Le Portugal triomphe à l'Euro

On attendait Ronaldo dans le rôle-titre, mais la... (PHOTO Michael Dalder, REUTERS)

Agrandir

On attendait Ronaldo dans le rôle-titre, mais la Selecçao s'est trouvé un sauveur totalement improbable en Eder, seul buteur du match.

PHOTO Michael Dalder, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Keyvan NARAGHI
Agence France-Presse
SAINT-DENIS

Douze ans après sa terrible désillusion en finale de l'Euro-2004 et malgré la sortie sur blessure de sa star Cristiano Ronaldo, en larmes, le Portugal a remporté l'Euro-2016 et conquis son premier titre en battant la France (1-0 après prolongation).

Douze ans après sa terrible désillusion en finale... (PHOTO Valery HACHE, AFP) - image 1.0

Agrandir

PHOTO Valery HACHE, AFP

C'est une énorme déception pour le pays organisateur, qui s'était mis à espérer un 3e couronnement continental après ceux de 1984 et de 2000 et n'imaginait pas pareille issue cruelle, trois jours après un exploit face aux champions du monde allemands (2-0).

C'était faire peu de cas de l'adversaire, ce petit voisin souvent placé, jamais gagnant, qui a obtenu sa consécration au terme d'un Championnat d'Europe débuté piteusement avant une montée en gamme impressionnante.

Le suspense aura duré 109 minutes avant la délivrance portugaise sur une frappe limpide de 20 mètres d'Eder, promu nouveau héros de tout un peuple.

On attendait Ronaldo dans le rôle-titre, mais la Selecçao s'est trouvé un sauveur totalement improbable avec cet attaquant évoluant en France, à Lille, entré en jeu à la 79e minute et qui a en quelque sorte vengé le N.7 du Real Madrid.

Blessé au genou gauche dès l'entame de match après un choc avec le Français Dimitri Payet (8e), Ronaldo avait dû quitter les siens sur une civière, en pleurs (24e). Ce sont finalement des larmes de joie qu'Eder a déclenchées chez Ronaldo, qui a pu soulever le trophée lors de la cérémonie finale.

«La déception est là, et elle est immense», a avoué le sélectionneur français Didier Deschamps. «Il n'y a pas de mots pour décrire ce sentiment. Il faudra du temps pour digérer ça».

Le Portugal comme la Grèce

«Avec  tout ce qui s'est passé, les attentats, la crise économique, on méritait cette victoire, on méritait d'avoir un peu de baume au coeur», s'est désolé Lazaro de Santana, 31 ans, supporter français venu voir le match dans la fan zone de Paris au milieu de 90.000 personnes.

À l'inverse, Lisbonne a exulté au coup de sifflet final. «J'y ai cru jusqu'au bout. On le méritait!», a soufflé Carla Martins, 44 ans, les larmes aux yeux.

Le succès portugais sur le sol français est une sorte de clin d'oeil du destin. En 2004, la Selecçao avait mordu la poussière en finale à Lisbonne, dominée par de surprenants Grecs (1-0). Elle a fait exactement le même coup aux Français.

Les Bleus pensaient être immunisés. Vainqueurs de l'Euro (1984) et du Mondial (1998) à la maison, ils se voyaient déjà soulever la coupe. Tout était prêt pour fêter les nouvelles gloires de la nation: un partisan de l'équipe de France a ainsi posté sur Twitter quelques heures avant le coup d'envoi une vidéo d'un bus à impériale avec les slogans «Merci» et «Champions d'Europe 2016». Mais il n'y aura pas d'apothéose.

Le parcours des Bleus a été plus qu'honorable, surtout au vu des nombreuses absences sur blessures (Varane, Diarra, Mathieu) ou en raison d'affaires extra-sportives (Benzema, Sakho). Six ans après le fiasco de Knysna et la grève de l'entraînement du Mondial-2010, le football français a redressé la tête, a communié comme rarement avec son public et peut espérer des lendemains qui chantent après avoir retrouvé une finale pour la première fois depuis la Coupe du monde 2006.

Incidents

Même si le pays avait une foi inébranlable en la bonne étoile de son patron, Didier Deschamps, l'ex-capitaine des champions du monde et d'Europe 1998 et 2000 n'a cette fois pas trouvé la recette miracle.

Et Antoine Griezmann dans tout ça? Le nouveau chouchou des Français et meilleur buteur de l'Euro (6 réalisations) a allumé la première grosse mèche sur une tête magnifique à la suite d'un service en or de Payet (10e). Il a ensuite eu une véritable balle de match de la tête (66e), tout comme André-Pierre Gignac qui a trouvé le poteau dans les arrêts de jeu (90e»1). Mais le vent avait déjà tourné.

À la fin du match, une photo de Michel Platini avec le message «Merci pour tout Michel» est apparue sur les écrans géants du stade. Le Français, qui avait oeuvré pour l'organisation de l'Euro dans son pays, a démissionné de la présidence de l'UEFA après avoir été suspendu dans le cadre du scandale à la FIFA.

À quelques kilomètres du Stade de France, des incidents entre partisans et forces de l'ordre ont éclaté aux abords de la fan zone de Paris, non loin de la Tour Eiffel.

Les forces de l'ordre ont utilisé des canons à eau tandis que les fauteurs de troubles leur lançaient des bouteilles, certains mettant le feu à des détritus et des scooters, a constaté un photographe de l'AFP. La situation s'était calmée en fin de soirée, alors qu'un important dispositif de sécurité était déployé.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer