Euro 2016: un tournoi réussi, sur le terrain et en dehors

Les Français ont imité le fameux cri islandais... (PHOTO FRANCK FIFE, AFP)

Agrandir

Les Français ont imité le fameux cri islandais à la suite de leur victoire contre l'Allemagne.

PHOTO FRANCK FIFE, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Philippe GRELARD, Paul RICARD
Agence France-Presse
PARIS

Alors, c'était bien, l'Euro en France ? Avant la finale Portugal - France dimanche, qui conclura un mois de compétition (10 juin-10 juillet), c'est l'heure du premier bilan et il est globalement positif : des buts, des vedettes, de belles histoires, la fête, même si de terribles images de hooliganisme ont noirci le début du tournoi.

Soccer frisson

Il reste une rencontre à jouer mais l'Euro 2016 est déjà réussi sur le terrain.

Certes, le premier tour n'a pas toujours été palpitant, conséquence du passage à 24 équipes au lieu de 16. Mais ensuite, les matchs à élimination directe ont apporté l'enjeu, le suspense et le frisson propres à ces grands tournois. Avec des affiches de rêve : Allemagne - Italie et son invraisemblable séance de tirs au but en quarts (1-1, 6 t.a.b. à 5) ou Allemagne - France en demie (0-2).

En plus de ces classiques, l'Euro a eu ses deux belles histoires avec les parcours inespérés de l'Islande, quart de finaliste et tombeuse de l'Angleterre en huitième, et du pays de Galles, demi-finaliste et bourreau de la Belgique en quarts. Quelles performances pour une première participation ! David qui fait chuter Goliath : le scénario a beau être immémorial, il séduit à tous les coups.

Avant la finale, 107 buts ont été inscrits en 50 matchs, soit 2,14 buts par match. Moins qu'à l'Euro-2012 (2,45), qui se jouait à 16 équipes, ou qu'au Mondial 2014 (2,7), où 32 sélections étaient en lice. Mais les joueurs ont eu le mérite de marquer sur des pelouses décriées pour leur mauvais état.

Au-delà des chiffres, il y a les gestes de classe : frappe sensationnelle dans la lucarne du Français Dimitri Payet contre la Roumanie, talonnade incroyable du Portugais Cristiano Ronaldo face à la Hongrie ou superbe retourné acrobatique du Suisse Xherdan Shaqiri contre la Pologne.

Quand on parle de record et de Ballon d'Or, c'est le signe qu'un tournoi est sportivement réussi.

Ronaldo a égalé le record de buts du Français Michel Platini dans l'histoire de l'Euro : 9, signés dans la seule édition 1984 pour le Français alors que le Portugais les a mis en quatre tournois.

Le Français Antoine Griezmann a marqué 6 buts en 6 matchs. « Il y a un duo pour le Ballon d'Or entre Ronaldo et Messi, si Antoine peut faire partie des candidats tant mieux, ça voudrait dire que ça se passerait bien en finale » pour les Bleus, a commenté leur sélectionneur, Didier Deschamps.

Les nouveaux hooligans

La menace terroriste, après les attentats de 2015, était la crainte numéro un et la vigilance ne se relâche pas avant la finale au stade de France.

Mais un autre péril a refait surface : le hooliganisme. Il faut oublier l'image de partisans ivres et bedonnants en train de se bagarrer. Le hooligan moderne est jeune, travaille et touche de bons revenus, soigne sa condition physique dans les salles de gym, ne boit pas, se déplace en meute et filme ses exactions sur caméra portable pour les publier sur le net.

C'est le profil type des Russes qui ont agressé des Anglais à Marseille dès le deuxième jour de l'Euro. Ces scènes de violence inédites, en tout cas dans l'organisation quasi militaire dont ont fait preuve les agresseurs, ont conduit le procureur de Marseille à parler de « chasse aux Anglais ».

« Les Anglais disent toujours qu'ils sont les seuls hooligans. Nous sommes venus démontrer que les Anglais sont des fillettes », avait expliqué à l'AFP un des Russes venus en découdre sur le Vieux-Port.

Deux Anglais ont été grièvement blessés et rapatriés le 1er juillet seulement en raison de leur état. Le plus durement touché, Andrew Bache, 51 ans, conservera « très probablement » de lourdes séquelles, avait alors indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

Pour l'Euro 2016, 90 000 personnes ont été mobilisées pour la sécurité, dont 72 000 policiers et gendarmes, selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, qui a répertorié plus de 1000 interpellations au 4 juillet. Depuis l'élimination de la Russie au premier tour, il n'y a plus eu d'incident notable.

Partisans : hymnes à la joie

Les terribles agressions de Marseille ont d'abord donné une image catastrophique de l'Euro.

Mais une fois cette séquence évacuée, les scènes de joie et de fête ont pris de plus en plus de place et marqueront les mémoires.

Au top de la popularité dans les villes où ils sont passés, les partisans de l'Irlande, du pays de Galles ou de l'Irlande du Nord.

L'une des séquences cultes de cet Euro des partisans est celle où, à Bordeaux, des fans de l'Irlandechantent dans un tunnel « Stand up for the french police » (« Debout pour la police française ») sur un air des Pet Shop Boys. Au mégaphone, les policiers leur répondent sur le même air « Go home for the french police » (« Rentrez chez vous pour la police française »).

Autre tube, l'hymne Will Grigg's on fire, calqué sur un vieux hit dance des années 90 en hommage à un attaquant nord-irlandais... qui n'a finalement pas joué une seule minute.

Surprenante quart de finaliste, l'Islande a aussi séduit grâce à ses partisans, leur bon esprit, leur fameux « Huh ! », cri de communion avec leur équipe rythmé par des claquements de main, ensuite imité par les Français. « Nous sommes de gentils vikings », s'est amusé l'un de ces fans islandais, Arni Gardar, croisé par l'AFP durant le tournoi.

Enfin, le bon parcours de l'équipe de France a réveillé ses partisans. Fan zones bondées, Marseillaise entonnée à tue-tête, concert de klaxons et drapeaux tricolores dans les rues : la France a renoué avec des images qui rappellent la liesse populaire du Mondial 98.

Soccer, politique et moral des Français

Au plus bas dans les sondages et à moins d'un an de la présidentielle, François Hollande peut-il bénéficier dans l'opinion du bon parcours des Bleus ? C'est ce qui était arrivé à Jacques Chirac après le titre mondial de 1998, qui lui avait valu onze points de popularité en plus, de 48 % à 59 % selon l'institut Ifop.

« Si un rebond de moral n'est pas à exclure et si un éventuel petit rebond de popularité par ricochet n'est pas non plus à exclure pour François Hollande, la redite de l'épisode Mondial-98 est assez improbable », assure à l'AFP Jérôme Fourquet, directeur du département opinion à l'Ifop.

Car le contexte est différent : « Économiquement, nous étions dans une période faste avec un taux de croissance proche des 3 %. Ça n'a rien à voir avec aujourd'hui », rappelle le politologue et sondeur Bruno Jeanbart.

Et selon la plupart des économistes, l'Euro ne devrait avoir qu'un impact marginal sur la croissance, même s'il pourrait ponctuellement doper la consommation.

Reste que le bon parcours des Bleus peut permettre, au moins temporairement, de regonfler le moral d'un pays qui souffre sur de nombreux fronts : crise économique, défiance envers les politiques, climat social dégradé et craintes d'attentats terroristes après les drames qui ont endeuillé l'année 2015.

Dans un « contexte profondément plombé (...), une victoire des Bleus mettrait un peu de légèreté et de douceur dans ce paysage assez dur mais il ne faut pas non plus en attendre des miracles », prédit M. Fourquet. « Très vite, après la période estivale, l'actualité et les réalités lourdes nous rattraperont. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer