Sotchi: palmiers et misère dans une poudrière

Sotchi est depuis longtemps une station balnéaire pour... (Photo fournie par The Sochi Project)

Agrandir

Sotchi est depuis longtemps une station balnéaire pour les Russes de classe moyenne, qui n'ont pas les moyens d'aller sur les plages de Turquie ou ailleurs, explique le journaliste Arnold van Bruggen.

Photo fournie par The Sochi Project

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le journaliste Arnold van Bruggen et le photographe Rob Hornstra ont passé cinq ans à documenter la région de Sotchi, l'une des plus pauvres et des plus violentes de Russie, où auront lieu les Jeux olympiques les plus chers de l'histoire. Ces Néerlandais ont produit un site web, un livre et une exposition intitulée The Sochi Project, qui sera notamment présentée à Toronto en mai. La Presse s'est entretenue avec Arnold van Bruggen avant les attentats des derniers jours.

Q: Vous expliquez dans votre projet que Sotchi est une station balnéaire de l'époque soviétique, et le seul endroit en Russie où l'on retrouve des palmiers. N'est-ce pas ironique d'y tenir des Jeux d'hiver?

R: Oui, c'est ironique. Au pays du froid, ils mettent les Jeux olympiques d'hiver dans le seul endroit où il ne neige pas... Or, il fallait des montagnes pour le ski, et il n'y a pas beaucoup de montagnes en Russie... Sotchi est depuis longtemps une station balnéaire pour les Russes de classe moyenne qui n'ont pas les moyens d'aller sur les plages de Turquie ou ailleurs. Une dame que nous avons interviewée sur une canalisation qui tient lieu de plage à Sotchi nous a dit: «Ici, c'est comme la Floride, en moins cher.» C'était un moment irréel, car nous étions dans un enfer de béton, avec un degré de romantisme à zéro.

Comment les gens de Sotchi vivent-ils le fait d'avoir les Jeux olympiques dans leur cour?

Les habitants appellent les Jeux «le projet personnel de Poutine». Près de 52 milliards ont été investis, mais les gens du coin n'ont pas eu leur part du gâteau. L'argent est resté entre les mains des grands entrepreneurs proches du pouvoir. Le niveau de corruption est incroyable. Autour de Sotchi, les employés des Jeux olympiques construisent des villas luxueuses pour les officiels régionaux ou des gens du gouvernement, à Moscou. Au bas de la pyramide, les gens vivent dans une pauvreté inouïe. Nous avons rencontré des travailleurs qui n'avaient pas été payés depuis 3-4 mois. Quand ils se plaignent, ils sont congédiés. Un homme à qui nous avons parlé a été renvoyé après avoir réclamé son salaire. Il avait été chassé des habitations rudimentaires pour les travailleurs et vivait dans une cabane pour les vaches, sans chauffage...

Y a-t-il des gens qui sont heureux de la venue des Jeux?

Les gens qui travaillent dans l'industrie touristique. Vous avez aujourd'hui des hôtels modernes, un nouvel aéroport, un centre des congrès, des autoroutes et des tunnels neufs. Sotchi est maintenant sur l'écran radar de Moscou, et le gouvernement veut que la région soit utilisée pour accueillir des conférences et d'autres évènements dans l'avenir. Or, bien des gens qui habitent à Sotchi même ne voient pas ces retombées. Par exemple, il y a un manque criant de logements à Sotchi, mais tout l'argent est allé à la construction pour les Jeux, dans une vallée isolée, à 25 km de la ville.

Récemment, la presse internationale faisait état d'arrestations arbitraires et d'intimidation contre les journalistes locaux de Sotchi qui s'intéressent aux droits de l'homme et à la corruption. Le 20 décembre, l'environnementaliste Evgeni Vitischko, qui critiquait les Jeux, a été envoyé en prison pour trois ans... Avez-vous été intimidé?

Nous avons fait plusieurs voyages là-bas depuis cinq ans, et nous étions là durant une période où l'appareil de sécurité russe n'était pas encore sur les dents. Or, depuis peu, la sécurité a été renforcée. En novembre, les services secrets ont fait l'essai de mesures de sécurité antiterroristes en ciblant les journalistes, des militants et des environnementalistes. Des blogueurs ont été arrêtés et contrôlés plusieurs fois par jour, des journalistes ont été arrêtés, interrogés, intimidés, accusés. Les autorités les suivent à la trace. Poutine ne tolérera aucune critique de «ses» Jeux.

Vous avez dit que vous vous attendez à ce qu'un attentat terroriste survienne durant les Jeux olympiques...

En fait, je serais surtout surpris s'il ne se passait rien... Sotchi se trouve dans la poudrière du Caucase du Nord. Les groupes armés islamistes tchétchènes sont dans les montagnes de la région. Ces groupes de guérilla ont dit qu'ils comptaient frapper durant les Jeux, pour humilier Poutine. Ils se sont déjà attaqués au métro de Moscou et ont commis plusieurs attentats contre les installations touristiques dans la région ces dernières années. Vous avez aussi les groupes armés de la Géorgie qui sont tout près... Pour eux, les Jeux olympiques sont un cadeau du ciel qu'ils comptent essayer d'exploiter. D'après moi, ils vont essayer de frapper ailleurs qu'à Sotchi, car la sécurité y sera très élevée. Ils pourraient viser Moscou ou Saint-Pétersbourg. C'est une possibilité bien réelle.

Comptez-vous assister aux Jeux?

Non. Nous ne pouvons plus entrer en Russie. La dernière fois que nous avons fait une demande de visa, elle a été refusée, sans explication.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Le pari risqué de Vladimir Poutine

    Europe

    Le pari risqué de Vladimir Poutine

    À six semaines des Jeux de Sotchi, les deux attentats survenus coup sur coup en Russie, qui s'ajoutent à celui qui avait déjà fait six morts à... »

publicité

la boite:2450047:box

publicité

publicité

la boite:2478966:box

publicité

image title
Fermer