Impact: Biello a dû transmettre sa passion aux joueurs

L'entraîneur-chef de l'Impact, Mauro Biello.... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'entraîneur-chef de l'Impact, Mauro Biello.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexis Bélanger-Champagne
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Patrice Bernier avait affirmé dans un gazouillis qu'il allait faire des cauchemars après avoir raté deux occasions de créer l'égalité lors du revers de 2-1 de l'Impact de Montréal face aux Whitecaps de Vancouver, mardi dernier.

Trois jours plus tard, Bernier était un peu plus serein lors du début de la préparation pour la deuxième manche de la demi-finale du Championnat canadien, présentée mardi prochain au stade Saputo.

«À la fin, la journée passe et on réalise qu'il y a encore un deuxième match, a raconté Bernier vendredi, après avoir admis qu'il avait eu du mal à dormir après le revers. Nous avons marqué un but à l'extérieur, ce qui peut être un facteur crucial. Nous nous concentrons maintenant sur le match de mardi, quand nous aurons la chance de passer en finale.»

La rentrée de Bernier et d'Anthony Jackson-Hamel dans la rencontre à la 55e minute a permis à l'Impact de renverser la vapeur et de réduire l'écart après une autre première demie catastrophique.

Visiblement frustré, l'entraîneur-chef Mauro Biello avait déclaré après la rencontre qu'il allait peut-être devoir «casser le vestiaire avant le match» pour que son équipe perde sa mauvaise habitude d'attendre d'être en mauvaise posture avant d'offrir son meilleur soccer.

Sans entrer dans les détails, le gardien Maxime Crépeau a expliqué que c'était peut-être un peu ce que l'entraîneur avait fait pendant la mi-temps face aux Whitecaps.

«J'ai vu un entraîneur qui voulait rallumer ses troupes, a raconté Crépeau, qui en était à son premier départ officiel avec l'Impact. C'était normal qu'il réagisse ainsi. Nous avions offert une performance inacceptable en première demie et c'est un problème récurrent avec l'équipe. Il ne faut pas attendre d'avoir encaissé un ou deux buts avant de réagir.»

De son côté, Biello a expliqué qu'il souhaitait insuffler de l'émotion à son groupe.

«Quand vous jouez, vous devez avoir cette passion et c'est ce que je voulais transmettre, a-t-il mentionné. Je devais aussi faire des ajustements dans notre jeu, et ç'a fonctionné. Mais il faut comprendre que nous devons commencer et terminer de cette manière. Si nous pouvons faire ça, nous allons être une très bonne équipe.»

Si Bernier a fait des cauchemars après avoir été stoppé par le gardien Spencer Richey sur un penalty et sur une frappe précise pendant les arrêts de jeu, Crépeau a préféré analyser de manière un peu plus pragmatique les deux buts accordés.

«C'est normal, c'est mon devoir d'analyser ce que j'aurais peut-être pu faire différemment, a-t-il dit avant d'offrir une analyse du premier des Whitecaps sur un surnombre. Mon rôle était de couvrir le plus d'espace possible et (Alphonso Davies) a finalement décidé de frapper au milieu du filet, ce qui signifie que le ballon est passé entre mes jambes. Manuel Neuer (le célèbre gardien du Bayern Munich) a une technique où il met un genou au sol et l'autre demeure tendu. J'y ai pensé, mais je dois vivre des situations comme celle-là pour avoir le réflexe de l'appliquer.»

Crépeau devrait avoir l'occasion de se racheter lors du match retour. Biello a aussi affirmé qu'il devrait envoyer plusieurs de ses éléments réguliers sur la pelouse puisque l'équipe aura eu une semaine entre les deux matchs et que la rencontre suivante aura lieu quatre jours plus tard.

L'état de santé du milieu de terrain Ignacio Piatti demeure le principal point d'interrogation, lui qui est toujours ennuyé par un problème au psoas iliaque, un muscle situé entre la hanche et l'aine. Biello a indiqué que Piatti devrait s'entraîner dimanche et lundi et qu'une décision sur sa disponibilité sera ensuite prise.

Hernan Bernardello était aussi absent de l'entraînement, vendredi, en raison d'un problème mineur à l'aine. Biello ne semblait pas particulièrement inquiet dans son cas, affirmant que l'équipe avait préféré lui donner deux journées de congé.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer