Déjà les compétitions en slopestyle

Le Québécois Maxence Parrot peut prétendre au podium... (Photo Lucas Jackson, Reuters)

Agrandir

Le Québécois Maxence Parrot peut prétendre au podium à l'épreuve de slopestyle, dont les qualifications débuteront jeudi.

Photo Lucas Jackson, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

C'est la nuit prochaine (1h à Montréal) que s'amorceront les compétitions des Jeux olympiques de Sotchi avec les qualifications du slopestyle en surf des neiges. Quatre compétiteurs canadiens - dont les Québécois Sébastien Toutant, Maxence Parrot et Charles Reid - seront en action et ils peuvent tous prétendre au podium.

L'état de santé de Mark McMorris a beaucoup retenu l'attention, hier à Sotchi, lors d'un point de presse de l'équipe canadienne. Le planchiste de Regina, plusieurs fois champion des X Games et vice-champion du monde, a subi une fracture à une côte il y a 10 jours à Aspen et il ne sera pas au sommet de sa forme.

«J'étais un peu découragé lundi après mon premier entraînement, mais ça s'est beaucoup mieux passé aujourd'hui, a souligné McMorris. J'ai été en mesure de recommencer à sauter et à tenter des trucs. Ma confiance est revenue et je m'estime en excellente position pour quelqu'un qui s'est brisé une côte il y a 10 jours.

«Elle est encore brisée, ce sera douloureux et je devrai composer avec cette douleur. Mais celle-ci n'est pas plus vive à la réception d'un saut que lorsque j'enfile mes chaussettes le matin! Et le plus important, c'est que j'aurai la chance de participer aux Jeux.»

Si McMorris a dû revoir à la baisse ses objectifs, Parrot, quant à lui, ne vise que le sommet après ses exploits des X Games, où il est devenu le premier planchiste à réussir deux triples «corks» en slopestyle. Au contraire de ses équipiers plus connus, Maxence n'a découvert la pression des favoris que récemment et il respire la confiance.

«C'est une très bonne sensation, a-t-il avoué devant les journalistes. Je sais que j'ai une descente qui peut me permettre d'être au sommet du classement. Il reste à voir si quelqu'un pourra faire mieux!»

Toutant et Reid sont eux aussi en mesure de réussir d'excellentes descentes. Toutant, en particulier, maîtrise le triple «cork» et tout un arsenal de trucs spectaculaires. «En fait, plusieurs concurrents sont capables de réussir de gros sauts et des trucs complexes, a souligné le planchiste de 21 ans. Mais le plus important sera de rester debout sur sa planche...»

Les chutes ont justement été nombreuses depuis le début des entraînements sur la piste de slopestyle du parc extrême de Rosa Khutor. Le Norvégien Torstein Horgmo s'est cassé la clavicule lundi et a dû déclarer forfait. Hier, la Finlandaise Marika Enne a été évacuée sur une civière après avoir subi une commotion cérébrale dans une lourde chute.

Un autre favori, l'Américain Shaun White, s'est blessé à un poignet, et a déclaré forfait mercredi pour se préserver en vue de la demi-lune, épreuve dont il est double champion olympique en titre.

Turski au repos

Les skieurs acrobatiques ont eux aussi déjà découvert la piste de Rosa Khutor. Les Québécois Kim Lamarre et Alex Beaulieu-Marchand ont rencontré les journalistes, hier après leur entraînement, avec leurs équipières Dara Howell et Yuki Tsubata.

La Montréalaise Kaya Turski, récente championne aux X Games après une longue convalescence pour soigner une blessure à un genou, a dû passer son tour, retenue au lit par une vilaine grippe. Une autre épreuve pour cette battante qui a été l'une des grandes artisanes de l'ajout de son sport au programme olympique.

La compétition féminine de slopestyle en ski acrobatique est prévue le 11 février.




publicité

la boite:2450047:box

publicité

publicité

la boite:2478966:box

publicité

publicité

image title
Fermer