L'Impact à Toronto pour une réaction

Blerim Dzemaili, de l'Impact, et Michael Bradley, du... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Blerim Dzemaili, de l'Impact, et Michael Bradley, du Toronto FC, avaient dû être séparés par Patrice Bernier lors du dernier affrontement entre les deux équipes, le 27 août.

Photo Robert Skinner, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plongé dans le doute après une série de quatre défaites, dont la contre-performance contre Minnesota United, et pointé du doigt par son président mécontent, le onze montréalais tentera de se relever sur le terrain du Toronto FC, ce soir (19h30).

Mauro Biello... (Photo Winslow Townson, USA Today Sports) - image 1.0

Agrandir

Mauro Biello

Photo Winslow Townson, USA Today Sports

Week-end mouvementé

Compte tenu des résultats, l'ambiance est forcément plus difficile dans le vestiaire. Mais les joueurs n'ont pas attendu la visite de Nick De Santis, dimanche, pour comprendre que la situation était critique et que les performances étaient en deçà des attentes. «De se le faire dire par les dirigeants, ça vient nous chercher, mais on n'avait pas besoin du président ou du staff pour nous dire qu'on ne faisait pas la job. On le savait déjà, a répondu Samuel Piette. C'était nécessaire parce que c'est bon de savoir ce que les gens au-dessus de nous pensent.» Pour la deuxième journée consécutive, Mauro Biello a rappelé qu'il était de sa responsabilité d'améliorer le rang de l'équipe et qu'il allait lutter jusqu'au bout. «Je suis l'entraîneur, je dirige ce club et si les performances ne sont pas à la hauteur, c'est à moi de gérer ça. Il y a toujours des discussions pour essayer de trouver des solutions, mais, à la fin, c'est moi qui prends des décisions. C'est moi qui dois aider l'équipe à retrouver le bon chemin.»

Ignacio Piatti... (Photo Graham Hughes, La Presse canadienne) - image 2.0

Agrandir

Ignacio Piatti

Photo Graham Hughes, La Presse canadienne

Piatti «veut être là»

Biello a regretté que les propos tenus dans le vestiaire, dimanche, aient été dévoilés publiquement. Selon lui, certains aspects ont été mal interprétés, exagérés, et notamment la réponse de Nacho Piatti. «Les joueurs sont émotionnels et ils veulent que l'équipe gagne. À la fin, il y a toujours des discussions sur la façon de l'améliorer. Je discute sur une base quotidienne avec Nacho. C'est un gars qui veut être là et qui veut bien faire pour l'équipe. Il est l'un des capitaines de l'équipe, et tout le monde sait qu'il y a des responsabilités, que ce soit le staff technique ou les joueurs.» Quoi qu'il en soit, le match de ce soir à Toronto est l'occasion parfaite pour un sursaut d'orgueil, malgré la qualité de l'adversaire. «On a la chance de passer un message, de prouver qu'on est capables d'aller chercher un résultat contre la meilleure équipe. C'est l'occasion de tourner les choses», a assuré Piette.

Le Toronto FC a écrasé le Galaxy de... (Photo Kelvin Kuo, USA Today Sports) - image 3.0

Agrandir

Le Toronto FC a écrasé le Galaxy de Los Angeles 4-0 lors du plus récent affrontement entre les deux clubs.

Photo Kelvin Kuo, USA Today Sports

Une attaque de feu

Le Toronto FC est invaincu depuis le 1er juillet. Mieux, il a maintenant enchaîné six victoires de suite avec une moyenne de buts par match s'élevant à... 3,5. Portland, Chicago, San Jose, Philadelphie et Los Angeles sont tous passés dans le tordeur ontarien. L'Impact s'est également montré impuissant, le 27 août dernier, malgré 40 bonnes premières minutes et un but de Piatti qui a brièvement relancé le suspense en fin de match. La mission s'annonce difficile, mais Biello a puisé dans sa mémoire pour retrouver un match référence dans des conditions semblables. «L'année passée, on devait gagner à Orlando pour entrer dans les séries. C'était notre troisième match en une semaine et on a été capables de dépasser ça.» L'an dernier, l'Impact avait également battu le TFC au BMO Field malgré une expulsion en première mi-temps.

Justin Morrow... (Photo Nick Turchiaro, USA Today Sports) - image 4.0

Agrandir

Justin Morrow

Photo Nick Turchiaro, USA Today Sports

Éloge de la profondeur

À Toronto, il y a bien entendu les joueurs désignés, mais le succès de l'équipe est également basé sur sa profondeur. Dans les six derniers matchs, neuf joueurs ont marqué, dont les latéraux Justin Morrow (deux buts) et Nicolas Hasler (deux buts) ou le défenseur central Drew Moor (un but). Et les gros canons offensifs? Jozy Altidore, blessé au bas du corps, sera absent, ce soir, tandis que Sebastian Giovinco et Victor Vazquez représentent des cas incertains. «C'est la meilleure équipe de la MLS. Giovinco et Altidore n'étaient pas à Los Angeles et ils ont été capables de gagner 4 à 0, a rappelé Biello. Nous n'avons rien à perdre maintenant, il faut jouer avec confiance et tout donner.» Du côté de l'Impact, Matteo Mancosu a reçu le feu vert pour disputer des exercices avec contact. Il sera disponible, dès dimanche, pour le déplacement à Atlanta.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Impact: l'heure est critique, le ton monte

    Soccer

    Impact: l'heure est critique, le ton monte

    L'heure est critique quand Joey Saputo, au lendemain d'une défaite sans gloire, fait publiquement part de son mécontentement par l'entremise d'une... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer