L'équipe étoile de l'Euro 2016

Le Gallois Gareth Bale, faisant partie du trio...

Agrandir

Le Gallois Gareth Bale, faisant partie du trio d'attaquants du onze idéal de l'AFP, aura été une des rares vedettes à briller du début à la fin de son Euro.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

Un sélectionneur gallois, un gardien français, une défense à trois à l'italienne, un milieu de terrain cosmopolite et une attaque madrilène Bale-Ronaldo-Griezmann, voici l'équipe idéale de l'ensemble de l'Euro-2016, avant la finale dimanche.

Le onze idéal de l'Euro, avant la finale

Lloris (FRA) - Boateng (GER), Chiellini (ITA), Bonucci (ITA) - Draxler (GER), Kroos (GER), Ramsey (WAL), Renato Sanches (POR) - Cristiano Ronaldo (POR), Griezmann (FRA), Bale (WAL) Sélectionneur: Chris Coleman (WAL)

Gardien: Lloris (FRA)

Hugo Lloris n'avait jamais été contesté dans les cages françaises. Mais on attendait depuis longtemps la confirmation sur un match au sommet. Et elle a eu lieu avec une prestation de haut vol face à l'Allemagne en demi-finale, dans la droite ligne d'un Euro réussi. Il ne lui reste plus qu'à remporter une séance de tirs au but dans un match à gros enjeu pour pointer au rang de meilleurs gardiens du monde comme l'Italien Gianluigi Buffon ou l'Allemand Manuel Neuer. Pourquoi pas lors de la finale dimanche contre le Portugal...

Défenseurs: Chiellini (ITA), Bonucci (ITA), Boateng (GER)

La meilleure défense de cet Euro est forcément à trois, à l'italienne, et compte dans ses rangs les grognards de la Juventus Turin, Giorgio Chiellini et Leonardo Bonucci. Si la Nazionale a atteint les quarts de finale et ne s'est inclinée qu'aux tirs au but contre l'Allemagne, c'est grâce à l'expérience de ces deux-là et la science tactique du sélectionneur Antonio Conte. Avec eux, l'Allemand Jerome Boateng s'est imposé comme le meilleur défenseur central de cet Euro, même s'il a craqué en quart avec une grossière faute de main synonyme de penalty et d'égalisation italienne. Il a malgré tout éclairé le jeu de son équipe par sa sérénité et ses longues ouvertures, comme contre la France, où sa sortie sur blessure a grandement aidé les Bleus à s'imposer.

Milieux de terrain: Draxler (GER), Kroos (GER), Ramsey (WAL), Renato Sanches (POR)

Toni Kroos aura été le métronome allemand et est de très loin le joueur qui a réussi le plus de passes dans cet Euro (608) avec un taux de réussite impressionnant de 93 %. Sur sa gauche, un peu devant, son compatriote Julian Draxler a apporté un danger constant, particulièrement en 8e de finale face à la Slovaquie. Aaron Ramsey aura été lui la deuxième vedette du pays de Galles avec Gareth Bale. Si les Dragons ont éliminé la Belgique, c'est surtout grâce à lui. Et son absence en demi-finale (suspension) a coûté très cher face au Portugal. Avec eux, « bébé Ronaldo », le Portugais Renato Sanches, l'un des rares à apporter le danger au sein d'une équipe très défensive et fermée. Recruté au Bayern Munich, Renato Sanches n'a que 18 ans, un âge sujet à polémique pour certains affirmant qu'il est plus âgé, ce qui a le don de l'énerver.

Attaquants - Cristiano Ronaldo (POR), Griezmann (FRA), Bale (WAL)

Pour l'occasion, la BBC (Benzema, Bale, Cristiano Ronaldo) du Real Madrid est remplacée par la BCG, avec le rival de l'Atletico Antoine Griezmann en pointe. Toujours placé entre les lignes, technique et tueur, le Français est le meilleur buteur de la compétition avec six réalisations et réalise un Euro tonitruant. Avec lui, le Portugais Cristiano Ronaldo, toujours là dans les grands matchs. Sa détente pour marquer le but de la tête face au pays de Galles en demi-finale est impressionnante et c'est lui qui a sauvé son équipe face à la Hongrie (3-3) tout en empilant les records (seul joueur à avoir marqué dans quatre Euros différents....). Enfin, le Gallois Gareth Bale aura été une des rares vedettes à briller du début à la fin de son Euro. Avec des buts magnifiques et une activité de tous les instants, même s'il était trop seul face au Portugal.

Sélectionneur: Chris Coleman (WAL)

« Je suis extrêmement fier de ce que les joueurs ont fait », a remercié le sélectionneur gallois Chris Coleman après le tournoi. Et il peut l'être. Pour leur premier Euro, les Gallois ont atteint une demi-finale historique. Coleman, qui avait pris les rênes de la sélection après le décès tragique de Gary Speed, a su galvaniser les siens et construire une équipe impressionnante, associant une bonne organisation aux éclairs de génie d'Aaron Ramsey et Gareth Bale.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer