Voir Testo sourire

L'ancien joueur de l'Impact David Testo a révélé... (Photo: Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

L'ancien joueur de l'Impact David Testo a révélé publiquement son homosexualité hier, espérant inciter d'autres athlètes à sortir du placard.

Photo: Patrick Sanfaçon, La Presse

Patrick Leduc, collaboration spéciale
La Presse

C'est fait. David Testo n'aura plus à porter le poids du secret qu'il conservait depuis des années. J'admire le courage de David depuis longtemps, mais sa sortie du placard n'est rien de moins qu'inspirante. J'ignore si j'ai joué avec d'autres athlètes gais, mais David est le seul à l'avoir dévoilé. D'abord en cercle fermé, puis à ses coéquipiers, et maintenant au public.

Mettons les choses au clair. Nous connaissions l'orientation sexuelle de David dès son arrivée et cela n'a eu aucun effet négatif sur sa relation avec l'équipe, ni sur les performances du groupe. J'ai déjà entendu des commentateurs sportifs prétendre que la sortie du placard d'un athlète pouvait mettre en danger la stabilité du vestiaire. Il n'en est rien, du moins, pas chez l'Impact. David est un professionnel qui a grandement aidé la cause du club. De tels préjugés étant monnaie courante, faut-il vraiment s'étonner qu'il ait hésité avant de faire cette révélation?

Ce n'est pas pour rien que Testo se sent aujourd'hui soulagé. J'étais même heureux de le voir sourire en le voyant faire ses confidences à Marie Malchelosse, de Radio-Canada. En quatre saisons disputées avec lui, je ne me souviens pas avoir été témoin d'incidents fâcheux ni de malaises au sein de l'équipe, mais je suis persuadé qu'il n'avait jamais réellement l'esprit tranquille. D'ailleurs, c'est à David qu'il faudrait demander à quel point il se sentait à l'aise dans le vestiaire. Pour ma part, je l'ai toujours apprécié et traité comme n'importe quel autre coéquipier et j'espère que c'est ainsi qu'il l'a ressenti.

Bien que je n'aie pas vu ni entendu de commentaire homophobe dans le vestiaire, ça ne veut pas pour autant dire que l'on comprenait bien la situation qu'il vivait quotidiennement. Le sport professionnel est un milieu compétitif dans lequel la compassion n'est pas une valeur prônée souvent. On laisse les autres s'occuper de leurs propres problèmes, on en a déjà assez des nôtres! L'absence de soutien, d'abord de ceux qui nous entourent dans l'équipe, n'incite pas vraiment un joueur a se libérer d'un secret, même s'ils aimeraient le faire.

Dans cet univers viril, ne pas être assez macho peut être perçu comme une faiblesse de caractère. On comprendra que certains préfèrent se taire quant à leur préférence sexuelle, quitte à ce que le malaise les gruge par en dedans petit à petit.

Il faut aussi avouer que le sujet de l'orientation sexuelle n'était pas abordé ouvertement. D'une part, c'est une question très personnelle et notre vestiaire se faisait un honneur de respecter la vie privée de chacun. Bien que l'homosexualité de Testo était connue, j'ai parfois perçu qu'il existait avec lui une distance plus grande qu'avec la plupart des autres.

Le secret ne nous a toutefois pas empêchés d'accomplir de belles performances sur la pelouse. David était un leader au milieu de terrain et c'est d'ailleurs avec lui comme partenaire dans l'axe que j'ai connu mes meilleurs moments en carrière. Je suis heureux pour David qu'il se soit libéré de la charge émotive qui pouvait miner son humeur même lorsque nous célébrions nos victoires.

À son meilleur, il était si dominant qu'il accomplissait seul le travail défensif de deux, voire trois coéquipiers plus paresseux. Nommé joueur de l'année en 2009, Testo mentionne qu'il regrette de ne pas avoir pu remercier publiquement la personne à laquelle il désirait le plus témoigner sa reconnaissance: son conjoint. C'est à cette difficulté de partager nos joies et nos peines que je fais référence quand je dis qu'il y avait une certaine distance entre David et le reste de l'équipe.

Mais sur le terrain, et c'est là que ça compte, la chimie opérait. Le souvenir que je garde de lui, c'est le but qu'il a marqué à Vancouver à la suite d'un tir d'environ 30 m, dans le cadre du Championnat canadien 2008, qui préservait notre chance de remporter le titre. J'étais fier d'avoir joué et gagné avec lui et je dois dire que je le suis encore plus aujourd'hui.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer