Impact: pas question de se séparer de Piatti

Nacho Piatti est reconnu pour sa loyauté.... (Photo Olivier Jean, Archives La Presse)

Agrandir

Nacho Piatti est reconnu pour sa loyauté.

Photo Olivier Jean, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Hier encore, le nom de Nacho Piatti apparaissait dans quelques publications argentines spécialisées. L'intérêt de Boca Juniors à l'endroit du milieu de terrain montréalais est bien réel, mais plusieurs voix, au sein de l'Impact, ont de nouveau confirmé qu'un transfert n'était pas dans les plans. Nacho Piatti, à qui il reste une année de contrat, jouera donc à Montréal en 2017.

Plus de deux semaines de suppositions

C'est juste avant les Fêtes que le président de Boca Juniors, Daniel Angelici, a érigé Piatti comme l'une des priorités du mois de janvier. Les liens entre Piatti et des clubs argentins ressurgissent épisodiquement dans les médias sud-américains, mais une équipe s'était rarement montrée aussi déterminée. Le jeu de coulisses s'est transporté sur les réseaux sociaux par l'entremise d'un égoportrait publié par le fils du milieu offensif montréalais, Gabriel. Sur le cliché, avec le joueur en arrière-plan, l'adolescent se demande s'il s'agit du prochain numéro 10 de Boca Juniors. Si Gabriel a rapidement tenté de corriger le tir, l'image a tout de même été reprise par de nombreux médias. Hier, l'Impact a répété qu'il n'y avait eu aucune rencontre entre Joey Saputo et le joueur argentin. Le personnel d'entraîneurs et une partie du personnel technique sont actuellement à Los Angeles, où se déroule le camp d'évaluation de la MLS.

De nombreuses offres

Dans les 12 derniers mois, plusieurs clubs argentins, dont Boca Juniors, avaient déjà signifié leur intérêt pour Piatti. Depuis son arrivée, au milieu de la saison 2014, le numéro 10 ne manque d'ailleurs pas de courtisans dans son pays natal, mais aussi au Brésil ou en Chine, grand animateur des derniers mercatos. Piatti, reconnu pour sa loyauté, a toujours été clair: il ira au bout de son contrat à Montréal, où il se sent très bien. Ensuite? Même si Boca est un géant du soccer mondial - et le club qu'il soutenait durant sa jeunesse -, son coeur bat encore pour San Lorenzo, avec qui il a connu ses plus belles heures de gloire entre 2012 et 2014.

«Quand je retournerai en Argentine dans quelque temps, j'irai à San Lorenzo. Je jouerai quelques années et j'y prendrai ma retraite.»

Nacho Piatti en entrevue avec La Presse en octobre dernier

Un remplaçant pour Tevez

Boca Juniors est en mode recherche depuis que son attaquant-vedette Carlos Tevez a décroché le gros lot en se joignant au club chinois de Shanghai Shenhua. Au passage, les «Xeneizes» ont touché une somme de plus de 10 millions qui devrait permettre d'attirer un remplaçant de bon calibre. D'ailleurs, les pistes plus ou moins sérieuses ont abondé depuis quelques jours, dont celles menant à Rodrigo Palacio (Inter Milan), Mauro Zarate (Fiorentina) et, donc, à Piatti. L'Impact a plusieurs fois clamé ne pas vouloir se séparer de son joueur désigné, mais la saga continue de s'alimenter à Buenos Aires. Hier, le journal Olé écrivait qu'un départ de Piatti «était difficile [à envisager], mais qu'il y avait de l'espoir». Un peu plus loin, la publication précisait «qu'il n'y a pas eu de progrès dans ce dossier et que [Boca] attendait des nouvelles dans la semaine».

Le grand héritage à San Lorenzo

Par son rôle majeur lors du titre de champion d'ouverture de 2013 et en Copa Libertadores, l'année suivante, Piatti est devenu une figure emblématique de San Lorenzo. En entrevue avec les médias argentins, son président Matías Lammens a répété, la semaine dernière, qu'il rêvait d'un retour de Piatti avec le «Ciclón». Gros bémol cependant, San Lorenzo ne dispose pas des moyens financiers de Boca Juniors pour rapatrier Piatti cette année. D'ailleurs, pourquoi payer le gros prix alors qu'il serait libre de tout contrat la saison prochaine? «Nous aimerions qu'il revienne, mais peu importe le joueur, nous n'allons pas hypothéquer le club», a indiqué Lammens la semaine dernière. Quant à un transfert à Boca, le président de San Lorenzo, qui connaît parfaitement les valeurs de son ancienne vedette, a une opinion éclairée. «Le connaissant, j'ai le pressentiment qu'il n'ira pas à Boca, car il y a des choses que l'argent ne peut pas acheter.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer