Le sélectionneur du Costa Rica a appris à l'école néerlandaise

Le sélectionneur du Costa Rica, Jorge Luis Pinto.... (Photo Paulo Whitaker, Reuters)

Agrandir

Le sélectionneur du Costa Rica, Jorge Luis Pinto.

Photo Paulo Whitaker, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mike Corder
Associated Press
Rio de Janeiro

À ce stade-ci de la Coupe du monde, les membres de l'équipe des Pays-Bas en savent pas mal sur le Costa Rica, une des surprises du tournoi. Ce qu'ils ne savent peut-être pas, toutefois, c'est que le sélectionneur costaricain Jorge Luis Pinto a appris quelques rudiments du métier d'entraîneur en s'imprégnant du savoir du Néerlandais qui a inventé le «football total».

Le grand voyageur qu'est le Colombien Pinto a étudié à l'Université de Cologne au début des années 1980, quand l'entraîneur néerlandais Rinus Michels pilotait l'équipe de la ville en Bundesliga.

«Durant ces années-là, j'ai passé mon temps à le regarder faire et à lui parler, a raconté Pinto. Quand je n'avais pas de cours, j'allais voir le club s'entraîner. J'ai vu bien des choses et appris beaucoup.»

Michels a été un bon enseignant. Quelques années plus tard, il a mené les Pays-Bas à son premier et seul titre international, celui de l'Euro en 1988, après avoir été le concepteur du football total dans les années 1970. Il avait alors commencé à demander à ses joueurs de changer de position durant un match.

Maintenant, Pinto visera d'empêcher les Néerlandais de faire un autre pas vers la conquête de leur premier titre mondial. Son équipe costaricaine affrontera les Pays-Bas en quarts de finale, samedi, à l'Arena Fonte Nova à Salvador.

Pinto n'est pas le seul à bien connaître l'esprit de jeu néerlandais. Bryan Ruiz a connu de bons moments au FC Twente avant de se joindre à Fulham, et il joue maintenant au PSV Eindhoven aux côtés du joueur titulaire néerlandais Georginio Wijnaldum et du super-substitut Memphis Depay.

Au Brésil, Ruiz a fait équipe avec un attaquant rapide et fort en Joel Campbell, ce qui a propulsé le Costa Rica au sommet du Groupe D aux dépens de l'Angleterre, de l'Italie et de l'Uruguay. L'équipe de Pinto a par ailleurs été avare en défensive, ne concédant que deux buts jusqu'ici.

«Le Costa Rica a une très bonne équipe, a déclaré l'attaquant néerlandais Arjen Robben. Pas beaucoup de monde ne les attendait, mais c'est une équipe très forte et ce sera un autre match très difficile. Il faudra tout donner pour atteindre les demi-finales.»

Le vainqueur disputera la demi-finale contre la Belgique ou l'Argentine, le 9 juillet à Sao Paulo.




publicité

la boite:2586842:box

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer