Marsch aurait pu rester

Novembre 2012: le propriétaire de l'Impact, Joey Saputo,... (Photo Graham Hughes, La Presse Canadienne)

Agrandir

Novembre 2012: le propriétaire de l'Impact, Joey Saputo, annonce le départ de l'entraîneur Jesse Marsch (à gauche).

Photo Graham Hughes, La Presse Canadienne

Partager

Patrick Leduc, collaboration spéciale
La Presse

Pendant que se déroule le premier camp de l'Impact de l'ère Schällibaum, des sources proches du club affirment que l'ex-entraîneur américain Jesse Marsch aurait pu conserver son poste d'entraîneur, n'eût été un ultimatum de ce dernier envers ses dirigeants.

Ainsi, bien que la direction montréalaise accumulait les frustrations à son égard, le club n'avait pas l'intention de se départir de lui à la fin de la dernière saison.

Cette donnée apporte un nouvel éclairage sur les circonstances du divorce entre l'Impact et son entraîneur américain.

Retour en arrière

En 2011, à l'aube de son entrée dans la cour des grands, l'Impact passe à travers une année de misère en NASL et cède à la tendance qui prédomine dans le circuit Garber: le club décide d'embaucher un entraîneur qui possède de l'expérience en MLS. C'est bien connu, le succès en MLS passe par là.

L'heureux élu, Jesse Marsch, est ambitieux, charismatique et ouvert à la culture de sa ville d'adoption. Mais c'est également un homme têtu et plutôt porté sur les paris risqués.

Avec le recul, on constate qu'un mélange d'appréhension, de naïveté et d'insécurité a conduit l'Impact de Montréal à donner carte blanche à Marsch pour sa première année en MLS. Une décision que la direction du club a fini par regretter à force de ne pas se reconnaître dans l'image projetée par le onze montréalais sur le terrain. Ce mariage raté s'est soldé par un divorce, en dépit des résultats plutôt encourageants de cette équipe d'expansion.

Motifs d'insatisfaction

On l'a déjà dit, les motifs étaient nombreux à créer une insatisfaction au sein du club à l'égard de son premier entraîneur. Si les formations partantes et les choix tactiques ont d'abord fait sourciller, ce sont surtout les coups de poker de Marsch qui ont irrité la direction. Le choix inusité de Brian Ching au repêchage d'expansion, la transaction plutôt infructueuse d'Eddie Johnson et l'acquisition hasardeuse du gardien Donovan Ricketts ont pesé dans la balance. Même le public s'est temporairement indigné lorsque le héros local, Patrice Bernier, a été injustement laissé de côté par un entraîneur qui semblait ignorer ses qualités.

Le bras de fer

C'est à ce moment que le bras de fer s'amorce entre Marsch et le directeur sportif Nick De Santis. En plein été, la direction reprend le contrôle des acquisitions que fait le club. Exit les Justin Braun et Tyson Wahl, place aux Di Vaio, Nesta et Iapichino.

Du coup, les dirigeants de l'Impact retrouvent leur confiance et n'hésitent plus à remettre en question les stratégies employées par l'entraîneur: il y a sûrement meilleur moyen de mettre en valeur les vétérans de Serie A, eux aussi sceptiques à l'égard des méthodes de Marsch! Certes, le club est dans la course aux séries, mais ne ferait-il pas meilleure figure avec un pilote qui adhère à la philosophie maison? Pour Marsch, l'atmosphère de travail est de plus en plus malsaine.

Au terme de la saison, la direction procède à un remaniement au sein du personnel technique pour remédier aux carences qu'elle a elle-même déterminées. On remplace le préparateur physique et l'entraîneur des gardiens mis en place par Marsch, pour qui ces changements correspondent à une véritable amputation. Au moment même où il enchante les médias de la ville en faisant une tournée dans la langue de Molière, la tension est à son comble dans les réunions au stade Saputo.

L'ultimatum

C'est bel et bien Marsch qui menace de partir s'il ne conserve pas toute son autorité.

Il s'agit du dernier coup de poker de l'Américain. Pour l'Impact, mieux vaut prendre soi-même sa destinée en main. Du jour au lendemain, on convoque la presse pour annoncer son départ. Désenchanté par la dégradation de sa relation avec ses dirigeants, Marsch lui-même reconnaît qu'il s'agit de la meilleure solution. Le club essuie alors de nouvelles critiques pour ses relations tendues avec ses entraîneurs. Mais avec le temps, on commence à saluer son désir de s'affranchir du dogme qui règne en MLS.

S'il est clair que l'Impact a beaucoup gagné en maturité depuis sa fondation, en 1993, la direction conserve toutefois une tendance orwellienne à renier certains éléments de son passé pour façonner un message trop simpliste du genre: 2012 mal, 2013 bon. On a beau rejeter ce qui nous a déplu de l'an dernier, il y a des leçons qu'il est préférable de ne pas oublier.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Felipe, homme-clé de l'Impact

    Impact

    Felipe, homme-clé de l'Impact

    Marco Schällibaum aime bien jongler avec la composition de ses équipes depuis le début du camp d'entraînement, même si certains éléments sont... »

  • L'Impact passe aux choses plus sérieuses en Floride

    Impact

    L'Impact passe aux choses plus sérieuses en Floride

    La deuxième saison de l'Impact dans la MLS ne commencera qu'en mars, mais déjà, le temps est venu pour le onze montréalais de passer aux choses plus... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer