Pas un mondial de gardiens, mais...

Le gardien chilien Claudio Bravo... (PHOTO ODD ANDERSEN, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Le gardien chilien Claudio Bravo

PHOTO ODD ANDERSEN, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Salvador, Brésil) Des buts, des buts et encore des buts. Dans ce tournoi marqué par une succession de scores élevés en phase de groupes, quelques gardiens ont tout de même su tirer leur épingle du jeu. Pour La Presse, l'entraîneur des gardiens de l'Impact, Youssef Dahha, a dressé une liste de gardiens qui l'ont impressionné depuis le début du tournoi.

Bravo, Bravo !

Durant le Mondial, Claudio Bravo s'est engagé avec le FC Barcelone pour quatre saisons. On comprend pourquoi le géant catalan le voulait lorsqu'on se rappelle ses arrêts contre l'Espagne et le Brésil. Pas très grand pour un gardien moderne (1 mètre 83), le Chilien de 31 ans est toutefois loin d'être un inconnu puisqu'il évoluait à la Real Sociedad (Espagne) depuis 2006. Par son jeu au pied et sa constance, c'est lui qui a le plus impressionné Dahha depuis le début de ce tournoi. « Il a très bien fait en première division espagnole, et pourvu que cela dure avec le Barça. Il a fait quelques arrêts clés dans ce Mondial et a montré toutes ses qualités. »

Les valeurs sûres

Manuel Neuer, du Bayern Munich, a été élu gardien de l'année 2013 par la Fédération internationale du football, de l'histoire et des statistiques. Avec la machine allemande devant lui, il n'a pas été le plus occupé des gardiens, avec 13 arrêts en quatre matchs, dont deux aux dépens de Cristiano Ronaldo. Mais comme avec le Bayern Munich, il est souvent positionné très haut et se transforme en cinquième défenseur pour participer au jeu ou dégager un long ballon adverse. Hier, il a touché une cinquantaine de ballons avec ses pieds, la plupart à l'extérieur de sa surface.

« C'est effectivement un bon gardien, mais il manque parfois de concentration, nuance Dahha. On a vu l'erreur flagrante qu'il a commise [contre le Ghana] dans sa relance. Il voulait frapper avec la main, puis il s'est repris avec la tête. Il joue très bas dans son but, alors, il faut qu'il fasse attention. »

Dahha décerne aussi une mention spéciale à Thibaut Courtois, le gardien belge de 22 ans. « Il continue sur sa lancée de l'Atletico Madrid et il prouve qu'il est un grand gardien. J'aimerais le voir un peu plus parce que c'est maintenant que cela commence pour les gardiens. » De fait, la séance de tirs au but en cas d'égalité persistante peut faire entrer certains gardiens dans la légende.

Les surprises

Formé au Persepolis FC, Alireza Haghighi a quitté le championnat iranien, en 2012, afin de rejoindre le Rubin Kazan. Il n'a cependant pas disputé le moindre match en Russie, étant même prêté à un club de seconde division portugaise lors du dernier mercato d'hiver. Voilà les grandes lignes de la carrière du gardien de l'Iran avant cette Coupe du monde. Puis, contre l'Argentine, Haghighi a sorti le match de sa vie avant de céder face à Lionel Messi, dans les dernières secondes.

« C'est la surprise pour moi. Il a été très bon au niveau de ses transitions, avec les pieds et les mains. »

Keylor Navas n'était également pas le plus connu des gardiens même si sa dernière saison à Levante a attiré les projecteurs. Des cinq grands championnats européens, il a été le deuxième gardien ayant effectué le plus d'arrêts (156). En attente d'un club de plus grande envergure, le Costaricain a également épaté l'entraîneur des gardiens montréalais. « Il a une bonne relance, distribue parfaitement le ballon et il contrôle bien le jeu aérien », résume-t-il. Il a logiquement été élu l'homme du match contre la Grèce, en huitièmes de finale.

Le Banks 2.0 et la muraille

Et dire que Guillermo Ochoa est actuellement en fin de contrat après trois saisons à Ajaccio. Le gardien mexicain a signé quelques-uns des arrêts les plus spectaculaires du Mondial, contre le Brésil et les Pays-Bas. Celui aux dépens de Neymar a même été comparé au célèbre arrêt réflexe de l'Anglais Gordon Banks aux dépens de Pelé (1970).

« Cela a été le plus difficile [du match], car je ne pensais pas que Neymar serait en mesure de reprendre le ballon à cause de sa taille, a analysé Ochoa. Dans ces moments-là, tu n'as pas le temps de penser, tu réagis simplement. C'est quelque chose que tu réussis grâce à de l'entraînement et du travail. » Vincent Enyeama, du Nigeria, a finalement été fidèle à lui-même, et aussi performant qu'à Lille, avec des sauvetages miraculeux tout au long du tournoi.

Mentions honorables : Rais M'Bolhi (Algérie), Alexander Domínguez (Équateur), Júlio César (Brésil)

Les tendances

Comme lors de chaque Mondial, il y a eu des arrêts sensationnels et des erreurs monumentales qui ont fait le tour du monde. Au rayon des tendances, Dahha n'a pas aimé la distribution du ballon par les gardiens. « Il y a eu beaucoup d'erreurs au plan de la concentration et des relances, estime-t-il. Au plan technique, j'ai aussi trouvé que les gardiens étaient très moyens. Est-ce que cela est lié au nouveau ballon qui est un petit plus léger ? Peut-être, mais, en général, ce n'est pas un Mondial pour les gardiens. »

Le top 5 de Youssef Dahha (avant les huitièmes)

  1. Claudio Bravo
  2. Thibaut Courtois
  3. Manuel Neuer
  4. Keylor Navas
  5. Alireza Haghighi




publicité

la boite:2586842:box

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer