Espagne-Pays-Bas: comme on se retrouve...

Andrés Iniesta, de l'Espagne, et Arjen Robben, des... (Photos AFP)

Agrandir

Andrés Iniesta, de l'Espagne, et Arjen Robben, des Pays-Bas.

Photos AFP

(Salvador, Brésil) Hasard du calendrier, les deux finalistes du dernier Mondial, l'Espagne et les Pays-Bas, s'affrontent dès la deuxième journée de la compétition à Salvador. Si les visages ont énormément changé chez les Oranje, ceux dans le camp de l'Espagne sont quasi identiques depuis le sacre sud-africain. Il en va de même pour les ambitions.

«Notre objectif, sans manquer de respect à nos adversaires, est d'obtenir une deuxième étoile pour notre pays, a indiqué Iker Casillas, en conférence de presse. Si nous gardons l'envie, la motivation et l'humilité qui nous ont permis d'être champions, l'équipe se montrera forte.»

De leur côté, les Néerlandais présentent une délégation où à peine sept joueurs (sur 23) ont disputé la dernière Coupe du monde. Avec une moyenne d'âge de 26,5 ans, il s'agit de l'une des plus jeunes de la compétition. Louis van Gaal n'en attend pas moins de belles choses de cette aventure brésilienne.

«Nous avons l'ambition d'aller le plus loin possible. Pour un joueur ou un entraîneur, un Mondial, c'est le sommet. C'est encore plus vrai au Brésil. J'avais manqué le Mondial 2002 lors de mon premier séjour en tant que sélectionneur. Quand l'occasion s'est présentée de redevenir sélectionneur en 2012, je n'ai pas hésité.»

Outre les retrouvailles collectives de deux pays qui ont grandement marqué l'histoire du ballon rond et du Mondial 2010, ce match est sous le signe des destins croisés. Témoin le lien unissant Van Gaal à Xavi, qui se sont connus à Barcelone. «C'est le premier entraîneur que j'ai eu chez les professionnels, a indiqué le milieu de terrain. Je lui dois beaucoup, c'est quelqu'un de franc et de merveilleux qui a cru en moi.»

Casillas et Robben ont également été coéquipiers au sein du Real Madrid pendant deux saisons. Lors de la finale physique de 2010, le premier avait aussi remporté un duel important l'opposant au second, à l'heure de jeu. «C'est un joueur qui, avec Wesley Sneijder et Robin van Persie, fait partie des vétérans de cette équipe, a rappelé Casillas. Ce sont des piliers, qui ont beaucoup d'expérience, et je suis convaincu que les chances des Pays-Bas passent par ce trio.»

Van Gaal devrait s'appuyer sur la défense à cinq qu'il a utilisée lors des récents matchs amicaux. Contrairement à son homologue espagnol, le nouvel entraîneur de Manchester United a été un peu plus bavard en abordant le plan tactique.

«Il n'y a qu'une solution pour bloquer les Espagnols, c'est en défendant de façon très compacte, a-t-il assuré. Ensuite, lorsque nous récupérerons le ballon, il faudra un jeu rapide et direct. Ce ne sera pas facile, car l'Espagne défend très bien.»

_____________________________________

Les autres matchs du jour

Mexique-Cameroun

Tel que le laissaient deviner les derniers matchs amicaux du Mexique, Javier Hernandez ne sera pas titulaire contre le Cameroun, cet après-midi. Le sélectionneur Miguel Herrera a d'ores et déjà annoncé que l'attaque d'El Tri serait constituée d'Oribe Peralta et de Giovani dos Santos. Dans le camp africain, la préparation a été perturbée par un désaccord sur les primes, entraînant un retard dans l'arrivée de l'équipe au Brésil. À voir les nombreux partisans mexicains dans les aéroports de São Paulo ou de Rio de Janeiro, la bataille des tribunes penche déjà en faveur des hommes d'Herrera. Sur le terrain, les deux pays essaieront de faire le plein de points et de confiance avant de voir le Brésil, le grand favori, sur leur route.

Chili-Australie

Tandis que certains sélectionneurs jouent la carte de la prudence, le sélectionneur australien Ange Postecoglou clame haut et fort que ses hommes seront à la hauteur du défi proposé par le groupe B. Autant le dire, ils ne sont pas nombreux à penser comme lui. Cotés à 750-1 pour remporter le tournoi, les Socceroos amorcent leur difficile parcours avec un duel contre le Chili, l'une des équipes les plus enthousiasmantes à regarder. Victime d'une inflammation à un genou, le milieu de terrain Arturo Vidal a repris le chemin de l'entraînement cette semaine. Sa présence au premier match est incertaine, mais la sagesse devrait inciter le Chili à le garder au repos pour la suite du programme.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2586842:box

Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer