots va quand même aller à Sotchi, «pour rejoindre monsieur et madame Tout-le-monde», dit-il, et parce qu'il sait qu'une médaille olympique vaut bien son pesant d'or, d'argent ou de bronze. C'est donc un peu à reculons que Sébastien s'est plié au processus de sélection olympique, et avouons que cela convient bien à un athlète qui s'amuse à skier dans tous les sens.

* * *

Sébastien Toutant en cinq dates, à rebours évidemment!

> 2013: Une année faste, avec des victoires aux Euro X Games de Tignes, au US Open Burton et au Dew Tour. Il prend aussi la deuxième place aux mondiaux FIS, en Norvège, ce qui assure sa sélection olympique près d'un an avant les Jeux de Sotchi, tout comme son coéquipier Mark McMorris.

> 2011: Champion aux X Games d'Aspen en slopestyle avec un record de 97 points en qualifications. À 19 ans, il est la première recrue à gagner cette épreuve depuis 2002. En fin de saison, il enlève le troisième de ses quatre titres au Ride Shakedown de Saint-Sauveur.

> 2011: Au mois d'avril, pendant une séance de tournage pour Red Bull à Squaw Valley, il devient le troisième planchiste - après le Norvégien Thorsten Horgmo et McMorris - à réussir le spectaculaire «Triple Cork 1440», encore son plus gros truc même s'il y a ajouté sa touche personnelle.

> 2006: À 13 ans, encore amateur, il se présente à Saint-Sauveur pour prendre part aux qualifications du Ride Shakedown. «J'ai gagné les qualifs, puis encore la finale le lendemain, devant des pros bien cotés, aime-t-il raconter encore aujourd'hui. C'est ce qui m'a mis sur la map. Les commanditaires sont arrivés et je suis devenu pro la saison suivante...»

> 2001: Déjà un casse-cou à l'âge de 8 ans, Sébastien casse ses skis et ses parents l'obligent à terminer la saison sur la vieille planche de son frère. S'ils espéraient le calmer, c'est raté! Le garçon se prend d'une véritable passion pour le surf des neiges «freestyle» et devient vite l'expert qui, 13 ans plus tard, se retrouve à Sotchi.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

la boite:2450047:box

publicité

publicité

la boite:2478966:box

publicité

image title
Fermer